N'Zonzi
N'Zonzi avec Seville | AFP

Steven N’zonzi, de la réussite sévillane à l'équipe de France

Publié le , modifié le

Elément important du FC Séville, Steven N’Zonzi, a été appelé ce jeudi en équipe de France par Didier Deschamps pour la première fois. Arrivé chez les professionnels durant la saison 2007-2008 à Amiens, cette première convocation vient couronner une progression constante depuis son arrivée en Espagne. Retour sur une consécration qu’il doit autant à ses qualités qu’à ses choix de carrière.

De Amiens, où il a fait ses débuts professionnels, à Blackburn et Stoke City, avant d'arriver au FC Seville, Steven N’Zonzi a du patienter longtemps pour connaître sa première convocation en équipe de France. Le joueur de 28 ans, a dû "continuellement se battre contre son apparence pour être reconnu à sa juste valeur.", comme le disait Monchi, ex directeur sportif du FC Séville. 

Révélé à Amiens

C'est lors du début de saison 2008-2009, que N'Zonzi profite de la blessure de Maxime Brillault pour s'imposer comme un élément clé de l’Amiens Sporting Club . Il inscrit son premier but avec le club picard lors de la défaite à Strasbourg (2-1), en 2009. Au mercato estival, il signe un contrat de 4 ans pour le club anglais de Blackburn Rovers. Fin août 2012, il signe en faveur de Stoke City pour un montant de 3 millions de livres. Après trois saisons passées à Stoke, Nzonzi rejoint le FC Séville pour 10 millions d’euros.

Débuts difficiles à Séville

Avant de devenir un élément indéboulonable de l'effectif sevillan, N'Zonzi peine à s’imposer sous les ordres d’Unai Emery. De ses premiers mois en Espagne, il ne retient que des problèmes extrasportifs – intoxication alimentaire et convocation chez le juge pour violence conjugale – et un temps de jeu limité. Quand Banega et Krychowiak s'éclatent dans l’entrejeu sévillan, lui doit se morfondre sur le banc jusqu’à enregistrer les consignes prodiguées par le désormais entraîneur parisien. 

Métamorphosé sous les ordres de Sampaoli

Il ne devient un joueur clé, que lors de sa deuxième saison. Une mutation qui doit beaucoup à Jorge Sampaoli, homme fort du Sánchez-Pizjuán la saison dernière, qui voit en N’Zonzi son régulateur du milieu de terrain. De fait, l’Argentin ajoute une nouvelle corde à l’arc du Français, dorénavant maître de l’entrejeu sévillan aux côtés de son compatriote Samir Nasri. " En Espagne, j’ai énormément progressé tactiquement, confirmait-t-il l'an passé. En Angleterre, les demandes n’étaient pas trop élevées sur ce plan. Je devais être fort physiquement, courir beaucoup. Ici, on me demande de rester à mon poste, de contrôler les temps du match. "

Déjà 100 matchs disputés en Liga

Cette métamorphose est également illustrée au travers des statistiques du milieu de terrain français. En deux ans et demi, celui qui a disputé 35  rencontres de championnat l'an dernier, a déjà participé à 100 matches et marqué 7 buts avec le FC Séville. Pourquoi Didier Deschamps ne l'a pas sélectionné plus tôt ? "C'est une question de régistre et de poste, a indiqué le sélectionneur. J'ai décidé de ne pas prendre N'golo Kanté qui joue au même poste, donc c'est une bonne opportunité pour Steven." A lui de la saisir.