Kimpembe

Equipe de France : Une défense à la peine

Publié le , modifié le

La France s'est tirée d'un bien mauvais pas jeudi soir au Roudourou contre une équipe d'Islande décomplexée. Après avoir été menés 2 à 0, les Bleus ont arraché le nul (2-2) grâce à deux buts dans les 5 dernières minutes du temps réglementaire. Ce match amical était l'occasion de faire tourner l'effectif pour Didier Deschamps et d'apporter du sang neuf. Mais entre pépins physiques et contre-performances, le sélectionneur tricolore sera probablement sorti de la rencontre avec plus d'inquiétudes que de certitudes. La défense des Bleus, qui avait fait leur force au mondial, a été mise à rude épreuve contre une équipe pourtant modeste.

"DD" l'avait annoncé en début de semaine, le premier match amical post Coupe du monde (hors Ligue des nations) était l'occasion de faire tourner l'effectif. Il fallait composer avec les absences de certains et en faire souffler d'autres, très utilisés en clubs. Le sélectionneur voulait voir du sang neuf, essayer de nouvelles choses, mais il a surtout joué à se faire peur. A cinq jours du choc face à l'Allemagne en Ligue des Nations, un chantier l'attend pour remettre son groupe dans le bon sens et remettre de la sérénité, là où elle a disparu jeudi.

Une défense qui peine à retrouver son brio du mondial

Et c'est en défense que les hommes de Deschamps ont été le plus inquiétants. Si le manque de créativité patent en attaque peut s'expliquer par le turnover et l'absence d'enjeu, les Français nous avaient habitués à assurer l’essentiel en verrouillant derrière. Sur les deux dernières sorties contre l'Allemagne (0-0) et aux Pays-Bas (1-2) en septembre, leurs adversaires n'avaient trouvé qu'une fois le chemin des filets. Le secteur fort des Bleus au mondial a fait leur faiblesse jeudi, en encaissant deux buts contre une modeste équipe d'Islande, qui sortait de deux revers contre la Suisse (6-0) et la Belgique (3-0).

Heureusement, capitaine Lloris a tenu la baraque !

Samuel Umtiti absent du groupe pour blessure, Presnel Kimpembe, performant au PSG, semblait être le recours idéal pour la charnière centrale. Mais le Titi parisien qui a connu jeudi soir sa deuxième titularisation en Bleu a déçu. Tout n'est pas à jeter dans son match, loin de là, il s'est montré présent physiquement dès l'entame du match, avec des interventions tranchantes. Il n'a pas commis beaucoup d'erreurs, mais il en a commis deux qui se sont payées cash sur les deux buts islandais. Aligné à ses côtés, le taulier de la défense tricolore, Raphaël Varane a fait du Raphaël Varane. Très présent dans le jeu aérien, il a souvent éloigné le danger avec des anticipations bien senties sur les transmissions islandaises. Mais là aussi, la sérénité s'est vite transformée en inquiétude. Au retour des vestiaires, le défenseur madrilène n'a pas regagné le terrain, légèrement touché, il a laissé sa place à Kurt Zouma. Visiblement rien de grave pour Varane, mais après avoir perdu son binôme du mondial, son absence serait un coup dur pour recevoir la Nationalmannschaft.

Une stat qui en dit long sur les largesses défensives des Bleus

Sur les côtés, Benjamin Pavard et Lucas Digne n'ont pas été flamboyants. Le premier, défenseur central a Stuttgart est utilisé comme arrière droit en équipe de France et montre clairement ses limites à se poste. Comme contre l'Allemagne et les Pays-Bas en septembre, il a souvent été pris à défaut -et de vitesse- en défense. Le second, absent du groupe à la Coupe du monde n'a pas fait un retour fracassant, avec quelques largesses défensives. Il a tout de même su se montrer en attaque comme sur son centre millimétré pour Griezmann (19e).

Didier Deschamps va à nouveau devoir composer sans Umtiti, Mendy et Sidibe contre l'Allemagne mardi. On devrait retrouver Lucas Hernandez à gauche, qui ne souffre pas de la comparaison avec Digne pour l'instant. En défense centrale, l'équation pourrait être plus complexe. Soit le coach des Bleus choisit de refaire confiance à Presnel Kimpembe, le plus solide en club, soit il lance Kurt Zouma. Le joueur de Chelsea prêté à Everton a fait le travail en deuxième mi-temps, ni plus ni moins. Il n'a pas eu de gros duels à négocier et n'a pas montré non plus de dépassements de fonction propres aux grands défenseurs.

Névil Gagnepain @NevGgp

Equipe de France de football