Ukraine France Euro 2017
Marie-Laure Delie à la lutte avec la défenseuse ukrainienne Iryna Vasylyuk lors du match aller. | SERGEI SUPINSKY / AFP

Les Bleues en méforme avant l'Ukraine ?

Publié le , modifié le

Les Bleues jouent leur qualification pour l'Euro 2017 ce soir à Valenciennes face à l'Ukraine (21h), leur dauphin dans le groupe 3. Invaincues dans cette phase de qualification, il ne leur manque qu'un petit point pour être du voyage aux Pays-Bas l'été prochain (16 juillet-6 août). La tâche semble largement à la portée des joueuses de Philippe Bergeroo même si lors de ses dernières sorties internationales, l'Equipe de France s'est montrée moins convaincante que par le passé.

Jusqu'à présent, les Bleues ont rendu une copie parfaite. Avec cinq victoires en autant de rencontres, seize buts marqués et aucun encaissé, cette phase de qualification à l'Euro 2017 a des airs de promenade de santé. Les Ukrainiennes avaient d'ailleurs fait les frais de la super forme des Françaises à l'aller en s'inclinant lourdement chez elles 3-0. Seulement, depuis quelques rencontres les Bleues paraissent montrer quelques signes de faiblesse. Dernière du tournoi amical She Believes Cup en mars avec deux défaites face à l'hôte américain (1-0) et l'Allemagne (1-0), et un nul contre l'Angleterre (0-0), les Françaises semblent avoir perdu leurs qualités offensives.

Programme chargé

Vendredi face à la Roumanie, Il a fallu un penalty d'Elise Bussaglia, pour que l'équipe de France retrouve le chemin des filets. L'attaquante des Bleues Eugénie Le Sommer avait averti avant la rencontre qu'il ne faudrait pas s'attendre à un festival de buts, à Pitesti : "Il y a quelques années, on aurait gagné 7 ou 8 à 0, et maintenant ce n'est plus le cas." Et la joueuse vu juste puisque la France s'est imposée sur le plus petit des scores (1-0).

Comment expliquer cette difficulté inhabituelle, face à une formation que les Tricolores avaient battue 3-0 à l'aller ? Avant le match, Le Sommer avançait l'argument d'une période très chargée pour les Bleues . Les onze titulaires en Roumanie étaient par exemple concernées par les demi-finales de la Ligue des champions, qui débutent le 23 avril. "Je sais que j'ai la saison avec l'équipe de France, les matches de qualification pour l'Euro-2017, et surtout la saison avec le club où on veut bien finir, la Ligue des champions, la coupe, le championnat... Il y a encore beaucoup d'objectifs", énumérait l'attaquante de l'Olympique lyonnais.

Composer avec les blessées

Autre explication à cette mauvaise passe internationale : les blessures qui s'accumulent. "Depuis la fin de la Coupe du monde, j'ai six, sept titulaires blessées à chaque match", expose régulièrement le sélectionneur Philippe Bergeroo. Touchée à la cheville en Roumanie, Louisa Necib est la dernière en date à avoir déclaré forfait en sélection. Claire Lavogez, Laura Georges, Laure Boulleau et Méline Gérard sont, entre autres, indisponibles. Sans parler de Wendie Renard, patronne de la défense et capitaine, touchée au genou et qui avait déjà manqué la tournée américaine des Bleues début mars.

La qualification pour l'Euro en poche, les Bleues pourront ensuite se tourner vers leur objectif majeur de cette année 2016 : les Jeux Olympiques de Rio (5-21 août). Mais avant, elles doivent faire le job face à l'Ukraine ce soir. Et convaincre.