Equipe de France - Belgique
Equipe de France - Belgique | AFP - FRANCK FIFE

Les Bleus encore loin du compte

Publié le , modifié le

L’équipe de France "made in" Laurent Blanc a terminé la saison 2011 invaincue. Une performance en soit et loin d’être promise au lendemain de l’échec de la Coupe du monde 2010. Pourtant, malgré cette série de 17 rencontres sans échec, le chantier à mettre en place dans l’optique de l’Euro 2012 reste vaste. Hormis quelques titulaires, de nombreux joueurs sont loin d'avoir donné totale satisfaction.

Sept victoires et six nuls. L’année civile 2011 se termine sur un bilan positif pour l’équipe de France. Sur le chantier de ruines qu’il restait après le mondial sud-africain, Laurent Blanc est parvenu à recréer une équipe compétitive. A la clef, une victoire de prestige face au Brésil (1-0) au Stade de France en début d'année, même si la Seleçao opposée ce soir là était à un stade expérimental, et une qualification pour l'Euro 2012 en Pologne-Ukraine. Quelques succès ont également donné de quoi sourire. On se souvient de la seconde mi-temps face à l’Ukraine (4-1), ou encore d'un match de qualité face à l’Albanie (3-0).

Une régularité qui a permis à l’équipe de France de remonter à la 12e place du classement FIFA (contre la 27e en septembre 2010). Mais surtout, les Bleus forment de nouveau une équipe respectable et respectée sur la scène internationale. Au soir de son match nul contre la Belgique mardi, Laurent Blanc tenait à le rappeler : "Je peux vous dire qu'à l'étranger, on a plus de considération pour l'équipe nationale française. Les Allemands veulent éviter la France au 4e chapeau, c'est plutôt un compliment. Je les rassure, nous aussi on veut les éviter" a t-il conclu avec humour.

Milieu, capitaine, tout reste à faire

Pourtant, même de pareils résultats n’empêchent pas de faire la fine bouche. La deuxième partie de la saison a montré une forme de stagnation. Entre blessures à répétitions et manque de responsabilités de certains joueurs, l’animation offensive au milieu de terrain a souvent fait défaut. Gourcuff, Nasri ou Martin, aucun de ces trois là n’a convaincu sur le long terme. Conséquence : la qualification directe pour l’Euro n’a tenu qu’à un fil et un pénalty de Samir Nasri face à la Bosnie-Herzégovine. Les dernières sorties contre les États-Unis et la Belgique ont confirmé cette tendance. On attendait mieux d'un tel groupe,

La question du capitanat n’est elle aussi, toujours pas résolue. Si Hugo Lloris, qui a porté le brassard lors des cinq dernières rencontres, tient la corde, Laurent Blanc affirme que rien n’est figé. Début novembre, le technicien tricolore le rappelait : "Le nom est dans ma tête, c'est la seule réponse que je peux donner. Il sera désigné au mois de février". Ce sera juste avant d’affronter l’Allemagne en match amical sur son terrain, l’une des équipes que la France pourrait retrouver dans son groupe à l’Euro. Une grande répétition ?

Le groupe probable (15)

Gardiens : Hugo Lloris, Steve Mandanda, Cédric Carrasso
Défenseurs : Adil Rami, Eric Abidal, Philippe Mexès
Les milieux
: Marvin Martin, Franck Ribéry, Florent Malouda, Yohan Cabaye, Samir Nasri, Yann M'Vila
Les attaquants : Karim Benzema, Loïc Rémy, Kevin Gameiro

Les joueurs en ballotage (13)

Défenseurs : Jérémy Mathieu, Bakary Sagna, Anthony Réveillère, Mathieu Debuchy, Patrice Evra, Mamadou Sakho
Milieux : Jérémy Ménez, Alou Diarra, Mathieu Valbuena, Blaise Matuidi, Yoann Gourcuff
Attaquants : Olivier Giroud, Bafetimbi Gomis

Les surprises (19)

Gardien : Stéphane Ruffier
Attaquants : Djibril Cissé, Guillaume Hoarau, André-Pierre Gignac, Jimmy Briand
Milieux : Hatem Ben Arfa, Abou Diaby, Maxime Gonalons, Jérémy Toulalan, Lassana Diarra, Rio Mavuba
Défense : Younès Kaboul, Aly Cissokho, Laurent Koscielny, Gaël Clichy, Benoit Tremoulinas, Charles N’Zogbia, Rafael Varane, William Gallas