Deschamps, Blanc, France 98
Laurent Blanc et Didier Deschamps, symboles de la génération 1998 | THOMAS COEX / AFP

France 98 plane toujours sur le football français

Publié le , modifié le

Quinze ans après leur sacre, l’ombre des champions du monde 1998 continue de planer sur le football français. Deschamps et Blanc occupent deux des postes d’entraîneur les plus convoités de l’Hexagone. Dugarry et Lizarazu sont eux bien installés dans le monde des médias. Et certains clubs de Ligue 1 font les yeux doux à Trézéguet, seul joueur de cette époque dorée encore en activité avec Thierry Henry.

C’était le 12 juillet 1998. La tête de Zidane et le pied gauche de Petit envoyaient la France au paradis. Le Stade de France chavirait de bonheur. Les Bleus soulevaient la Coupe du monde pour la première fois et vingt-deux hommes marquaient au fer rouge l’histoire du football français. Seul problème, ils n’ont pas eu de successeur depuis, malgré une finale en 2006. L’été prochain, les Tricolores pourraient même manquer le Mondial brésilien. En 15 ans, aucune équipe de France n’est parvenue à faire oublier « France 98 ». Preuve en est, les hommes d’Aimé Jacquet sont encore très présents dans le paysage du football français.

France 98, plus qu'une association?

La faute aux générations suivantes, incapables de se mettre au niveau. Mais également à celle de ces anciens, omniprésents. En 2010, le taiseux Jérémy Toulalan s’emportait à l’encontre de ses glorieux aînés : « France 98 nous fait chier ». Constitués en association, les champions du monde ne jouent officiellement que des matches de bienfaisance. Officieusement, nombre d’entre eux auraient milité pour l’arrivée de Laurent Blanc à la tête des Bleus après le rendez-vous planétaire sud-africain. « Ce n'est pas France 98 qui est en équipe de France, ce sont des personnes avant tout, à savoir Laurent Blanc et Fabien Barthez. France 98, c'est autre chose... Vous le savez bien, je vous l'ai déjà dit : on est une association à but caritatif et il ne faut pas mélanger les choses », s’énervait Didier Deschamps en décembre 2012. Pourtant, lorsque le « Président » n’était pas prolongé à l’issue de l’Euro 2012, une partie de ses ex-coéquipiers se levaient comme un seul homme pour critiquer cette décision.

S’ils profitent de leur notoriété pour briller, ces pionniers ont prouvé leur valeur. Blanc et Deschamps ont tous deux décroché le titre de champion de France et disputé un quart de finale de Ligue des champions avec Bordeaux et Marseille. Dugarry est régulièrement cité comme l’un des meilleurs consultants foot de France, alors que Lizarazu a une émission de radio et un poste de commentateur à la télévision. Tous les quatre ont une exposition médiatique importante. Intronisé à la tête du PSG, l’ancien technicien bordelais occupe l’un des postes d’entraîneur les plus scrutés de l’Hexagone. Sélectionneur de l’équipe de France, le capitaine des Bleus lors du Mondial 1998 a lui repris une formation à la dérive, mais l’emploi conserve du prestige.

Giroud : "Les gens ont du mal à tourner la page France 98"

Dans ces conditions, difficile de faire oublier « France 98 ». D’autant qu’une partie des champions du monde ont remporté l’Euro 2000 dans la foulée. « Je crois que les gens ont du mal à tourner la page France 98. On peut encore rivaliser avec les grandes équipes, mais ce n’est plus la France championne du monde », se lamentait Olivier Giroud en juin dernier sur le site du JDD. Même en cas de qualification et de belle performance au Brésil l’été prochain, les internationaux tricolores verraient leurs noms relégués derrière celui de Didier Deschamps, l’homme de 98 capable de remettre la sélection nationale sur les bons rails.

Quinze ans ont passé sans entamer la crédibilité du groupe d’Aimé Jacquet. A l’image des pétitions des supporters de Toulouse et de Saint-Etienne en faveur du retour de Trézéguet dans leur club. S’il n’avait pas été couronné sur la scène planétaire, le « Roi David » âgé de 35 ans et souvent blessé jouirait-il du même statut ? Rien n’est moins sûr. Mais tout ce qui rappelle « France 98 » est bon à prendre. Pour le meilleur et pour le pire.

Jerome Carrere