Digne-Jallet
Lucas Digne et Christophe Jallet, deux latéraux de l'équipe de France | AFP - FRANCK FIFE

Equipe de France, un couloir droit bien vide

Publié le , modifié le

Pour les deux matches de l’équipe de France contre le Portugal et l’Arménie, Didier Deschamps a du jongler avec les absences, notamment dans le couloir droit où la blessure de Mathieu Debuchy l’a obligé à revoir ses plans et appeler un revenant, Christophe Jallet. Un retour qui révèle, en creux, un déficit de latéral droit tricolore de haut niveau.

Serge Aurier, 21 ans, le meilleur latéral droit du dernier championnat aurait pu rendre de fiers services à Didier Deschamps. Mais le néo-parisien, prêté par Toulouse, qui a la double nationalité franco-ivoirienne, a choisi de jouer pour la Côte d’Ivoire. Et encore. En ce début de saison, Aurier ne convainc pas avec Paris et est la doublure de Grégory Van Der Wiel. Un Néerlandais et un Ivoirien au PSG, un Brésilien à Bordeaux (Mariano), un autre à Monaco (Fabinho), un Ivoirien à l’OM (Brice Dja Djédjé), un Sénégalais à Nantes (Issa Cissokho), parmi les six premiers du championnat (OM, Bordeaux, PSG, Lille, Nantes et OL), le poste de latéral droit est la propriété d’un joueur étranger. On ne compte que trois Français jouant régulièrement : Christophe Jallet (OL), Rod Fanni (OM) et Sébastien Corchia (Lille). Un total bien maigre que n’a pas manqué de rappeler Didier Deschamps au moment de justifier la sélection de Christophe Jallet. "C'est un poste, peut-être car  il y a beaucoup d'étrangers qui l'occupent en L1, où il y a un peu moins de  possibilités et où il n'y pas beaucoup de jeunes", a expliqué le sélectionneur.

La relève tarde à arriver

Au siècle dernier, Lilian Thuram régnait sur ce couloir droit, puis Willy Sagnol a occupé ce poste avec brio. Mais depuis la retraite internationale de l’actuel entraîneur de Bordeaux, les prétendants se sont multipliés sans pour autant s’installer. Anthony Réveillère (20 sélections), François Clerc (13 sélections), Jonathan Zebina (1 sélection), Christophe Jallet (5 sélections), Bacary Sagna (43 sélections) et Mathieu Debuchy (26 sélections) se sont succédé. Depuis le Mondial 2010, les trois derniers ont mis la main sur le poste, surtout les deux joueurs évoluant à Londres. Bacary Sagna avait l’ascendant au départ avant de peu à peu céder face à l’émergence de Mathieu Debuchy suite à son arrivée en Premier League (Newcastle puis cet été Arsenal). Sans sa blessure qui l’éloigne durant trois mois, Debuchy aurait été des deux rencontres contre le Portugal (11 octobre) et l’Arménie (14 octobre). Deschamps a donc été obligé de rappeler Christophe Jallet (31 ans), "qui n’a pas démérité" a précisé "DD", pour accompagner Bacary Sagna (31 ans également).

Lui et Debuchy, 29 ans, les habitués des Bleus, sont à maturité. Mais la relève tarde à arriver. Le plus proche des A, celui qui a été capitaine des Espoirs, Sébastien Corchia n’a pas encore montré le bout des ses crampons chez les "grands". La dernière marche est souvent la plus dure à grimper. "C’est sûr qu’en ayant connu toutes les sélections chez les jeunes, jusqu’à porter le brassard de capitaine en Espoirs, j’aspire à accéder à L’Équipe de France A", assurait le Lillois de 23 ans. Pour lui, comme pour Dimitri Foulquier (Grenade) ou encore Kevin Théophile-Catherine (Saint-Etienne), les A sont encore assez loin, même si Corchia et le Stéphanois reçoivent des pré-convocations. Mais l’exil de l’autre côté des Pyrénées du champion du monde avec les – 20 ans illustre parfaitement ce que déclarait le sélectionneur tricolore en conférence de presse. Il y a peu de relève et elle ne se fait pas les griffes sur les pelouses de Ligue 1.

Abondance à gauche

Le constat est d’autant plus étrange qu’à gauche, le vivier n’a jamais semblé aussi fourni. Alors Patrice Evra, 33 ans, est toujours là, Gaël Clichy, 29 ans, aussi. Mais le premier vit sûrement sa dernière campagne avec les Bleus et n’ira pas au-delà de l’Euro – s’il y va – et le second cire le banc à City ces derniers temps – à l’image de son coéquipier Sagna. Mais en stock, Didier Deschamps a déjà ce qu’il faut : Lucas Digne, remplaçant de Patrice Evra chez les Bleus, est passé devant Clichy dans la hiérarchie, et dans l’ombre attend Laywin Kurzawa, le latéral de l’AS Monaco. Ce dernier a d’ailleurs crevé l’écran dans le choc de la Ligue 1 dimanche soir face au PSG (1-1), pendant que Digne, lui, végétait sur le banc.

Pour l’instant, Kurzawa se parfait chez les Espoirs en attendant son heure chez les A. Digne, 21 ans et Kurzawa, 22 ans, sont à la fois le présent et l’avenir des Bleus, mais ils ne sont pas les seuls puisque chez les Espoirs, Benjamin Mendy (OM) et Aymeric Laporte – le défenseur de Bilbao joue dans l’axe mais peut aussi évoluer à gauche –, 20 ans tous les deux, taperont bientôt à la porte des Bleus. 

Benoit Jourdain @BenJourd1

Equipe de France