Moussa Sissoko Pedro Espagne-France
Moussa Sissoko face à Pedro Rodriguez lors d'Espagne-France, en octobre dernier | AFP

Moussa Sissoko dans une autre dimension

Publié le , modifié le

Depuis ses débuts en équipe de France le 10 octobre 2009 (succès 5-0 contre les Iles Féroé) Moussa Sissoko a muri. L’ancien Toulousain porte depuis quelques semaines les couleurs de Newcastle, et c’est avec un nouveau statut qu’il a rejoint les Bleus.

« Aujourd’hui je me sens beaucoup mieux que lors de mes premières apparitions. La première fois, j’étais vachement jeune », se rappelle le joueur de 23 ans. « Je me sens plus important au sein de l’équipe. J’ai plus d’expérience. Je ne prenais pas autant de risques sur le terrain. Avant, j’avais un jeu plus bridé. Maintenant, j’essaie de jouer sur mes qualités », analyse le milieu de terrain.

Depuis qu’il a quitté le Téfécé, son club de toujours, Sissoko a clairement pris une autre dimension. Plus épanoui, il estime que cette nouvelle aventure lui permettra d’apporter plus encore à l’équipe de France. «  Je suis arrivé dans un nouveau club depuis peu et beaucoup de choses positives se sont passées pour moi. J’espère apporter ce plus à l’équipe de France.

« Ce championnat est fait pour moi »

Le natif du Blanc Mesnil a d’ores et déjà conquis le public de Newcastle en réalisant un doublé face à Chelsea, pour son deuxième match en Premier League. Sissoko explique à ce propos, qu’il s’est toujours mieux senti dans une position plus offensive. « Quand je suis arrivé, j’ai eu une discussion avec le coach (Alan Pardew) et il m’a dit que j’allais jouer à ce poste lors des deux premiers matchs. Je l’avais déjà fait à quelques reprises à Toulouse. Je connaissais les exigences de ce poste. J’ai essayé de faire de mon mieux et ça s’est bien passé », a-t-il dit modestement.

Après avoir fait le forcing auprès de Toulouse pour partir lors de ce mercato d’hiver, Sissoko ne regrette rien. « Ce championnat est fait pour moi. Depuis très longtemps, j’ai affirmé que je voulais jouer en Angleterre. Ça correspond à mon style de jeu. Quand Newcastle est arrivé, j’ai accepté sans hésiter et j’ai saisi cette chance. Aujourd’hui, je suis heureux », a résumé le nouveau N. 7 des Magpies.

Même s’il remercie Newcastle de lui avoir offert cette chance de jouer Outre-Manche, Sissoko est conscient que ce transfert n’était pas sans risque. Son club est en effet 15e, à seulement six points du premier relégable, Wigan. « J’espère que tous ensemble, on fera de belles choses », a-t-il déclaré. « Pour mon premier match à domicile, jouer face au champion d’Europe en titre et marquer un doublé, je n’y aurais jamais cru », concède-t-il, avant de saluer la performance de ses partenaires. « Les deux buts que j’ai mis, c’est grâce à toute l’équipe », a-t-il ainsi ajouté.

« J’espère être du voyage au Brésil »

Il sait aussi qu’il doit aussi sa progression à l’équipe de France. Et le match nul contre l’Espagne lui a permis de grandir un peu plus vite encore. « On était attendu au tournant. Beaucoup nous voyait perdre. On est parti sans pression et on aurait même pu gagner. Un nul en Espagne, c’est positif. On va essayer de continuer dans le même chemin », a lancé le milieu de terrain.

Si son avenir en club semble parti sur de bons rails, Sissoko se plait aussi à s’imaginer avec les Bleus au Brésil en 2014. « Une Coupe du Monde, c’est quelque chose d’extraordinaire pour un footballeur. Surtout au Brésil. Mais il y a beaucoup d’étapes avant cette Coupe du Monde », prévient-il. « Il y aura d’autres matchs de qualification très compliqués, et si je mets tous les ingrédients, j’espère être du voyage pour le Brésil », a conclu l’un des joueurs qu’il faudra suivre avec attention face à l’Allemagne. En attendant l'Espagne, et peut-être le Brésil...

Vidéo : les Bleus avant le match contre l'Allemagne

Voir la video

Romain Bonte