FFF conseil fédéral 2010
Le Bureau de la FFF | AFP-LO PRESTI

La FFF n'interviendra pas sur les sanctions des Bleus

Publié le , modifié le

Le conseil fédéral de la Fédération française a rejeté les appels en faveur d'une intervention de sa part pour alléger ou transformer les sanctions prises après la Coupe du monde, alors que Patrice Evra a pris la décision de faire appel de la sanction prise à son encontre. Cette absence d'intervention de la FFF n'est pas pour plaire à certaines personnalités du football français, réclamant le retour des joueurs sanctionnés en équipe de France.

Au lendemain d'une lettre ouverte signée notamment par Guy Roux, Aimé Jacquet et Michel Hidalgo invitant la FFF à "réagir", le conseil fédéral, réuni au siège de la Fédération, boulevard de Grenelle, a refusé d'intervenir au sujet des sanctions prises contre Nicolas Anelka, (18 matches de suspension), Patrice Evra (5 matches), Franck Ribéry (3 matches), et Jérémy Toulalan (1 match). Mécontent de la sanction qui a été prise à son égard par la commission de la FFF, Evra, le capitaine des Bleus lors du Mondial, a décidé qu'il ferait appel de cette sanction.

En dépit de l'appel du joueur, la FFF a décidé de ne pas intervenir dans les sanctions qui ont été prises le 17 août par la commission. "Soucieux de respecter ses règlements, le conseil fédéral n'interviendra pas dans le déroulement de la procédure engagée par les organes disciplinaires compétents et prendra acte de leurs décisions", a-t-elle expliqué dans un communiqué. Réclamant l'anonymat, un membre du conseil fédéral a même souligné, en reprenant ironiquement les propos d'Anelka à l'encontre des dirigeants de la FFF: "On a maintenu la position de la commission parce qu'on n'est pas des clowns. On ne peut pas oublier ce qui s'est passé le 20 juin."

Pourtant, cette décision de non intervention de la FFF ne fait pas l'unanimité dans le monde du football français. Dans une lettre ouverte, signée notamment par Aimé Jacquet et Michel Hidalgo, deux anciens sélectionneurs des Bleus, des personnalités du football français invitent la FFF à intervenir en faveur d'un retour des joueurs sanctionnés pour les matches de qualification à l'Euro 2012, qui débutent le 3 septembre contre la Biélorussie. "C'est le bon sens et l'intérêt général qui doivent l'emporter", écrivent-ils dans cette lettre.
Par ailleurs, les signataires rappellent que le nouveau sélectionneur des Bleus, Laurent Blanc, a lui-même sanctionné collectivement les joueurs présents en Afrique du Sud en ne les sélectionnant pas pour le match amical perdu 2-1 contre la Norvège le 11 août.

"Nous pensions que tout le monde avait compris le message du nouveau coach des Bleus, déjà tourné vers les qualifications à l'Euro 2012. Il n'en a rien été, et la commission de discipline, mardi dernier, a entravé, compte tenu des sanctions par elle prononcées, la marche en avant de la nouvelle équipe de France", disent-ils dans cette lettre ouverte. Jugeant les sanctions "injustes", les signataires proposent à la FFF de les commuer en travaux d'intérêt général. Le conseil fédéral est resté sourd à l'appel des signataires de la lettre ouverte à la FFF. "On ne peut pas dire tout et son contraire. Hier, ces gens-là disaient que l'équipe de France s'était comportée de manière scandaleuse et disproportionnée. On a vu certaines de ces personnes pleurer à la télé mais à un moment il faut savoir rester cohérent et logique", a réagi le même membre du conseil fédéral.

Par Rayan Ouamara avec Reuters