Jeff Reine-Adelaïde
Jeff Reine-Adelaïde double buteur face à la Géorgie | JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Les Bleuets s'imposent dans la douleur face à la Géorgie

Publié le , modifié le

L'équipe de France espoirs s'est imposée dans la douleur 3-2 face à la Géorgie en éliminatoire de l'Euro-2021 vendredi, au stade Marcel-Picot de Nancy.

La troupe de Sylvain Ripoll, qui menait tranquillement 2-0, s'est faite rejoindre en trois minutes en deuxième mi-temps avant de finalement trouver les ressources nécessaires pour décrocher leur troisième succès en autant de rencontres.  Ils partagent la tête du groupe 2 avec la Suisse qu'ils défieront mardi (18H55). Les Géorgiens ont été mis sous pression d'entrée de jeu, Jonathan Ikone à la pointe de l'attaque se montrant dangereux sur ses premiers ballons (2e, 8e).

Les jeunes pousses tricolores ont ouvert logiquement la marque par une frappe excentrée du droit du capitaine Jeff Reine-Adelaïde (14e, 1-0), lui qui avait déjà ouvert le score lors de la précédente rencontre face à la Slovaquie (5-3). Les Bleuets insistaient devant une très fébrile défense géorgienne, notamment par des frappes de Moussa Diaby (17e) et Odsonne Edouard (20e) puis une tête de Dan-Axel Zagadou (21e) qui ne trouvaient cependant pas le cadre, symbolisant un cruel manque de réalisme.

S'ils ne baissaient pas le rythme les Tricolores ne parvenaient plus à inquiéter le gardien Luka Gugeshashvili. Ils se faisaient même peur sur une frappe plein axe à 25 mètres de Kokhreidze sur laquelle le portier Alban Lafon a été contraint d'effectuer une parade de grande classe pour mettre le ballon en corner (43e). Dès la reprise, les Bleuets ont remis un coup de pression et Moussa Diaby a vu sa frappe contrée par le portier géorgien (52e). Sur l'action qui suivait, Jeff Reine-Adelaïde doublait la mise sur un coup-franc direct excentré côté droit (54e, 2-0).

Un grand ouf de soulagement

Le plus dur semblait fait et pourtant quatre minutes plus tard, les Français se mettaient à vaciller. Une sortie hasardeuse de Lafon et Kokhreidze n'a plus eu qu'à pousser le ballon dans le but déserté (58e, 2-1). Puis, deux minutes plus tard, Khvicha Kvaratskhelia entré en jeu depuis quelques secondes à peine, a repris un centre de la droite et contre toute attente égalisait (60e, 2-2). Soudains tétanisés les joueurs de Sylvain Ripoll se sont montrés moins tranchants, parfois hésitants, même si ils ont conservé la direction du jeu.

Ils ont finalement arraché la victoire sur un penalty transformé par Odsonne Edouard (90e) et pouvaient légitimement pousser un grand ouf de soulagement. Ils ne devront pas connaître pareil trou d'air qui leur serait fatal mardi en Suisse s'ils souhaitent s'emparer seuls de la tête du groupe 2.
 

AFP

Equipe de France de football