Albanie France Evra 062015
Patrice Evra au duel lors du match contre la France et l'Albanie | AFP - Loïc Venance

Evra: "On a perdu l'envie et le respect du maillot"

Publié le , modifié le

Le défenseur de l'équipe de France Patrice Evra a eu des mots très durs après la claque subie en Albanie (1-0), samedi, estimant que les Bleus avaient "perdu l'envie et le respect du maillot".

L'ancien capitaine, déchu de son brassard après le fiasco du Mondial-2010 et la grève de l'entraînement, a d'emblée donné le ton ("Je ne m'exprime que quand ça ne va pas, quand ça va bien, ça ne sert à rien") avant de se montrer cinglant. "On représente un pays. Tu peux rater un geste technique mais pas l'envie. On avait l'habitude de mettre le bleu de chauffe, à la Coupe du monde, on a montré un beau visage aux Français, l'envie et le respect du maillot, et on l'a perdu depuis quelques matches", a-t-il déclaré.

Evra: "Il faut montrer une autre envie de montrer ce maillot"

"Perdre deux fois d'affilée (Belgique et Albanie, ndlr), ça fait longtemps que ce n'était pas arrivé à l'équipe de France, a-t-il également affirmé. Il ne faut pas se cacher mais accepter les critiques, elles sont méritées. Certaines fois, on n'a pas conscience de la chance qu'on a. Combien de joueurs aimeraient être à notre place? Des gens vont dire qu'il faisait chaud, que c'était l'Albanie mais c'est un manque de respect vis-à-vis de l'équipe de France." "On est tombé dans un certain confort, a-t-il poursuivi. Je ne suis pas inquiet mais il faut faire attention. L'Euro, ce n'est pas dans quatre ans mais dans un an. Il faut montrer une autre envie de porter ce maillot. Il faut la fermer et bosser. Il y a eu du confort mais il va falloir remettre les choses en place."

Evra a ajouté ne pas être "inquiet" mais a averti: "On a un Euro chez nous à gagner, ce sera très difficile et il faudra se réveiller au prochain stage." Interrogé sur les conséquences de cette mauvaise spirale (3 défaites en 4 rencontres disputées en 2015) pour certains joueurs, le défenseur de la Juventus Turin a menacé: "Deschamps est quelqu'un de patient mais quand il prend des décisions, ce sont de vraies décisions et il ne faudra pas venir pleurer après."