Stade de France public extérieur
Le Stade de France était visé par les terroristes de l'Etat Islamique dans les attentats du 13 novembre 2015 | FRANCK FIFE / AFP

Les kamikazes voulaient entrer dans le Stade de France

Publié le , modifié le

Malgré l'ampleur du bilan des attentats de Paris et Saint-Denis vendredi soir qui a fait au moins 129 morts et 352 blessés, il est terrible de se dire que les victimes auraient pu être encore plus nombreuses si l'équipe des terroristes avait réussi son plan initial au Stade de France. Selon toute vraisemblance, au moins un des trois kamikazes a tenté de pénétrer dans l'enceinte du Stade où venait de débuter le match amical France - Allemagne. Le secrétaire d'Etat aux sports Thierry Braillard a d'ailleurs confirmé l'information.

Ce n'était pas un supporter lambda. Comme près de 80.000 spectateurs, il s'était pourtant présenté un billet en main à une entrée du Stade de France rue Jules Rimet. Un passage par le tourniquet puis la palpation par un membre de la sécurité, rituel bien rôdé dans tous les stades de football français. C'est à ce moment qu'une ceinture d'explosifs aurait été découverte. Marche arrière pour le terroriste qui décidait de fuir et de se faire exploser en face de la porte D. Il était 21h17 et cette détonation donnait le coup d'envoi d'une soirée d'horreur à St-Denis et à Paris. Deux autres suivront autour du stade tandis que des tueries épouvantables se produiront à Paris.

"Ils ont voulu pénétrer dans l'enceinte mais ils n'ont pas pu", a précisé M. Braillard lors de l'émission Stade 2, sans pour autant préciser combien de kamikazes avaient tenté d'entrer dans le stade.

Un stadier donne sa version

Ce scénario décris au Stade France, c'est le témoignage de Zouheir cité par le Wall Street Journal qui affirme donc "qu'au moins un des assaillants à l'extérieur du stade était porteur d'un billet pour le match et a tenté de pénétrer dans l'enceinte de 80.000 place". Cette homme qui ne souhaite pas donner son nom et qui était situé à l'opposé des explosions raconte cette scène qui a ensuite été confirmée par un policier selon le media américain. Le bruit des explosions l'avait alerté. Quand il a entendu dans son talkie-walkie que le président Hollande était évacué du Stade de France, il a compris que c'était des bombes et que le pire était en marche.

VIDEO : La chronologie de la soirée au Stade de France

VIDEO : Le Stade de France, point de départ des attentats