Mangala, Guilavogui
Mangala et Guilavogui, la relève tricolore | FRANCK FIFE / AFP

Les Bleus ont tout à prouver en Uruguay

Publié le , modifié le

En visite sur un continent qu’elle aimerait revoir l’été prochain pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil, l’équipe de France attaque sa tournée en Amérique du Sud. A trois mois de la reprise des qualifications pour le Mondial, les Bleus affrontent l’Uruguay ce mercredi soir. Didier Deschamps devrait mêler jeunes loups et revanchards dans son équipe face à la Celeste.

Cette tournée en Amérique du Sud a comme une odeur de Coupe du Monde pour l’équipe de France. Sur la pelouse du stade Centenario, les Bleus se mesurent à l’une des références mondiales. A la peine dans la zone AmSud de qualification au Mondial 2014 (6e à 2 points du Chili 4e et dernier qualifié virtuel), l’Uruguay a gagné la dernière Copa America. Sans compter une belle quatrième place décrochée en Afrique du Sud il y a trois ans.

Mangala, Payet, Trémoulinas : acte I

En attendant de se replonger dans les trois dernières rencontres des éliminatoires, Didier Deschamps compte faire une revue d’effectif dans le sous-continent américain. Le sélectionneur a confié vouloir faire jouer les 23 hommes qu’il a convoqué. A Montevideo, le jeune défenseur central Eliaquim Mangala (22 ans), titulaire à Porto, pourrait faire ses grands débuts chez les grands après 21 sélections en Espoirs. Face à la Celeste, Trémoulinas (1 sélection) et Payet (3 sélections) devraient également avoir droit aux honneurs du onze de départ, une première pour eux. Si l’ancien technicien de l’OM a confié préparer l’avenir en convoquant les Mangala, Lacazette, Grenier et Guilavogui, des postes sont encore à pourvoir pour les matches couperets.

En laissant Gonalons, Evra ou Rémy chez eux, DD a envoyé un message à son groupe. Avant d’affronter la Géorgie (6 septembre), la Biélorussie (10 septembre) et la Finlande (15 octobre) pour boucler les qualifications au Mondial 2014, les Bleus auront droit à trois galops d’essais face à l’Uruguay, le Brésil et la Belgique en août. L’occasion pour certains de se montrer et de prouver qu’ils ont le niveau international alors que l’équipe de France ne pointe qu’à une unité de l’Espagne dans le groupe I. 

Evra écarté et Clichy blessé, Trémoulinas a une occasion en or, tout comme Jérémy Mathieu. Revenu sous le maillot frappé du coq après une seule et unique sélection le 11 novembre 2001 contre les Etats-Unis, le défenseur valencian ne jouera pas dans la capitale uruguayenne mais devrait garder le couloir gauche contre le Brésil. Vraisemblablement titulaire à Montevideo, Dimitri Payet a également beaucoup à gagner. Auteur d’une saison pleine en Ligue 1 (12 buts, 12 passes décisives), l’ailier lillois présente un profil peu présent chez les Bleus.

Gourcuff, Sagna et Capoue ont une nouvelle chance

Lacazette, Grenier et Guilavogui devraient eux commencer sur le banc et paraissent encore léger. Cabaye en dedans lors des derniers matches et Gonalons en méforme, le Stéphanois peut toutefois tirer son épingle du jeu. Capoue, 5 sélections, part toutefois avec les faveurs des pronostics. Non retenu pour affronter la Géorgie et l’Espagne, le milieu de terrain toulousain retrouve les Bleus avec envie. Yoann Gourcuff affiche un état d’esprit identique.

Titulaire à gauche comme à Lyon, le Gone cherche à se remettre en selle sur la scène internationale. Un sentiment qui animera sûrement aussi Bacary Sagna de retour sur le côté droit de la défense. Ce match face à l’Uruguay donnera certaines indications sur les intentions de Deschamps et la capacité de certains joueurs à évoluer au niveau international. Confronté aux absences de Ribéry, Varane ou Sissoko, qui ont prouvé leur valeur, le sélectionneur cherche de nouveaux talents. Mais aussi des éléments capables de remplacer les Ménez ou Rémy, loin d’être incontestables.

Jerome Carrere