Kylian Mbappé a alterné le bon et le moins bons face à l'Espagne
Kylian Mbappé sous le maillot de l'équipe de France | Philip Rock / ANADOLU AGENCY

France-Espagne : match difficile pour les jeunes Mbappé, Tolisso, Rabiot et Bakayoko

Publié le , modifié le

Kylian Mbappé, Corentin Tolisso, Adrien Rabiot et Tiémoué Bakayoko se sont faits voler la vedette. Alors que la jeune garde française avait l'occasion de marquer les esprits face à un adversaire de gros calibre, elle a souffert. C'est de l'arbitrage vidéo dont on parlera plus.

Un match sans enjeu mais pas sans pression. Jouer l'Espagne au Stade de France quand on débute en équipe de France (Tolisso et Bakayoko) ou que l'on est encore seulement aux prémices de sa carrière internationale (Mbappé, Bakayoko) n'est pas chose aisée. Les Bleus l'ont appris à leurs dépens. A des niveaux différents, ils ont tous souffert pour exprimer pleinement le talent évident qu'on leur connaît.

Mbappé, à revoir

On ne peut enthousiasmer son monde sans subir en retour les regards braqués sur vous. Kylian Mbappé était attendu, lancé qu'il a été dans le grand bain par Didier Deschamps, et malheureusement il a un peu déçu. Certes, il a des circonstances atténuantes. Un, la pression inhérente à un tel match. Deux, l'adversité avec la paire Piqué-Ramos était d'un niveau exceptionnellement élevé. Finalement, c'est un match en demi-teinte qu'a livré le jeune monégasque. Il aurait pu ouvrir le score en tout début de partie sans une parade de De Gea (5e). Il y a aussi eu quelques péchés de jeunesse, de mauvaises prises de balle dans les premières secondes de la rencontre ou des dribbles trop gourmands mais au moins a-t-il répondu à l'appel de Deschamps qui demandait de "l'enthousiasme". Remplacé peu après l'heure de jeu par Giroud, Mbappé reviendra, c'est une évidence.

Un milieu en difficulté

Le plus criant aura finalement été la grande souffrance du milieu de terrain à trois Kanté-Rabiot-Tolisso incapable d'une part de gêner le jeu de passe de son adversaire mais surtout incapable de reprendre le contrôle du ballon quand la défense subissait les nombreuses attaques ibériques. Pendant la majeure partie de la rencontre, l'Espagne a dominé assez nettement. Et l'équipe de France rendait à la fois trop rapidement et trop facilement le ballon. La sortie de Rabiot était évidemment une volonté de la part de Didier Deschamps de ne pas le griller physiquement mais sans doute que ce choix a été facilité par la prestation du Parisien. Pour sa défense, Tiémoué Bakayoko est coupable d'une perte de balle décisive sur l'ouverture du score de David Silva sur penalty. Trop timide, Corentin Tolisso n'a de son côté pas assez pesé sur le match et a surtout été incapable de jouer "box to box" (d'une surface à l'autrre) comme il le fait avec Lyon.

La mue de l'équipe de France entamée par Didier Deschamps va prendre du temps et a pour objectif final à la fois le Mondial russe en 2018 mais surtout l'Euro 2020 et le Mondial 2022. Avoir goûté au très haut niveau international ne sera pas du luxe pour tous ces jeunes que l'on reverra à coup sûr, très rapidement.