Pogba Kondogbia U20
Geoffrey Kondogbia, buteur contre le Ghana, a permis aux Bleuets de bien commencer ce Mondial. | EPA/MAXPPP

Les Bleuets face à tout un peuple

Publié le , modifié le

Les Bleuets rentrent ce soir dans le vif du sujet. Ils affrontent à 20 heures la Turquie, pays hôte, à Gaziantep en huitièmes de finale de la Coupe du Monde U20. Après un premier tour en demi-teinte et une deuxième place dans le Groupe A derrière l'Espagne, il est grand temps de se réveiller pour les hommes de Pierre Mankowski. "C'est le début d'une nouvelle compétition", déclare même Kurt Zouma.

Avec Pogba (Juventus Turin), Sanogo (transféré à Arsenal), Kondogbia (FC Séville), Digne et Thauvin (Lille), l'ancien adjoint de Raymond Domenech peut compter sur de nombreux talents qui jouent déjà régulièrement au sein des grands clubs français et européens. Jamais autant d'espoirs n'avaient été placés dans une équipe de France U20. Sur le papier en tout cas, car ce groupe qui nous avait tant enthousiasmé durant les qualifications pour le Mondial (sept victoires, deux nuls) peine à évoluer à son véritable niveau depuis le début de la compétition. Après un match d'ouverture convaincant face au Ghana (3-1), les Bleuets ont concédé un match nul inquiétant face aux Etats-Unis (1-1), la nation la plus faible du groupe, avant de succomber face au favori de la compétition, l'Espagne (2-1). Collectivement et physiquement, l'équipe n'est pas encore au point. Durant le premier tour, les joueurs ont paru émoussés et l'animation offensive s'est résumée à une association d'individualités. Les cadres ne sont pas au rendez-vous, après une saison éprouvante pour certains (Pogba, Kondogbia) et les tourments du mercato pour d'autres (Digne, Thauvin). Les critiques se font déjà entendre.

De l'arrogance chez les Bleuets ?

"Non, je ne perçois pas de suffisance", rétorque le lyonnais Naby Sarr, qui remplacera en défense centrale son coéquipier en club, Samuel Umtiti, suspendu. C’est vrai que certains joueurs évoluent dans de grands clubs mais ils sont tous conscients de l'enjeu. Je les vois à l’entraînement, en match, s’acharner, se battre pour le collectif même si ça ne réussit pas tout le temps. Quand on regarde le match de l’extérieur, je comprends qu’on puisse avoir cette impression mais vraiment ce n’est pas le cas." Son entraîneur Pierre Mankowski abonde dans le même sens : "Je ne suis pas du tout d’accord avec ça. Ils ne se sont pas vus trop beaux. Si ils s’étaient vus trop beaux, ça n’aurait pas été des matches comme ça. La réalité, c’est qu’au quotidien, hors des terrains, il faut toujours être derrière pour qu’ils ne soient pas suffisants mais ça, c’est le lot de tous les footballeurs qui ont du talent et cet âge-là." La fin de sa déclaration laisse pourtant planer le doute sur la mentalité de ses ouailles, un reproche souvent adressé à leurs aînés.

Les choses sérieuses commencent maintenant

Pour passer l'obstacle turque, poussé par tout un stade acquis à sa cause, les Bleuets devront retrouver plus de discipline et de cohésion. Paul Pogba sera de retour après sa suspension contre l'Espagne, un atout indéniable avant d'aborder ce match couperet.  Leur adversaire du jour n'a pas lui non plus été flamboyant lors des trois premiers matchs (deux victoires, une défaite), mais il dispose de plusieurs cordes à son arc. Salih Uçan, l'élégant milieu de terrain de 19 ans évoluant à Fenerbahçe, est notamment suivi par Manchester United. Il sera le principal danger du pays hôte, sans oublier le petit dribbleur de Fulham, Kevin Frei. "C'est une très belle équipe, très solide, qui a d'excellents joueurs. L'ambiance sera telle qu'on la connaît dans les stades en Turquie. Les supporters sont très enthousiastes", analyse le sélectionneur français.  "Maintenant, c’est une autre approche, il faut gagner, prendre des risques, se libérer", poursuit-il. Ses joueurs en sont conscients et veulent à tout prix se racheter d'un premier tour mi-figue mi-raisin. "C’est autre chose qui va commencer", complète Sarr. A Gaziantep, le retour de nos Bleuets est espéré.

Adrien Debargue