France Brésil Varane
Rafaël Varane au combat face aux Brésiliens | AFP - Jean-Marie Hervio

Rafaël Varane, de la lumière à l'ombre

Publié le , modifié le

Auteur du but de l'équipe de France, son deuxième consécutif et de la tête, Raphaël Varane s'est rapidement distingué par l'excellence, avant d'être impliqué sur les trois buts du Brésil, victorieux (3-1) jeudi en match amical.

On avait laissé Varane sous le maillot bleu, à Marseille, le soir du 18 novembre dernier, brassard de capitaine au bras pour la deuxième fois, exultant dans les derniers instants alors qu'il venait d'offrir la victoire à la France (1-0) contre la Suède. Le défenseur du Real Madrid a donc immédiatement remis le couvert face au plus prestigieux Brésil, en s'élevant plus vite, plus haut et plus fort que son vis à vis Miranda, pour catapulter le ballon dans le petit filet, validant ainsi la 15e passe décisive de Valbuena (1-0, 21e).

Et cerise sur le gâteau, il peut d'ores et déjà, à 21 ans, se targuer d'ajouter son nom, dans la liste des buteurs français face au Brésil, à ceux de Zinédine Zidane, Thierry Henry, Marcel Desailly pour ne citer qu'eux, mais tous trois présents au stade de France, honorés ce jeudi pour leurs plus de cent sélections. Alors que quelques minutes auparavant il venait de s'illustrer en déviant avec malice un ballon vers Benzema qui croyait avoir marqué mais était tombé sur un Jefferson solide (16e), la soirée semblait s'annoncer des plus idylliques pour Varane.

Piégé sur corner par Gustavo

Mais sa 18e sélection, jusqu'alors solide à tous points de vue lui a finalement réservé une heure suivante très pénible sur le plan défensif. Il a d'abord été surpris sur le deux du une-deux entre Oscar et Firmino, ce dernier parvenant à glisser le ballon du bout du pied entre ses jambes vers son partenaire qui trompait Mandanda de près (1-1, 41e). En seconde période, alors que le Brésil poussait, il a été pris dans le dos par un décalage de Willian vers Neymar, et n'a pu rattraper le Barcelonais qui doublait le score d'une superbe frappe sous la barre en angle fermé (2-1, 57e). 

Enfin, Varane, dont on croyait qu'il avait retenu la leçon prise après ce fâmeux but de Hummels en Coupe du monde, s'est encore fait piéger sur un corner. Au marquage de Luiz Gustavo, il s'est d'abord fait griller la politesse au démarrage, puis, il est vrai quelque peu gêné par Moussa Sissoko, n'a pu que constater les dégâts causés par la tête du milieu de terrain brésilien qui assurait un succès plus confortable aux Auriverde (3-1, 69e). Bref, une dernière heure de jeu que Varane devra très vite oublier s'il veut continuer son ascension pour l'instant fulgurante...

francetv sport @francetvsport

Equipe de France