Noël le Graët est confiant
Noël le Graët est confiant | FRANCK FIFE / AFP

Pour Noël le Graët, “l’équipe de France sera prête”

Publié le , modifié le

Dans un entretien accordé à L'Équipe, le président de la Fédération française de foot, en pleine guérison d’une leucémie lymphoïde, “la moins grave des leucémies”, est revenu sur la forme actuelle des Bleus et s’est projeté sur la Russie. A un peu plus de deux mois de la Coupe du Monde, Noël le Graët se montre ambitieux, persuadé que la France ira au moins en demi-finale.

Soigné pour une leucémie depuis février, Noël le Graët va mieux. Pendant sa rémission, le président de la FFF n’a pas chômé, observant attentivement les souffrances des Bleus face à la Colombie (défaite 2-3) et en Russie (victoire 1-3). “Je ne suis pas inquiet” affirme le Graët, “On a encore trois rencontres de préparation. L’équipe de France sera prête.”

Deschamps en homme de la situation

Le guingampais a réaffirmé sa confiance envers Didier Deschamps : “Didier a été prolongé avant la compétition car les joueurs préfèrent avoir en face d’eux quelqu’un qui a la confiance totale de ses dirigeants.” Confiant, le Graët est plein d’espérance pour le Mondial : “J’aimerais que l’équipe de France confirme en étant demi-finaliste. On a une équipe pour rivaliser avec les meilleurs. Je ne me pose pas la question de ce qui se passera si l’objectif n’est pas atteint car il le sera.”

Le Graët  répond aux récentes polémiques

"Je revendique ce droit de me déplacer" rétorque le président de la fédération au rapport de la la Cour des comptes, qui lui reproche un recours excessif aux vols privés. "Quand je prend un avion, ce n'est pas pour aller passer un week-end sur la Côte d'Azur. C'est toujours lié à ma fonction."

Egalement impliqué dans une polémique avec les champions du monde de 98, qui lui reprochent de ne pas les avoir aidés pour le vingtième anniversaire de leur sacre, il répond ; "Il devait y avoir un match mi-juillet au Stade de France, après la Coupe du monde. Mais la date n'était pas idéale. C'est ressorti avec la date du 12 juin. Très bien, mais on sera en Russie. Je suis très respectueux de ce qu'ils ont fait en 1998 mais il y a des limites. Didier sera en Russie. Si on veut le faire jouer, on ne choisit pas cette date".