Colin Dagba face à Phil Foden lors de l'Euro Espoirs
Colin Dagba face à Phil Foden lors de l'Euro Espoirs | Giuseppe Maffia / NurPhoto

Équipe de France Espoirs : duel de générations dans la perspective des JO

Publié le , modifié le

En se qualifiant pour les demi-finales du dernier Euro en juin dernier, les Bleuets ont assuré leur participation aux JO de Tokyo en 2020. Les nouvelles règles, s’appliquant à cette catégorie d’âge, ont profondément bouleversé un effectif qui effectue sa rentrée contre l’Albanie ce soir (21h00) en match amical. Alors, sur quels joueurs Sylvain Ripoll pourra-t-il compter pour les JO ?

Le renouvellement de l’effectif de Sylvain Ripoll à l’aube de ce match amical contre l’Albanie est profond. Sur les 23 sélectionnés pour l’Euro Espoirs de juin dernier, seuls six étaient encore présents dans la liste annoncée il y a une semaine par le sélectionneur : Kelvin Amian, Colin Dagba, Ibrahima Konaté, Houssem Aouar, Mattéo Guendouzi et Jeff Reine-Adélaïde.

La raison principale de ces bouleversements : les règles qui s’appliquent à cette catégorie d’âge, obligeant les sélectionneurs à convoquer des joueurs nés au plus tôt en janvier 1998. Mais pour les Jeux Olympiques, Sylvain Ripoll pourra faire appel à des joueurs nés au plus tôt en janvier 1997. Certains Bleuets du dernier Euro pourraient ainsi s’envoler pour Tokyo, mais le sélectionneur devra préparer la compétition avec l’effectif actuel. Sylvain Ripoll devra donc faire des choix, d'autant plus que trois joueurs, nés avant 1997, pourront être intégrés à la sélection.

Chez les gardiens, un retour de la génération 1997 ?

Pour le match amical contre l’Albanie, Sylvain Ripoll a fait appel à trois nouveaux gardiens : Alban Lafont (FC Nantes), Dimitry Bertaud (Montpellier) et Gaëtan Poussin (Bordeaux). La hiérarchie semble déjà bien établie, Dimitry Bertaud et Gaëtan Poussin ne comptant à eux deux que dix rencontres chez les professionnels, quand Alban Lafont en est déjà à 148.

Mais le gardien nantais devra, dans la perspective des JO, faire face à la concurrence de Paul Bernardoni (Nîmes) de Gautier Larsonneur (Brest), tous deux nés après janvier 1997. Le premier était titulaire dans les buts des Bleuets lors de l’Euro et le second effectue sa première saison en Ligue 1 avec le Stade Brestois. Les performances dans l’élite des trois portiers seront suivies de près par Sylvain Ripoll avant de décider qui sera le n°1 pour les JO de Tokyo.

En défense, une concurrence à l’accent allemand

Dans la liste annoncée par Sylvain Ripoll il y a une semaine, deux absences ont été remarquées : celles de Malang Sarr (Nice) et de Dayot Upamecano (RB Leipzig), indisponibles tous les deux à cause de blessures. Mais, à l’instar des A, les candidats sont nombreux pour la charnière centrale, et la concurrence risque d’être rude.

Dan-Axel Zagadou (Borussia Dortmund), Evan Ndicka (Eintracht Francfort), Ibrahima Konaté (RB Leipzig) et Boubacar Kamara (Olympique de Marseille) se disputeront avec les premiers cités les quatre places pour les JO. Ndicka et Konaté partent avec une longueur d’avance et devraient débuter ce soir contre l’Albanie.

Chez les latéraux, un côté gauche peu expérimenté

Avec son très bon début de saison du côté d’Angers, Rayan Aït Nouri peut nourrir de grandes ambitions. Mais à 18 ans seulement et avec seulement quatre titularisations en professionnel, le latéral gauche pourrait être un peu tendre pour les JO. Nicolas Cozza, qui devrait être titulaire pour le match contre l’Albanie, peut également jouer à gauche mais évolue davantage en défense centrale avec Montpellier. Sylvain Ripoll pourrait ainsi se tourner vers Fodé Ballo-Touré (Monaco) dans la perspective de Tokyo 2020, lui qui était titulaire avec les Bleuets lors de l’Euro.

À droite, Kelvin Amian (Toulouse) et Colin Dagba (PSG) sont installés depuis plusieurs mois. Dagba part avec une longueur d’avance mais Amian pourrait repasser devant dans la hiérarchie. Car le latéral du PSG a annoncé dans l’édition du jour du Parisienpenser à l’Euro” avec les A.

Un milieu qui devrait évoluer

C’est aussi l’un des risques pour Sylvain Ripoll : voir certains de ses tauliers partir à l’échelon supérieur, à l’image de Jonathan Ikoné (Lille) ou Mattéo Guendouzi (Arsenal), choisi par Didier Deschamps pour remplacer Paul Pogba. Parmi les joueurs sélectionnés pour ce match amical contre l’Albanie, Houssem Aouar (Lyon), qui a depuis déclaré forfait sur blessure, pourrait également rejoindre les A dans les mois à venir.

Le reste de l’effectif au milieu de terrain semble un peu tendre, malgré la présence de Jeff Reine-Adélaïde (Lyon) et de Boubakary Soumaré (Lille). Imran Louza (Nantes) et Antoine Bernede (RB Salzburg) débutent chez les professionnels et Sylvain Ripoll pourrait être tenté de rappeler, dans la perspective des JO, des joueurs plus confirmés tels que Lucas Tousart (Lyon), Ibrahima Sissoko (Strasbourg), Maxime Lopez (Marseille) ou encore Ludovic Blas (Nantes). Jean-Victor Makengo (Toulouse), appelé afin de remplacer Houssem Aouar, pourrait également s’installer dans l’effectif après son bon début de saison avec le TFC.

Une attaque expérimentale

Dans le secteur offensif, tout l’effectif a été renouvelé. Si Odsonne Edouard est titulaire et performant avec le Celtic et animera l’attaque des Espoirs lors des prochaines rencontres, Amine Gouiri (Lyon), Bryan Mbeumo (Brentford) et Moussa Diaby (Bayer Leverkusen) devront enchaîner les bonnes performances en club pour espérer participer aux JO.

Car Allan Saint-Maximin (Newcastle), Marcus Thuram (Borussia Mönchengladbach), Martin Terrier (Lyon) ou encore Jean-Philippe Mateta (Mayence), tous nés après janvier 1997, seront à la disposition de Sylvain Ripoll. Là encore, la même problématique se posera pour le sélectionneur, qui devra faire des choix dans les mois à venir : privilégier la continuité avec son effectif actuel, ou convoquer des joueurs plus âgés et plus expérimentés.

Denis Menetrier @DMenetrier

Equipe de France de football