Equipe de France féminine : Corinne Diacre convoque les Lyonnaises non-contaminées par la Covid-19, l'OL s'étonne

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Corinne Diacre

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

À l'occasion des rencontres à venir face à l'Angleterre et aux Etats-Unis, la sélectionneuse de l'équipe de France Corinne Diacre a convoqué trois joueuses de l'Olympique Lyonnais, bien qu'elles soient cas contact de dix de leurs coéquipières en club. Une sélection qui fait tousser à Lyon.

Corinne Diacre espère aller défier l'Angleterre et les États-Unis en avril en Normandie avec une partie de l'armada lyonnaise, notamment Amandine Henry et Eugénie Le Sommer, convoquées jeudi avec les Bleues malgré la vague de Covid-19 qui submerge leur club.

La sélectionneuse de l'équipe de France a dû se résoudre à faire sans Wendie Renard, Amel Majri et Delphine Cascarino, autant de titulaires en puissance contaminées récemment par le virus. Mais elle a sélectionné le trio formé de Henry, Le Sommer et Sakina Karchaoui, toutes cas contact et actuellement soumises à une septaine. "Dans la mesure où les joueuses lyonnaises, après un isolement de sept jours, pourront présenter un test PCR négatif, il n'y avait aucune raison de se poser des questions ou de douter", s'est justifiée Diacre jeudi devant les journalistes présents à la Fédération.

Par une étonnante coïncidence, le club champion de France et d'Europe en titre a annoncé durant la conférence de presse que les tests pratiqués ces dernières 48 heures avaient révélés "quatre nouveaux cas positifs, portant à dix", le nombre de cas parmi les joueuses et les membres de l'encadrement.

Dans la foulée, le président lyonnais Jean-Michel Aulas a considéré que la décision de Diacre n'était "pas raisonnable". "Les Lyonnaises cas contact mais dans la liste des Bleues contre l'Angleterre et les États Unis: tout ceci n'est pas très prudent", a aussi écrit sur Twitter le dirigeant de 72 ans.

Quoi qu'il en soit, la pandémie n'en finit plus de contrarier les plans de Diacre, elle même touchée au mois d'octobre et contrainte en février d'improviser une double confrontation amicale contre la Suisse, après la défection in extremis de l'Islande et la Norvège au Tournoi de France.

Les Bleues privées de trois cadres

Cette fois, elle se trouve privée de trois joueuses cadres de l'OL au moment de mettre à l'épreuve sa série d'invincibilité, en cours depuis son élimination en quarts du Mondial-2019, face aux Anglaises (6e nation mondiale) et à la "Team USA", double championne du monde en titre.

Pour ces rencontres, organisées à huis clos à Caen et au Havre, respectivement les 9 et 13 avril, l'équipe de France ne pourra pas compter non plus sur la milieu Charlotte Bilbault, capitaine lors du dernier rassemblement de l'année 2020, ni sur Clara Matéo, l'attaquante du Paris FC touchée par le Covid. "Je peux être déçue mais ça ne changera rien, il faut se faire une raison", a positivé Diacre, préférant "se concentrer sur les 26 joueuses convoquées", toutes "de talent".

Même si elle aurait préféré avoir toutes ses Bleues "sous la main", la sélectionneuse a poursuivi le "renouvellement" de son groupe en convoquant les jeunes Bordelaises Julie Dufour (19 ans) et Julie Thibaud (22 ans), ainsi que la latérale Grace Kazadi (20 ans), appelée pour la première fois. "C'est peut-être le bon moment pour leur donner du temps de jeu avec les A, qu'elles se rendent compte du niveau, des efforts à fournir en club, du travail qui reste encore à faire", a commenté Diacre, élogieuse à l'endroit de Kazadi, prêtée cette saison par l'OL à l'Atlético Madrid.

"Grace a fait un très bon stage avec les U23 en février et puis elle joue beaucoup ces derniers temps avec l'Atlético, ça me semblait important de pouvoir la voir même si elle vient sur un poste où je suis déjà bien fournie avec Marion Torrent et Eve Perisset", a développé la patronne des Bleues.

Avec ses joueuses, attendues lundi à Clairefontaine, elle quittera les Yvelines mercredi pour rejoindre un hôtel à "mi-chemin" entre Caen et Le Havre qui leur servira de camp de base durant le reste du stage.

AFP

Equipe de France de football