Alou Diarra
Alou Diarra | AFP - FRANCK FIFE

Les Bleus verseront leurs primes à des oeuvres caritatives

Publié le , modifié le

Décriés ce mardi dans "l'Equipe" pour avoir décidé de profiter de leurs primes obtenues en Afrique du Sud, les joueurs de l'équipe de France se sont expliqués, par l'intermédiaire d'Alou Diarra. Selon le capitaine des Girondins de Bordeaux et de l'équipe de France, les 23 Bleus, impliqués notamment dans l'incident de Knysna, auraient l'intention de reverser leurs primes à des œuvres caritatives.

L'information a été donné mardi matin, dans les colonnes de l'Equipe. Selon le quotidien sportif, les joueurs de l'équipe de France auraient décidé de finalement jouir de leurs primes décrochés lors de la Coupe du Monde. Un choix surprenant, si l'on s'en réfère aux dires de Patric Evra, l'ancien capitaine des Bleus, qui confiait après le Mondial que les joueurs ne profiteraient d'aucune de ces primes (droits à l'image, sponsors) pour un montant estimé à deux millions d'euros. Une façon, après un exercice 2010 calamiteux, de faire amende honorable pour 23 joueurs fustigés par la critique internationale. Mais il y a un "hic" ! Les joueurs n'auraient signé aucun papier les engageant à reverser cet argent : une révélation qui a rapidement provoqué un tollé mardi dans toute la presse spécialisée.
Pour arrêter la polémique avant qu'elle ne prenne trop d'ampleur, le capitaine par intérim des Bleus, Alou Diarra, s'est exprimé cet après-midi au micro de RTL : "On voulait faire une bonne action à ce moment de l'année où les temps sont difficiles. On est très conscient qu'avec de l'argent, on peut faire plein de choses, a-t-il partagé. J'ai décidé d'intervenir parce que je n'ai pas envie qu'il y ait de polémique autour de l'Equipe de France et autour du groupe, ajouté le milieu de terrain bordelais. On doit encore en parler entre nous et réfléchir, mais l'idée, c'est  d'aider des gens qui en ont besoin, via des associations caritatives. En clair, on veut cet argent pour pouvoir l'utiliser comme nous pensons qu'il doit l'être. On est conscient de nos responsabilités et du besoin de reconquérir le public", a conclu Diarra . Fin de polémique ?