Suarez, Mangala, uruguay, france
Luis Suarez au duel avec Eliaquim Mangala | MIGUEL ROJO / AFP

Suarez punit les Bleus

Publié le , modifié le

Malgré de belles occasions, l'équipe de France s'est inclinée sur la pelouse du stade Centenario de Montevideo face à l'Uruguay en match amical (1-0). Longtemps mis en échec par le gardien uruguayen Muslera, les Bleus ont cédé sur un but de Luis Suarez.

L’état de la pelouse du Centenario ainsi que les antécédents entre la France et l’Uruguay offraient peu de gages de spectacle. Entre deux équipes qui restaient sur quatre matches nuls et vierges, il a fallu attendre l’entrée en jeu de Luis Suarez pour débloquer les compteurs. Dans l’optique du match crucial face au Venezuela pour les éliminatoires à la Coupe du monde 2014 mardi, Oscar Tabarez avait choisi de laisser son arme fatale sur le banc (Suarez est suspendu pour cette rencontre, ndlr). Avant le coup de poignard de l’attaquant de Liverpool, les Bleus menés par capitaine Matuidi, une première, s’étaient heurtés à un mur nommé Muslera. Si Mangala, Payet et Trémoulinas s'offrent bien une cape inaugurale en sélection nationale, l’équipe de France a du mal à imposer son jeu et subit vingt-cinq minutes durant. Mais Steve Mandanda ne frémit qu’une seule fois sur une tête de Caceres trop enlevé (10e). Dans la foulée, Valbuena offre au portier de Galatasaray sa première opportunité de s’illustrer.

Valbuena et Payet dynamisent les Bleus

Sur une frappe de 25 mètres, l’ancien de la Lazio Rome s’envole (12e). Le milieu de terrain marseillais est partout mais Matuidi manque le cadre sur un de ses services (20e). Et quand Payet cadre d’un enroulé pied gauche après un petit festival, Muslera se signale encore (30e). Valbuena aimante tous les ballons et les redistribuent à la perfection. Percutant pour sa première titularisation sous le maillot frappé du coq, Payet l’épaule bien. Le Lillois offre une balle de but à Gourcuff au terme d’une course folle mais le Lyonnais tergiverse trop devant le gardien uruguayen. La Celeste est sous l’eau et s’en remet encore à son dernier rempart sur un centre dangereux de Sagna en première intention (41e).

Le passage aux vestiaires coupe les jambes aux hommes de Didier Deschamps dans un stade Centenario de Montevideo qui sonne creux. Au contraire, les quatre changements effectués par le sélectionneur uruguayen à la mi-temps boostent les doubles champions du monde. Luis Suarez et le milieu de terrain Gaston Ramirez ne mettent que cinq minutes à se montrer. Le second dépose une transversale sur Pereira lequel sert Suarez dans la profondeur. Mangala est trop court, l’extérieur pied droit du petit liverpuldian parfait pour un 32e but en sélection. A une unité du record de Diego Forlan. Les Français ont mal au crâne. Le jeu des tricolores se délite malgré un engagement physique conséquent. Grenier, Lacazette et Guilavogui  fêtent leur première sélection et secouent les Bleus. Cabaye met une nouvelle fois Muslera à contribution (78e). Mandanda imite son homologue sur une frappe d’un Ramirez énorme (82e).

Deschamps va devoir trancher

Sixième du groupe de qualification AmSud pour le Mondial au Brésil, la Celeste a idéalement préparé son rendez-vous décisif face à la sélection vénézuelienne qui le devance au classement. A deux points de la 4e place, dernière à offrir un sésame pour 2014, l'Uruguay n'a plus droit à l'erreur. Quant à l'équipe de France, elle aura l'occasion de ne pas repartir bredouille d'Amérique du Sud dimanche prochain. En visite à Porto Alegre, les Bleus affronteront le Brésil.

Pour faire tomber la Seleçao, il faudra aux troupes de DD plus de réalisme offensif et de percussion au milieu de terrain. Sans oublier une défense hermétique. Lors de ses huit derniers matche, la France a toujours encaissé au moins un but. Solide tout au long du match, Eliaquim Mangala (22 ans) est tout de même pris de vitesse par Suarez sur le but. Avec le retour des "Espagnols" Benzema, Rami et Mathieu, Deschamps va devoir faire des choix. Malgré des premières encourageantes pour Mangala et Grenier, seuls Payet et Valbuena ont marqué de gros points à Montevideo.

Jerome Carrere