Equipe de France
Fin de match tout en émotion pour les Bleus à Wembley. | Jed Leicester - AFP

Les Bleus, et maintenant?

Publié le , modifié le

Une fois l'émotion passée, l'équipe de France se retrouvera en mars prochain pour deux matches amicaux, contre les Pays-Bas et la Russie. En attendant ces rendez-vous, de nombreuses questions se posent en vue de l'Euro 2016 qui débutera le 10 juin prochain. Dans quel état d'esprit les Tricolores vont-ils se retrouver au printemps à Clairefontaine ? Quelles seront les ambitions affichées ? Comment Didier Deschamps va-t-il gérer la préparation et quelles seront les étapes jusqu'à l'Euro ? Premiers éléments de réponses.

Quel sera le calendrier de l'équipe de France jusqu'à l'Euro ?

A la mi-mars, depuis le siège de la Fédération, Didier Deschamps révèlera la liste des joueurs retenus pour participer à deux matches amicaux. Le vendredi 25 mars, les Bleus iront aux Pays-Bas. Et, quatre jours plus tard au Stade de France, ils accueilleront la Russie. L'occasion pour le sélectionneur d'opérer d'ultimes tests tactiques, collectifs et individuels, mais aussi d'offrir à des joueurs en mode "hype" à cette période une dernière chance d'intégrer le groupe. Ensuite, Hugo Lloris et ses coéquipiers n'auront plus l'occasion de se côtoyer jusqu'à la fin de l'actuelle saison. Le sélectionneur devrait annoncer mi-mai sa liste des 23 joueurs invités à participer à l'Euro.

Selon les dernières informations, les Bleus devraient aborder deux matches de préparation (dans un calendrier "surbooké", impossible visiblement d'en inclure un troisième). Après le classique rassemblement à Clairefontaine, la première partie devrait avoir lieu dans l'Hexagone, avant une autre rencontre à l'étranger (en Autriche ?), dans les environs d'un stage programmé, d'une semaine, en dehors du sol français. Loin alors de l'effervescence attendue avant le coup d'envoi de l'épreuve. Un rappel : les Bleus disputeront le premier tour de cet Euro 2016 à Saint-Denis (le 10 juin), à Marseille (le 15 juin), puis à Lille (le 19 juin). Le staff tricolore et les joueurs connaîtront leurs adversaires le 12 décembre prochain, à l'issue du tirage au sort organisé au Palais des Congrès de Paris.

Les événements de novembre laisseront-ils des traces ?

Forcément, la vie va reprendre et, si personne n'oubliera, les footballeurs français devront retrouver toute leur concentration en vue de l'enjeu sportif que représente un Championnat d'Europe disputé à la maison. Avec un Didier Deschamps, réputé pour sa soif de gagner et ambitieux, à la tête des Bleus, pas de doute : le message circulera vite auprès des joueurs. La motivation extrême sera un leitmotiv. Par contre, on peut imaginer que les drames traversés actuellement et qui ont touché la sélection au plus près (attentats au Stade de France durant France-Allemagne, plus le deuil de Lassana Diarra qui a perdu une cousine en plein Paris, sans oublier Antoine Griezmann inquiet pour sa soeur) auront soudé encore plus le groupe. Une équipe qui, de façon nettement plus positive, avait déjà gagné en solidarité durant le Mondial 2014 au Brésil. Une question se pose : comment les joueurs, présents sur la pelouse vendredi dernier contre les Allemands et donc traumatisés, réagiront-ils en retrouvant le Stade de France fin mars ?

Quid du dossier Benzema-Valbuena ?

Une affaire dont de se serait bien passé Didier Deschamps qui, depuis sa prise de fonction en juillet 2012, se bat pour redorer le blason d'une équipe de France à l'image écornée auparavant (la main de Thierry Henry, Knysna, le comportement de Nasri à l'Euro 2012). Concernant Karim Benzema, le sélectionneur avait profité de la blessure de l'attaquant du Real, donc forfait pour le rassemblement de novembre, pour ne pas avoir à évoquer son cas devant les médias. Ou du moins tenté de ne pas en parler. C'était plus sensible pour Mathieu Valbuena dont la non-sélection a fait jaser. Le patron des Bleus s'est réfugié derrière l'aspect psychologique, prétextant que son joueur n'était pas dans les meilleures dispositions morales pour se mêler à ses camarades.

Que décidera "DD" en mars ? Sa décision sera évidemment influencée par les suites judiciaires données à cette plainte. Rappelons que, pour l'heure, dans le cadre de l'enquête sur cette affaire de chantage à la "sextape", les deux hommes n'ont pas le droit de se rencontrer, ni même d'entrer en contact. Mais rien ne dit qu'au printemps prochain le dossier soit bouclé. Bien au contraire. Le calendrier d'un juge d'instruction n'est pas calé sur celui de la FFF. Il est probable que le sélectionneur ne prenne pas de risques dans ce cas. Si un retour de Valbuena est envisageable, sauf méforme ou blessure, celui de Benzema est plus qu'aléatoire. Une précarité pour l'ancien Lyonnais qui pourrait le priver d'Euro.

Quels seront les 23 pour l'Euro ?

Sauf coups durs de dernière minute, une douzaine de joueurs disputeront l'Euro en France. On peut citer Hugo Lloris, Steve Mandanda, Bacary Sagna, Raphaël Varane, Laurent Koscielny, Mamadou Sakho, Patrice Evra, Paul Pogba, Blaise Matuidi, Yohan Cabaye, Antoine Griezmann et Olivier Giroud. Certains, déjà présents au Brésil en 2014, sont en ballottage favorable: Morgan Schneiderlin, Moussa Sissoko, Lucas Digne, Eliaquim Mangala et Loïc Rémy. Voilà qui n'offre plus que quelques strapontins aux derniers candidats. Six ou sept postes sont donc à pourvoir. Bien évidemment, l'état de forme des uns et des autres sera primordial au moment des choix du sélectionneur. Mais on peut considérer que Didier Deschamps misera sur des garçons appelés récemment ou de retour (Benoît Costil, Christophe Jallet, Lassana Diarra, Maxime Gonalons, Alexandre Lacazette, Hatem Ben Arfa, André-Pierre Gignac) et des novices (Anthony Martial, Kingsley Coman, Paul-Georges Ntep) pour compléter sa liste.

Reste l'imprévu de dernière minute, la révélation inattendue du printemps ou la promotion d'un ou deux Espoirs (Benjamin Mendy, Adrien Rabiot, Corentin Tolisso, Sébastien Haller ?). Enfin, on l'a vu, c'est encore le flou pour déterminer si Karim Benzema et Mathieu Valbuena, pris par leurs déboires judiciaires, y seront. Idem pour Nabil Fekir, mais pour d'autres raisons. Le Lyonnais a entamé une course contre la montre pour se remettre d'une opération mi-septembre des ligaments du genou. Certaines rumeurs (fantaisistes ?) circulaient également sur une reprise de contact entre le sélectioneur et Franck Ribéry. Mais, là, la présence du Nordiste serait une énorme surprise et ne repose encore sur rien de tangible.

Nicolas Gettliffe

Equipe de France de football