France-Brésil : Raphaël Varane soigne ses maux avec l'équipe de France

France-Brésil : Raphaël Varane soigne ses maux avec l'équipe de France

Publié le , modifié le

Pour composer sa défense pour ce France-Brésil ce jeudi, Didier Deschamps couchera encore le nom de Raphaël Varane sur la feuille de match. Dans l’esprit du sélectionneur, le défenseur madrilène est intouchable. Pourtant, malgré un temps de jeu conséquent, sa situation au Real est loin d’être aussi évidente. La parenthèse internationale tombe donc à point nommé pour le défenseur international.

"Sincèrement, s’il faut s’inquiéter pour Varane… Raphaël a eu beaucoup de temps de jeu, dans une équipe qui était un peu moins bien. Ça n’enlève rien à la confiance que j’ai en lui". Lundi, Didier Deschamps a tenu à dissiper tout de suite d’éventuels doutes sur Raphaël Varane. Le défenseur français de 21 ans – il aura 22 ans dans un mois – est un pilier indispensable de l’équipe de France et ce n’est pas la mauvaise passe qu’il a traversée avec le Real Madrid qui va changer ce nouveau statut en Bleu. Contre le Brésil, Varane va fêter ses deux ans en équipe de France.

Il débutait le 22 mars 2013 contre la Géorgie (3-1) lors des éliminatoires de la Coupe du monde. Un quasi échauffement avant un premier test face à l’Espagne, alors encore championne de tout. Un match qui avait convaincu Deschamps. Malgré la défaite, Varane incarnait l’avenir de la défense tricolore. Deux ans plus tard, effectivement l’ancien Lensois est devenu la référence à son poste chez les Bleus. Il compte 17 sélections et seul Paul Pogba avait été utilité plus que lui la saison dernière par "DD" (13 sélections pour Varane, 15 pour Pogba). Un grand ciel Bleu donc qui se couvre un peu quand on regarde de l’autre côté des Pyrénées.

Eloge de l’impatience

Courtisé par Zizou, lancé dans le grand bain par Mourinho, adopté par Ancelotti et prolongé par Perez, à Madrid, Varane a, très vite, fait l’unanimité. Ses prestations saluées lors des Clasico – notamment en Coupe du Roi – ont très vite fait grimper sa cote auprès des socios. Les attentes aussi. Baptisé "Don Limpio" (mr Propre en VF) par la presse, on n’attendait plus que le moment où il mettrait définitivement Pepe sur le banc. On attend encore. Avec les blessures du Portugais, puis celle de Sergio Ramos, l’autre taulier de la charnière à Madrid, Varane a eu sa chance, mais il ne l’a pas saisie. Lui, qui avait été voir son coach plus tôt dans la saison pour jouer plus, a eu des minutes. Qu’il n’a pas fait fructifier. "Sur la deuxième partie de saison, j’ai plus joué. Mais j’ai joué à un moment où l’équipe était moins bien. Malheureusement, ça a coïncidé avec ça, pas de chance (rires)…", a-t-il assuré dans un entretien paru ce mercredi dans La Voix du Nord.

Hasard sûrement, mais lors de la fameuse série des 22 victoires d’affilée, Varane était plus souvent sur le banc. Alors qu’en Bleu, il découvrait les joies d’un premier capitanat et d’un premier but contre la Suède (1-0) en novembre 2014. Début 2015, il était souvent titulaire et le Real Madrid a eu du mal à retrouver son rythme infernal. Un mal dont il n’est pas la cause puisqu’il était remplaçant lors de la défaite du Real au Camp Nou contre Barcelone (2-1) dimanche. Alors qu’il ne reste que trois mois de compétition, le défenseur a participé à 14 matches dont 9 comme titulaires. Il est dans les temps de la saison dernière (23 matches, 17 titularisations). Mais quand il progressait à pas de géant les saisons précédentes, là il semble stagner.

Vers un départ ?

Comme toute son équipe, il a raté certains matches : contre Schalke en 8e de finale retour de C1 (défaite du Real 4-3), contre l’Atletico en Liga (défaite 4-0), contre Bilbao (défaite 1-0). Titulaire pour ces trois matches, il n’a pas fait oublier Sergio Ramos. Sont alors revenues à ses oreilles ses exigences de temps de jeu. Lui se défend, toujours dans La Voix du Nord. "Je l’ai toujours dit, c’est un objectif (de jouer plus, ndlr), mais je pense que c’est normal, ça me fait avancer, ça fait avancer l’équipe. C’est positif, ça veut dire que j’ai envie de progresser". Le problème, c’est que Pepe est en passe d’être prolongé et que Ramos n’est pas candidat au départ.

Donc s’il veut jouer plus et s’installer durablement en tant que titulaire, Raphaël Varane devra quitter la capitale espagnole. L’Angleterre est intéressée. Mourinho rêve de le retrouver pour en faire le successeur de Terry et l’associer à Kurt Zouma, Manchester United s’est également placé sur ce dossier. Il peut toutefois être rassuré, Deschamps compte sur lui. L’équipe de France sera encore là l’année prochaine et comme cette année, elle pourrait l’aider "à rester dans le rythme".

Benoit Jourdain @BenJourd1

Equipe de France