Olivier Giroud au duel avec Wilfried Kanon
Olivier Giroud au duel avec Wilfried Kanon | FRANCK FIFE / AFP

France - Côte d'Ivoire : les deux équipes se quittent bons amis (0-0)

Publié le , modifié le

La France et la Côte d’Ivoire se neutralisent (0-0), suite à une rencontre dans un premier temps équilibrée, puis hachée par un manque d’intensité. Les hommes de Didier Deschamps terminent donc l’année avec un bilan comptable de 13 victoires, 3 nuls sans but et une défaite en finale de leur Euro, contre le Portugal.

Match stérile. Alors que les joueurs de l’équipe de France disputaient leur dernière rencontre de l’année, contre la Côte d'Ivoire, avec l’objectif d’ajouter une 14e victoire en 2016, synonyme de record inédit, les hommes de Didier Deschamps ont dû se contenter d’un match nul, sans but. Les remplaçants avaient l’occasion de marquer des points, après la victoire contre la Suède, vendredi dernier (2-1), dans le cadre des qualifications au Mondial 2018. Pas sûr qu’ils ont tous bien convaincu.

A lire aussi : un bilan mitigé pour les jeunes

Pourtant, très rapidement, les Bleus mettent la pression sur les Ivoiriens. Il faut attendre seulement trois minutes, pour voir le premier corner en leur faveur. Ensuite, Kévin Gameiro est le premier dangereux en reprenant une demi-volée instantanée. Celle-ci s’échappe devant le poteau gauche et vient frôler sa base (9e). Deux minutes plus tard, un but est refusé à la Côte d’Ivoire. Salomon Kalou avertit une première fois la défense tricolore.

Ce coup pour coup illustre parfaitement l’ensemble de la première période. Si les hommes de Didier Deschamps ont la possession du ballon, les Ivoiriens baissent l’intensité du match. À l’issue des 45 premières minutes, les deux équipes se neutralisent. On retiendra le tir de Kodjia obligeant Costild’être à la parade pour repousser le danger. Côté Bleus, N’Golo Kanté tire plein axe, ne surprenant pas le portier ivoirien, Gbohouo.

2e période, copie de la 1re

Dans le prolongement de la première partie de la rencontre, l’intensité est effacée au profit d’un jeu haché, en seconde période. Et encore une fois, les occasions les plus franches sont Ivoiriennes. Pour sa première sélection, Benoît Costil évite un but gag pour quelques mètres. Venu dégager le ballon de la tête, hors de ses cages, Max-Alain Gradel reprend le cuir et tente immédiatement sa chance des 35m, sur le côté gauche, sans réussite. L'un des rares événements majeurs, est la sortie prématurée d'Adrien Rabiot, sur blessure. Le Parisien est rentré sur le banc, en se tenant la cuisse gauche. 

Au final, les Français peuvent s'estimer heureux de ne pas concéder la défaite dans les toutes dernières minutes. Pépé frappe à bout portant, mais le gardien français est vigilant. Les Ivoiriens auront bien tenu tête, en étant bien organisés en défense. Contrairement que contre face à la Suède, les coéquipiers de Dimitri Payet n'auront pas trouvé la clé du match.

Réactions :

Didier Deschamps (sélectionneur de la France, au micro de TF1): "C'était laborieux en 2e période. C'est normal que le public ait voulu du jeu, mais avec les changements, les petits pépins pendant le stage et là Adrien (Rabiot, ndlr) qui se fait mal aux ischio-jambiers... On ne perd pas ce match. On aurait pu le gagner mais le perdre aussi. On a été trop approximatifs en 2e période pour le gagner. On ne doit pas rester sur cette dernière expression, on a fait de très bonnes choses cette année, avec l'Euro. Notre seule défaite, elle fait mal, elle nous empêche d'avoir un titre. L'équipe a beaucoup progressé et on doit s'appuyer là-dessus. C'était une belle année, elle aurait pu être très belle mais l'état d'esprit est là".

Michel Dussuyer (sélectionneur de la Côte d'Ivoire): "Il y a de la satisfaction dans le résultat et le contenu. On aurait pu grappiller encore plus mais je suis très content du match qu'on a fait. On a été solide, sérieux, on voulait bien défendre mais aussi jouer. On s'est créé des opportunités. La France aussi a eu quelques occasions. Mais c'était un bon match pour nous."

Raphaël Varane (défenseur et capitaine de l'équipe de France): "On aurait préféré gagner. On a manqué de rythme et de jeu vers l'avant. On était confronté à une équipe bien en place et avec une bonne densité physique, avec un fort impact. On a manqué de créativité pour créer des décalages. On retiendra du positif de cette année. L'état d'esprit reste très positif. On ne peut pas non plus jouer chaque match à très très haut niveau, c'est compliqué. Ce n'est pas facile de répéter les performances. Tout n'a pas été parfait, mais on ne va pas retenir que ce nul sur cette année. (sur son cas) C'était bien sûr particulier, devant les supporters lensois, j'ai eu beaucoup de plaisir à jouer devant eux, beaucoup d'émotions, surtout l'avant-match, j'ai savouré".

Ousmane Dembélé (attaquant de l'équipe de France): "C'était laborieux. On n'a pas changé de rythme, mais bon sur ce stage c'est le match contre la Suède qui était le plus important. Mais on est déçu. C'était un match à gagner, que ce soit en compétition ou en amical, on est obligé de gagner. Mais la Côte d'Ivoire a eu le mérite d'avoir bien joué et bien défendu. (Sur sa prestation personnelle) C'était difficile. Je ne me suis pas lâché, mais ce n'est pas grave, j'aurai d'autres occasions, j'espère... Ce n'était pas la pression, mais je n'ai pas montré ce que je sais faire".

Benoît Costil (gardien de l'équipe de France): "On sait que la Côte d'Ivoire est une grande nation de football. Ca a été une année fantastique pour la sélection donc on aurait aimé gagner, mais parfois il faut savoir ne pas perdre. (Sur sa première sélection) C'est une grande joie, une grande fierté. Je ne me sentais pas vraiment international car même si je viens depuis trois ans, je n'avais pas joué donc c'était bizarre. Je ne minimise pas mon plaisir. Je ne suis pas quelqu'un qui aura 15 sélections, mais en avoir une, pour moi c'est déjà exceptionnel."

Dimitri Payet (milieu de l'équipe de France): "Il n'y a pas eu beaucoup d'occasions, c'est un triste 0-0. On a essayé de trouver notre rythme en changeant de système, comme face à la Suède, mais il a manqué beaucoup de choses pour mériter un meilleur sort sur ce match. Il a surtout manqué de la vitesse et c'était donc difficile de trouver les décalages. Il va falloir s'habituer à jouer des équipes qui défendent bas et trouver de quoi faire sauter le verrou car pour aller à la Coupe du monde il va falloir prendre des points et donc marquer et gagner des matches."

Guillaume Gorgeu @g_gorgeu

Equipe de France