Tensions chez les Bleues : la dernière mise au point de Corinne Diacre avant de défier le Kazakhstan

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Corinne Diacre

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Déjà qualifiée pour l'Euro 2022, l'équipe de France féminine fait une dernière escale à Vannes mardi (21h00) contre la lanterne rouge kazakhe en clôture de la phase qualificative, encore lestée par les tensions autour de la sélectionneuse Corinne Diacre. Ce lundi en conférence de presse, cette dernière a fait une dernière mise au point en expliquant que "comme dans toute discussion, il y a eu des choses négatives mais aussi des positives", en précisant "ne pas être là pour parler de ce qu'on s'est dit entre quatre murs".

Mardi soir au stade de la Rabine, les Bleues jouent à huis clos face au Kazakhstan un dernier match avant la longue coupure de deux mois et demi prévue d'ici mi-février, période choisie par la Fifa pour la prochaine fenêtre internationale chez les dames. Sur le terrain, la campagne européenne a ressemblé jusqu'à l'heure à un long fleuve tranquille, ou presque, pour une sélection tricolore assurée de finir première du groupe devant l'Autriche, qu'elle a battue 3-0 vendredi à Guingamp.

Portées par 32 buts marqués et aucun encaissé en sept rencontres, les Françaises s'avancent mardi dans le Morbihan en ultra favorites devant la 77e nation mondiale, incapable d'inscrire le moindre point dans le même temps. Mais en coulisses, la relation orageuse entretenue entre Corinne Diacre et certaines Lyonnaises, la capitaine Amandine Henry en tête, continue de secouer le vestiaire. "On est plus dans le règlement de compte que dans l'apaisement", résume une source proche des joueuses de l'OL, après plusieurs incidents relatés dans la presse.

"Comme toute discussion, il y a eu des choses négatives mais aussi des positives" explique Diacre

Mercredi, la sélectionneuse a ainsi pris à partie sa capitaine devant d'autres joueuses. "J'ai dit "Tout se paie un jour", mais ce n'était pas une menace. Tout dépend comment vous le dites, comment on perçoit les choses", a répondu Diacre lundi devant la presse.

À 19 mois de l'Euro pour lequel elles sont qualifiées, toutes les Bleues se retrouvent embarquées parfois malgré elles dans le lourd contentieux opposant les deux femmes. Un échange entre les joueuses et le staff, réclamé par Henry depuis plusieurs semaines pour crever l'abcès, a eu lieu samedi mais aurait "tourné court". "Comme toute discussion, il y a eu des choses négatives mais aussi des positives", a résumé Diacre face aux journalistes, ajoutant qu'elle n'était "pas là pour parler de ce qu'on s'est dit entre quatre murs".

Pour Noël Le Graët, la sélectionneuse "a pris le recul nécessaire"

Henry reproche à Diacre une gestion de groupe trop rigide, froide et parfois injuste, quand la sélectionneuse soupçonne en retour les cadres lyonnaises de vouloir l'affaiblir. Le conflit a pris une autre dimension quand la capitaine a rendu ses critiques publiques, mi-novembre sur Canal+, un mois après avoir été écartée d'un rassemblement des Bleues pour "raison sportive".

Invaincue depuis le Mondial-2019, la technicienne s'appuie sur son bilan sportif et conserve la confiance du président de la Fédération, maintes fois affichée publiquement. "Elle a pris le recul nécessaire sans entrer dans la polémique. Elle a bien fait de ne pas répondre", a jugé auprès de l'AFP Noël Le Graët, samedi après avoir rencontré la coach en aparté. La réception du Kazakhstan, à la portée sportive déjà mince, se retrouve reléguée au second plan dans ce contexte troublé. Mais pas pour toutes.

à voir aussi Équipe de France féminine : Amandine Henry se paie la sélectionneuse Corinne Diacre, Noël Le Graët appelle au calme Équipe de France féminine : Amandine Henry se paie la sélectionneuse Corinne Diacre, Noël Le Graët appelle au calme

Turnover et nouvelle capitaine face au Kazakhstan

Car si Diacre aura "l'embarras du choix", avec ses 23 joueuses à disposition, "il y aura une rotation" notamment pour faire souffler les joueuses engagées en fin d'année en championnat et en Ligue des champions, a-t-elle expliqué lundi. L'attaquante parisienne Kadidiatou Diani, arrivée fatiguée en sélection et amoindrie par une gêne à un mollet, devrait faire partie des titulaires après avoir fait l'impasse contre les Autrichiennes.

En défense, la rotation pourrait aussi profiter à la Parisienne Perle Morroni ainsi qu'à la Bordelaise Estelle Cascarino, titulaire dans l'axe en septembre après le forfait de Wendie Renard. La sélectionneuse pourrait être tentée également de revoir Clara Matéo, l'attaquante du Paris FC qui a honoré sa première cape à la veille de son 23e anniversaire vendredi. "Performante ces derniers temps" avec le PSG, selon Diacre, la jeune attaquante Sandy Baltimore (20 ans) peut rêver à une première apparition sous le maillot frappé du coq.

Si Henry devait apparaître sur la pelouse de Vannes, ce ne serait en tout cas pas avec le brassard de capitaine au bras. Diacre l'a annoncé, il reviendra à la Bordelaise Charlotte Bilbault.

à voir aussi Corinne Diacre rappelle Amandine Henry chez les Bleues et veut discuter "les yeux dans les yeux" Corinne Diacre rappelle Amandine Henry chez les Bleues et veut discuter "les yeux dans les yeux"
AFP

Equipe de France de football