L'attaquant de l'équipe de France, Karim Benzema
Karim Benzema n'a plus porté le maillot bleu depuis près d'un an et demi | AFP - VALERY HACHE

Le retour de Karim Benzema en équipe de France? Pas tout de suite, mais pas impossible non plus

Publié le , modifié le

Karim Benzema aligne les performances de choix depuis son retour à la compétition avec le Real Madrid, mais ça n'a pas suffi pour que Didier Deschamps le rappelle pour les matches de l'équipe de France contre la Bulgarie (7 octobre) et les Pays-Bas (10 octobre). Ce dimanche, dans Téléfoot, le sélectionneur des Bleus et le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, sont revenus sur la situation de l'attaquant tricolore. Celle-ci est figée, mais pas désespérée.

Kinglsey Coman, Antoine Griezmann, Kevin Gameiro, Anthony Martial, Nabil Fékir et André-Pierre Gignac. Pour les matches des éliminatoires du Mondial 2018 contre la Bulgarie et les Pays-Bas, les 7 et 10 octobre prochains, Didier Deschamps a retenu six attaquants. Aucune trace de Karim Benzema. Pourtant, le Madrilène a retrouvé une place de titulaire à la pointe de l'attaque du Real depuis son retour à la compétition le 10 septembre dernier. Interrogé jeudi dernier lors de la traditionnelle conférence de presse pour l'annonce de sa liste, Didier Deschamps a été clair : "Je fais des choix et quand je fais des choix, peu importe le joueur, je fais des choix pour ce que considère être le bien de l'équipe de France". Dimanche, dans l'émission Téléfoot, le sélectionneur est revenu sur cette situation et en a dit un petit peu plus. Pas trop non plus.

La porte n'est pas fermée

Le pragmatisme de Didier Deschamps n'est plus à démontrer. Par le passé, des clashs en club ou dans la presse avec Dimitri Payet, Hatem Ben Arfa ou André-Pierre Gignac n'ont pas empêché ces derniers de faire leur retour en équipe de France. Pour Karim Benzema, c'est pareil. Touché, blessé par les propos du joueur après sa non-sélection pour l'Euro - le buteur avait déclaré dans le journal espagnol Marca que le sélectionneur Didier Deschamps avait "cédé à la pression d'une partie raciste de la France" en ne le retenant pas dans son groupe pour le tournoi -, Deschamps n'a pas encore tourné la page. La situation judiciaire de l'attaquant dans l'affaire de la sextape, demeurant floue, n'aide pas non plus. Pourtant, ce ne sont pas ses raisons qui ont poussé Deschamps à ne pas le rappeler. La seule et unique raison de la non-convocation du numéro 9 madrilène pour les matches d'octobre est sportive. "Je ne fais que des choix sportifs" a insisté le sélectionneur dans Telefoot.

Comme l'a dit Ludovic Giuly ("Benzema doit jouer au foot, laisser couler ça. C'est un grand joueur, ça reviendra tout seul"), Benzema doit donc continuer à travailler à Madrid (2 buts en 7 matches) et son retour chez les Bleus sera la suite logique. D'autant plus logique que, la porte des Bleus n'est pas fermée définitivement pour "Benz". "Pourquoi pas?, a avancé l'entraîneur sur TF1. Il n'y a pas de situation définitive. C'est arrivé pour d'autres joueurs aussi, dont vous (les médias) avez pensé qu'ils ne reviendraient pas, pour différentes raisons. Je ne fais pas un cas particulier avec Karim, bien au contraire". 

Benzema veut revenir

Noël Le Graët, le président de la FFF, a également donné son avis sur la situation. Selon lui, ce n'est "pas encore le moment". "Il y a toujours cette petite affaire qui est en cours et qui un jour aura une fin", a dit le dirigeant dans l'émission Téléfoot. "Moi, à titre personnel, j'aime bien cet homme-là. Il n'a jamais posé de problème dans le groupe, mais je pense qu'il faut effectivement que cette affaire soit complètement éclaircie. Je ne souhaite pas que dans le premier rassemblement (des Bleus), s'il revient, on lui pose la question sur l'affaire", a-t-il expliqué. Benzema, lui, contrairement à d'autres, n'a pas tourné le dos au Bleu. "J'aime l'Equipe de France. Je vais attendre maintenant. Je suis sélectionnable. J'aime mon pays. Je serai heureux de revenir chez les Bleus", a-t-il assuré. 

Il n'a, a priori, rien d'autre à faire que de continuer dans la voie du travail sans esclandre ou nouvelle polémique. Même s'il a été blessé par ses propos, Didier Deschamps ne demande "pas d'excuse" au joueur. Les deux hommes n'auraient d'ailleurs plus de contacts depuis le mois de mai et la liste pour l'Euro. Le sélectionneur n'a pas l'habitude de converser régulièrement avec les joueurs en dehors des rassemblements. Le cas Aymeric Laporte est en le dernier exemple. Il les convoque. Point. Le dialogue a souvent lieu entre les murs de Clairefontaine. "Vous pourriez me poser la question 10000 fois, si j'ai un message à lui transmettre (à Benzema, ndlr), je ne passerai pas par vous", a rappelé Didier Deschamps dans Téléfoot.

L'avenir de Benzema en Bleu est donc toujours entre parenthèses. On devrait en savoir plus le 14 octobre, jour durant lequel la justice doit se prononcer sur la régularité de la procédure dans l'affaire de la sextape à la demande de trois personnes mises en cause: Benzema, Mustapha Zouaoui (qui gravite depuis des années autour des footballeurs) et Karim Zenati, intime du joueur du Real Madrid. S'il est relaxé, comme l'espère son avocat, Maître Eric Dupond-Etienne, et qu'il continue à performer avec la "Maison Blanche", la présence de Benzema serait le principal enjeu de la liste de Deschamps pour les matches contre la Suède (11 novembre) et la Côte d'Ivoire (15 novembre). Le dernier mot reviendrait alors à Deschamps...

Benoit Jourdain @BenJourd1

Equipe de France