Olivier Echouafni
Olivier Echouafni | AFP

Olivier Echouafni remplace Philippe Bergerôo à la tête des Bleues

Publié le , modifié le

Le Comité exécutif de la Fédération française de football a nommé ce vendredi Olivier Echouafni au poste de sélectionneur de l'équipe de France féminine. L'ancien milieu de terrain qui a signé un contrat de deux ans, remplace Philippe Bergerôo qui était en poste depuis 2013. Echouaffni qui s'était reconverti en tant qu'entraîneur après avoir mis fin à sa carrière de joueur en 2010, était libre de tout contrat depuis son départ de Sochaux en septembre 2015.

L'homme de 43 ans devra vite trouver ses repères, les Bleues ayant un match amical face au Brésil, dès vendredi prochain à Grenoble. Quatre jours plus tard, ses joueuses affronteront l’Albanie à Paris, en qualifications à l’Euro 2017, compétition pour laquelle elles possèdent déjà leur billet. Sa première sélection sera communiquée dimanche après les derniers matchs de championnat, a précisé un communiqué de le FFF.

Formé à l'AS Monaco, Olivier Echouafni aura passé toute sa carrière en France. Evoluant au poste de milieu de terrain, il avait quitté l'ASM pour l’Olympique de Marseille en 1993, après le titre européen du club phocéen. Cinq saisons plus tard, il s'était engagé avec le RC Strasbourg, le Stade Rennais puis l’OGC Nice où il raccrochera ses crampons en 2010. Après avoir passé ses diplômes d'entraîneur, le Mentonnais a connu une première expérience d'entraîneur avec l’Amiens SC en 2013.

Echouafni n'était pas le premier choix

C'est avec le club picard, qu'il va faire connaître son talent de coach. Avec 15 matches sans défaite, il avait en effet réussi sans problème à obtenir le maintien du club (9e). La saison suivante, alors qu'il était encore sous contrat avec Amiens, il prend les commandes du FC Sochaux durant la saison 2014-2015. Mais il ne passe qu'une saison et est finalement remercié en septembre 2015, alors que son club pointe au 17e rang de la L2. Il était depuis, sans contrat.

Ecouafni n'était pas le choix N.1 de Noël Le Graet. Le président de la FFF avait d'abord pensé à Corinne Diacre, mais l'entraîneure de Clermont (L2) n'avait pas donné suite à sa proposition. Il en fut de même avec l'ancienne internationale Sandrine Soubeyrand, et Jean-Claude Giuntini, sélectionneur des U17.

Romain Bonte

Equipe de France de football