Patrice Evra
Le défenseur de Manchester United, Patrice Evra | AFP - FRANCK FIFE

Evra règle ses comptes

Publié le , modifié le

Dans une interview donnée à Téléfoot, Patrice Evra, le latéral gauche des Bleus, s'est emporté contre les commentateurs qui touchent à son image. Le défenseur de 32 ans a cité plusieurs personnalités des médias, notamment Pierre Ménès, ou Bixente Lizarazu dans un entretien qui devrait faire des vagues à moins d'un mois des barrages pour le Mondial 2014. Retrouvez ici les déclarations les plus marquantes de cet entretien.

Patrice Evra n'a jamais eu l'habitude de faire profil bas. Le capitaine de l'équipe de France lors du fiasco du Mondial 2010 s'était déjà "payé" Thuram le comparant à Malcom X. Là il a récidivé lors d'une interview donnée à Téléfoot ce dimanche. Le joueur a évoqué tous les thèmes de ces dernières semaines. De son intervention à la mi-temps contre la Biélorussie qui avait fait couler beaucoup d'encre, en passant par Franck Ribéry et les barrages, il a tout passé en revue. Il en a également profité pour régler ses comptes avec certains commentateurs. Remonté, énervé, le défenseur n'a pas mâché ses mots. Voici dans les grandes lignes, le contenu de cette interview.

L'intervention à la mi-temps contre la Biélorussie

"Je n'étais pas au courant du débat autour de mon intervention dans le vestiaire à la mi-temps du match contre la Biélorussie. Je ne lis pas la presse et je regarde peu la télévision. Il n’y a qu’un seul boss, c’est Didier Deschamps. Moi je fais mon boulot, je l’ai fait, je le fais à Manchester et ça ne fait pas autant de débat là-bas. Deschamps a des soldats, je fais partie de ces soldats. J’aurai aimé que ça reste dans le vestiaire".

Les commentateurs (première salve)

Quelques commentateurs disent du mal d’Evra. Je réglerai bientôt mes comptes. Depuis la Coupe du monde 2010, j’ai jamais été sifflé dans aucun stade. Ils veulent mentir aux Français, comme quoi Evra est le mal-aimé. Pas du tout ma cote a même triplé. Un jour je dirai ce que j’ai à dire. Cela me blesse pas du tout, mais ma famille oui. Ils craquent. Moi je suis heureux, combien de personnes rêveraient d’être à ma place. Je tape dans un ballon, je gagne bien ma vie, des trophées. Le problème c'est que cela touche certaines personnes de ma famille".

Son statut en équipe de France

"Je n'ai pas de statut. J'ai beaucoup de respect pour tous les joueurs. Je n'ai aucun problème avec les joueurs ou les entraîneurs. J'ai été le capitaine d'une Coupe du monde ratée, mais je n'ai pas de problème avec Domenech. Si je le croise dans la rue, je lui sers la main. Je n'ai de problème avec personne. Mais avec Deschamps, je suis plus libéré. Il a les mots pour me faire jouer libérer. J'ai plus de feeling avec lui. Le brassard? Je l'ai perdu après le Mondial, je ne pense qu'il me le reproposera, mais un brassard ne se refuse pas. J'aime aider les autres, aller vers les autres, les motiver."

La place de titulaire

"Cela ne m'a jamais posé de problème. Je n'ai pas fait la tête parce que je n'ai pas joué contre la Biélorussie. Je n'ai aucun soucis avec la concurrence. Mais ce n'est pas être arrogant que de dire que si avec les qualités que j'ai, je joue à mon niveau, ça va être difficile de prendre ma place. Je suis un joueur important de l'équipe de France".

Franck Ribéry

"Aujourd’hui pour moi Franck, c’est le meilleur joueur du monde. Il mérite le Ballon d’Or. C’est un régal de le voir jouer. Jouer avec lui en ce moment, c’est cadeau, c’est facile. Il faut arrêter ce sentiment d'infériorité. Il a failli venir à Manchester, j’avais envie qu’il devienne le nouveau Cantona. Cela ne s’est pas fait. Il y avait le Real aussi et après le Bayern a demandé une grosse somme. C’est dommage."

Les barrages

"Je ne sais pas quelles équipes il y a. Je m'occupe d'abord de mon équipe. L'adversaire le plus dangereux de l'équipe de France, c'est l'équipe de France, j'en suis persuadé. Cette équipe a le talent, il faut qu'on ait l'envie de faire des sacrifices. Ce seront deux gros matches de barrage, ils me tiennent à cœur. J’espère être a mon niveau."

Arrogance

C'est n'importe quoi. Ce n'est pas vrai. Il ne faut pas dire que ce sont seulement les gens qui me connaissent... Dans la rue, les gens sont aimables. Certains commentateurs... Vous voulez me faire parler, je vais parler.

"Michel Fernandel, Rolland Tournevis, Lizarazu, Menès", tout le monde en prend pour son grade

"Michel Fernandel… Ouais Luis Fernandez, c’est pareil. En 2008 je lui ai fait visiter Old Trafford, il était comme à Euro Disney. Quand on lui a donné les clés du PSG, à part sucer des chuppa chups et danser la macarena au bord du terrain, je sais pas ce qu’il a fait. Lizarazu? Je ne sais pas ce qu’il a contre moi. Moi j’ai été élu 2 fois meilleur arrière gauche du monde, 4 fois arrière gauche de premier league. Lui, je ne sais même pas s’il a déjà été élu meilleur arrière gauche du monde. Il a ses raisons. Lui, c’est le seul joueur lors de ma première sélection en équipe de France qui ne m’a pas serré la main. Ils m’ont tous serré la main, sauf lui. Et je m’en souviens parce que Thierry Henry était avec moi et avait dit 'Oh Liza, elle est là la relève'. Il avait regardé et il avait dit 'pourquoi on t’a dit que j’étais déjà à la retraite?'. Il était énervé. Il ne m’a pas serré la main mais c’est comme ça. L'autre là, c’est Menez ou Menès avec un 's' ? Ouais bon bref... J’ai pas envie de lui donner de l’importance mais j’espère un jour que je le croiserai parce que lui, il a parlé de ma famille en disant Evra serait prêt a vendre sa mère pour revenir en équipe de France. Lui j’espère le croiser. Malouda la déjà croisé et depuis il ne parle plus de Malouda, donc j’espère le choper. Le jour où il arrive à faire 8 jongles, j’arrête ma carrière. J’ai pas envie de leur donner de l’importance mais quelque fois je réponds. Selon eux, même si tu mets Rama Yade arrière gauche, ils vont dire qu’elle est meilleure qu’Evra. Ils doivent arrêter de mentir à la France. Comment il s’appelle là, Roland Tournevis (Rolland Courbis, ndlr), sur RMC, il ne fait que de parler! Si ces personnes là prennent l’Eurostar (et vont en Angleterre, ndlr), personne ne sait qui elles sont."

Knysna

"L'image que j'ai depuis Knysna, ce sont eux. Ce sont ces personnes, ce n'est pas le peuple français. Après Knysna je suis allé mangé en plein Paris, en plein centre. Ma propre femme a été étonné, c’est bizarre. Arrêtez de vivre dans ce monde de la presse, c’est pas le peuple français. Depuis la coupe du monde, j’ai fait combien de matches avec l’équipe de France? Je ne me suis pas fait siffler une seule fois, c’est qu’il y a un problème. Le problème, ce sont eux! Ils disent n’importe quoi au peuple français. Quand je viens en équipe de France, je suis fier de porter ce maillot, j’ai envie de gagner quelque chose avec mon pays, c’est mon objectif. Si je ne le fais pas, je vais échouer. Il faut arrêter de dire que ce sont les gens, ce sont ces personnes que je viens de citer. Personne ne m'a jamais dit 'oh qu'est-ce que vous avez fait à Knysna!'. C'est une réalité."

L'image qui va rester

"Les gens ont une bonne image de moi. Ces personnes là, ce ne sont pas ces clochards qui vont salir mon image. Elle est belle mon image en France, à l’étranger je n'en parle même pas. En France, ce sont juste ces personnes là, ces parasites. Je ne vais rien changer. Les personnes qui me connaissent le savent, je suis très confiant, j’ai confiance en mes qualités, je ne suis pas arrogant. Ces personnes n’auront jamais mon palmarès, ils ne gagneront jamais ce que j’ai gagné, alors pourquoi ils parlent de moi?"

Les responsabilités

"C’est quoi pas être à la hauteur de ses responsabilités ? C’est ne pas être descendu d’un bus ? C’est ça !? Moi, je n'ai pas vu un Français qui m’a interrogé là-dessus. Ce sont ces personnes là qui se posent la question. Après la Coupe du monde, avant de se séparer des autres joueurs, je leur ai dit 'rentrez chez vous, partez en vacances, parce que le seul qui va prendre c’est moi'. Et c’est ce que s’est passé. Maintenant j’ai pris, pas de problème. Pourquoi ces personnes continuent à parler?  Le bus? C'était une bêtise. On a été des enfants, mais on va en reparler jusqu'à quand? La on a les barrages, qu’on se concentre sur les barrages. On a des grands joueurs en équipe de France, qu’on arrête de parler comme ça dans le vide… C’est fini la Coupe du monde. On doit se qualifier pour le Mondial."

Le Mondial

"On va se qualifier, je suis confiant. Je ne suis pas là pour vendre du rêve aux Français. Moi en tout cas je donnerai mon maximum, cette équipe donnera son maximum."

L'avenir

Son contrat se termine en juin 2014. "Ça ne me perturbe pas du tout, c’est quelque chose de personnel. Manchester rêve que je termine ma carrière la bas, mais c’est quelque chose de personnel. Je ne veux pas en dire plus".