Loic Rémy.
Loic Rémy. | FRANCK FIFE / AFP

Rémy sort du brouillard

Publié le , modifié le

Rappelé par Didier Deschamps pour les matches contre la Finlande et l'Australie, Loic Rémy a tout vécu depuis son départ de l'OM l'hiver dernier : la crise de confiance, les blessures, les ennuis judiciaires, et enfin la descente en ligue 2 anglaise avec QPR. Mais l'histoire ne pouvait en rester là : débarqué cet été à Newcastle, Loic Rémy signe un début de saison fracassant sous le maillot des Magpies. Et quand Rémy flambe, Deschamps flanche.

9 Octobre 2010, la France reçoit la Roumanie au Stade de France, dans le cadre des éliminatoires pour l'Euro 2012. A la 83e minute, Alou Diarra adresse une merveille de passe lobée en direction de Loic Rémy, parti comme une fusée côté droit. L'attaquant français prend de vitesse son vis à vis, entre dans la surface de réparation, arme du droit et expédie le cuir dans le petit filet gauche du gardien roumain. La France ouvre le score, le stade explose. La presse sportive, elle, s'enflamme. Loic Rémy est érigé en homme providentiel des Bleus, ou mieux, Loic Rémy est "le nouveau Thierry Henry". Certains acteurs du foot ne sont pas moins dithyrambiques à son sujet. Au lendemain de son but contre la Roumanie, Franck Leboeuf confie sur Eurosport.fr : "il y a beaucoup de Thierry Henry chez Loïc Rémy. Son but me fait penser à celui de Thierry face l'Arabie Saoudite lors de la Coupe du monde 1998. Je suis très fan de ce garçon qui a un avenir certain en équipe de France". Un an plus tard, lorsque Rémy explose avec Marseille, c'est Wenger qui s'y met :"il a quand même marqué presque 16 buts lors de la phase retour de Ligue 1 (en 2010/2011, ndlr), c’est un joueur qui est en progression permanente. Il a quelque chose de Thierry Henry, indéniablement. Dans sa facilité de course, dans la vitesse de ses enchaînements. Il me fait penser à Thierry quand il était jeune". Autrement dit, il y a deux ans, Loic Rémy incarnait l'avenir de l'équipe de France. Mais dans le football, tout va très vite. Trop vite. De génie à paria, il n'y a qu'un pas. 

La traversée du tunnel

Sous la coupe de Didier Deschamps, alors entraîneur de l'Olympique de Marseille, le joueur formé à Lyon réalise deux saisons très correctes : 15 buts en 2010/2011, et 12 en 2011/2012. Mais lorsqu'Elie Baup débarque sur le Vieux Port, l'horizon de Loic Rémy s'assombrit considérablement. En 14 matches, l'international français n'inscrit qu'un seul et unique petit but. Besoin de liquidités oblige, l'OM le cède au club anglais de QPR dès l'ouverture du mercato d'hiver. Chez les Rangers, il réalise, sans être transcendant, une moitié de saison honorable : 6 buts en 14 matches. Mais en février, il se blesse sérieusement aux adducteurs et reste éloigné des terrains pendant un mois. Le 6 Mai, c'est son image qui en prend un coup : l'ancien joueur de l'Olympique de Marseille est accusé pour viol par une femme d'une trentaine d'années. Deux autres personnes, un cousin et un ami du joueur, ont été interpellées dans le cadre de l'enquête pour un viol collectif. Le joueur est relâché quelques jours plus tard, mais l'affaire est toujours en cours. 

Puis, Loic Rémy connaît la descente en Championship. Bilan de son séjour à QPR : une grosse blessure, une accusation de viol et une relégation. Jusqu'en juin, sa petite expérience anglaise ressemble clairement à une descente aux enfers. 

Newcastle : la résurrection

Relégués en Championship, QPR doit se délester de quelques uns de ses gros salaires. Par chance, Loic Rémy en faisait parti : direction Newcastle pour l'ancien Lensois, qui vient garnir la colonie de Frenchies. Lors de sa signature chez les Magpies, Alan Pardew le manager du club ne tarit pas d'éloges à son sujet : "Loïc est un excellent joueur et je suis ravi que Joe (Kinnear) ait réussi à la recruter pour nous. Il va être un plus indéniable pour l’équipe, il va nous donner de la force et de la vitesse devant et je suis persuadé qu’il va inscrire beaucoup de buts", avait-il confié. Pour le moment, comment lui donner tort : en trois matches avec les Magpies, il inscrit trois buts et délivre une passe décisive. Didier Deschamps, qui apprécie énormément la vitesse et la force de percussion du joueur, n'a pas résisté longtemps au retour en forme de Loic Rémy. Reste à voir s'il confirme sur la durée. Car entre ses crises de confiance, ses adducteurs fébriles et ses soucis judiciaires, l'attaquant tricolore est encombré par bien des démons. 

Jean Charbon