FFF Le Graet président 062011
Noël Le Graët, nouveau président de la FFF | AFP - Franck Fife

Le Graët sur tous les fronts

Publié le , modifié le

A l'issue d'un conseil exécutif, Noël Le Graët, le nouveau président de la FFF, s'est montré très prolixe, ne fuyant aucun sujet. Il a ainsi évoqué tour à tour le cas polémique de Raymond Domenech, le probable départ de Prévosto et la fin du dossier des primes. Tour d'horizon.

Le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët a indiqué qu'il espérait trouver "une solution définitive" avec Raymond Domenech pour éviter d'aller au bout de la procédure aux Prud'hommes. L'ancien sélectionneur limogé à l'issue du Mondial 2010 conteste son licenciement pour faute grave et réclame 2,9 millions d'euros de dommage et intérêt.

Une audience de conciliation en avril entre les deux parties avait échoué et l'examen final de l'affaire est programmé le 13 janvier 2012 devant les Prud'hommes de Paris. "Je l'ai reçu, a expliqué le nouveau président de la FFF à l'issue d'un comité exécutif. Je suis président et il faut qu'il considère qu'il a été salarié de la FFF, je ne suis pas prêt à satisfaire toutes les fantaisies d'avocats". "Si on peut trouver un accord, je préférerais que le dossier soit clos dans les jours qui viennent, a poursuivi le dirigeant. La vie est faite d'espoir. J'ai bon espoir de trouver une solution définitive début août". "Est-ce que notre entrevue s'est bien passée ? Encore heureux qu'il ait été courtois ! Mais lors des premiers rendez-vous, on tombe rarement d'accord", s'est contenté d'ajouter Le Graët.

Prevosto sur le départ
Le président de la FFF a également profité de cette conférence de presse pour confirmer que l'avenir au sein de l'instance était en "pointillé" pour le directeur général adjoint, André Prévosto, sanctionné récemment dans l'affaire des quotas. "J'ai rencontré Monsieur Prévosto, cela n'a pas été forcément agréable, ni pour lui ni pour moi. Le dossier est en cours. Nous nous sommes vus pour parler de l'avenir, un avenir en pointillé. Je ne peux pas en dire plus", a commenté le président de la 3F devant une poignée de journalistes.

André Prévosto fut mis à pied six jours dans l'affaire des quotas pour avoir laissé dans un tiroir le fameux enregistrement des débats révélés par Mediapart sans en avertir sa hiérarchie. Une source proche du dossier avait expliqué la semaine dernière que Le Graët l'avait vu et qu'il lui avait dit qu'il n'avait pas confiance en lui, lui demandant de mettre ses avocats en rapport avec ceux de la Fédération. Pour le remplacer, le nom de Marie Barsacq, qui fait partie des administratifs de la FFF, chargée de l'Institut de formation du football, est cité.

Les primes ? Un dossier enfin clos
"Le dossier des primes est clos, tous les joueurs de l'équipe de France les ont abandonnées", a également ajouté Noël Le Graët, refermant ainsi un dossier qui traînait depuis le fiasco des Bleus au Mondial 2010. Pressé de partir pour aller assister ce mercredi soir en Allemagne à la demi-finale des Bleues contre les Etats-Unis au Mondial féminin, il ne s'est pas attardé sur le sujet mais sa déclaration signifie que le dossier est également réglé pour l'attaquant de Chelsea Nicolas Anelka, qui était le dernier joueur à ne pas s'être mis d'accord avec la FFF. L'autre joueur dont le dossier restait en suspens était le défenseur William Gallas, qui avait finalement renoncé à toucher ses primes de droit à l'image la semaine dernière.

AFP