Éric Roy

Éric Roy, nouveau consultant de France Télévisions: "Il faudra se sortir du piège islandais"

Publié le , modifié le

Nouveau consultant football pour France Télévisions, Éric Roy nous a livré son analyse sur l'équipe de France avant les deux rencontres des Bleus contre l'Islande et la Turquie.

Selon vous, comment l'équipe de France doit-elle aborder ces deux rencontres décisives en vue de la qualification pour l'Euro 2020 ?
Éric Roy :
"Elle doit les aborder en étant conquérante, avec l'envie de gagner. Tout le monde se rappelle de la défaite en Turquie, et avant le match retour, il faudra faire le travail en Islande dans des conditions qui ne sont jamais faciles. Mais l'équipe de France a tellement de qualités qu'elle se doit d'être dans un état d'esprit conquérant avant chaque rencontre. Je ne me fais pas de souci pour Didier Deschamps qui saura trouver les solutions pour gagner."

Il reste quatre matchs aux Bleus dans ces qualifications pour l'Euro 2020. Pensez-vous que l'équipe de France est capable de faire un sans-faute ?
ER
: "Les deux matchs les plus compliqués qui restent, ce sont ces matchs contre l'Islande et la Turquie. En faisant le plein lors de ces deux rencontres, ils feront le plein sur le reste des qualifications (en novembre, face à la Moldavie et l'Albanie, Ndlr). Les deux prochains matchs sont périlleux. Le déplacement en Turquie ne s'est pas bien terminé et il y a donc une envie de remettre les pendules à l'heure. Il faudra aussi sortir du piège islandais, surtout chez eux avec un football très direct qui n'est pas agréable à jouer et pas forcément compatible avec les qualités des joueurs français."

Jouer avec les Bleus fera du bien à Antoine Griezmann

Après avoir été absent lors des deux derniers rassemblements, Steve Mandanda a été rappelé par Didier Deschamps et débutera même dans les buts face à l'Islande après la blessure d'Hugo Lloris. Est-ce justifié selon vous ?
ER :
"Sur le début de saison, ça me paraît logique. Parce que Mandanda était en difficulté la saison dernière, mais il a eu une prise de conscience dans sa préparation. Il est revenu affûté à l'intersaison pour faire une bonne préparation. Et le résultat, c'est un Mandanda que l'on n'avait pas vu depuis quelques années maintenant, à son meilleur niveau, plus affûté, plus vif. Sur les deux premiers mois de compétition, c'est donc une évidence selon moi. Mike Maignan et Alphonse Areola, c'est le futur. Deschamps est pragmatique et sait que son numéro 2 a toujours été Mandanda et que s'il est en forme, c'est à lui d'être titularisé. Je ne suis donc pas complètement étonné.

La situation d'Antoine Griezmann au Barça vous inquiète-t-elle pour les rencontres des Bleus ?
ER :
 "Ça ne m'inquiète pas plus que ça pour l'équipe de France, peut-être davantage pour lui. Chez les Bleus, il restera le leader d'attaque qu'il a toujours été. Sa problématique est de faire son trou dans un nouveau club, avec un nouveau leadership et de nouveaux codes. Il n'est plus le joueur majeur qu'il était à l'Atlético. Il faut qu'il s'acclimate, qu'il prenne ses marques, que sa relation avec Lionel Messi s'affine et qu'il ait du plaisir à jouer avec ses coéquipiers, parce que de nombreuses stars n'ont pas réussi à s'imposer au Barça. La grande incertitude est donc pour lui plus que pour les Bleus. D'ailleurs, je pense que ça lui fera du bien de jouer avec l'Équipe de France."

Le cas Giroud

Enfin, comprenez-vous que Didier Deschamps continue de sélectionner Olivier Giroud, passé troisième dans la hiérarchie des attaquants à Chelsea ?
ER :
"Je le comprends parce qu'Olivier Giroud a une histoire avec l'équipe de France qui n'est pas banale et qui est même incroyable selon moi. Il a toujours su répondre présent quand on a fait appel à lui. Cette situation à Chelsea, ça ne peut pas s'éterniser non plus, mais sur ce regroupement, sa sélection me semble normale. Après c'est un garçon qui a l'habitude de se battre, de prouver sa légitimité, alors que ces questions ne devraient pas se poser quand on regarde ses statistiques. Dans son club, il y a de la concurrence avec un jeune joueur qui explose (Tammy Abraham). Ça fait partie du football, mais il y a beaucoup de matchs et il jouera forcément avec son club. Mais cette situation ne peut pas s'éterniser pour lui et pour l'Équipe de France."

Denis Menetrier @DMenetrier

Equipe de France de football