Philippe Bergeroo
Philippe Bergeroo | THIERRY DAVID/PHOTOPQR/SUD OUEST TEAMSHOOT

Philippe Bergeroo remplace Bruno Bini

Publié le , modifié le

Bruno Bini a été démis de ses fonctions d'entraîneur de l'équipe de France féminine. Son successeur est déjà connu, il s'agit de Philippe Bergeroo, ancien entraîneur des moins de 19 français, a annoncé le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët.

Le fiasco de l'Euro 2013 aura donc coûté son poste à Bruno Bini. Eliminées en quarts de finale en Suède par le Danemark aux tirs au but, alors qu'elles attendaient le titre, les joueuses de l'équipe de France ont donc un nouvel entraîneur: Philippe Bergeroo. Ancien adjoint d'Aimé Jacquet durant le Mondial 1998 (il était entraîneur des gardiens, ndlr), il avait ensuite rejoint le PSG en tant qu'adjoint d'Arthur Jorge, avant de prendre en main l'équipe première pour quelques mois (saison 98-99). Après une expérience au Stade Rennais en 2002, il était entré dans le giron de la FFF s'occupant de toutes les classes de jeunes (il a été champion d'Europe des -17 ans avec la génération 87 des Benzema, Ben Arfa, Ménez, Nasri) jusqu'à sa nomination ce mardi à la tête des Bleues.

Le double échec de Bini

Bruno Bini, à la tête des Bleues depuis 2007, présente un bilan plutôt bon mais il paye son incapacité à mener une génération plutôt douée à une grande victoire. L'aventure commence en 2009 mais c'est en 2011 que l'équipe de France féminine de football se fait enfin connaître. Après un parcours héroïque, les coéquipières de Sonia Bompastor se font éliminer par les favorites américaines en demi-finale (3-1) avant de chuter pour la troisième place face à la Suède (2-1). Rebelote un an plus tard aux Jeux Olympiques de Londres. Les Bleues butent une nouvelle fois sur les demi-finales face à la surprise Japon. Et en match pour le bronze, le Canada crucifie les joueuses de Bruno Bini à la 90e minute.

"La fin d'un système"

Ce double échec fragilise grandement la position de Bini à la tête de son équipe. Pourtant à la suite d'un Euro encore raté (élimination en quarts de finale), Noël Le Graët reconnaissait, dans une interview au site internet de la FFF "les progrès fantastiques au niveau collectif" sans toutefois confirmer son sélectionneur, au contraire même. A la question "Est-il (Bruno Bini) sous contrat jusqu'en 2015 ?" le Président de la Fédération française de football avait répondu de manière énigmatique: "Le contrat c'est une chose, la volonté de part et d'autre en est une autre". Aujourd'hui, le même Noël Le Graët a tenu à saluer le travail accompli par Bruno Bini: "Il a permis à l'équipe de France de progresser depuis 4 ans", a déclaré  M. Le Graët devant la presse, ajoutant "on a un bilan très positif (mais) on arrive au bout d'un système".

C'est donc Philippe Bergeroo qui aura maintenant sur les épaules la lourde tâche de mener cette génération à une grande victoire. "Philippe Bergeroo a des qualités assez proches, il a l'expérience du haut niveau avec le PSG, Rennes et les sélections jeunes à la FFF, où il a eu pas mal de résultats depuis quelques années", a détaillé M. Le Graët. L'équipe de France et Philippe Bergeroo ont désormais le Mondial 2015 au Canada dans le viseur.