Raymond Domenech - 2010 - Conférence
Raymond Domenech devant la presse lors de l'affaire du bus | AFP - FRANCK FIFE

Domenech : "Rétablir ma vérité"

Publié le , modifié le

Plus de sept mois après les faits, Raymond Domenech, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France s'exprime enfin sur "l'affaire du bus", dans les colonnes de l'Express. A Knysna, la veille du dernier match Bleus lors du mondial sud-africain, les joueurs avaient boycotté l'entraînement en signe de protestation contre l'exclusion de Nicolas Anelka. Témoin impuissant de cette mutinerie, le technicien tricolore avait dû lire un communiqué des joueurs devant la presse.

"Une bande de gosses inconscients". C'est en ces termes que Raymond Domenech a qualifié dans un article à paraître mercredi dans l'Express les 23 acteurs de la mutinerie de Knysna. Pour la première fois depuis le fiasco de la coupe du monde, l'ex-sélectionneur mal-aimé donne sa version des faits. Pourquoi si tard ? "Tout le monde parle à ma place, explique t-il. J'ai envie de rétablir ma vérité. Je ne suis pas l'abruti que l'on décrit." Sans langue de bois Domenech revient également sur l'incident du bus, l'épisode le plus spectaculaire de la déroute des Bleus. Y'avait-il des meneurs comme a pu l'écrire la presse ? "S'il y en a, je ne les ai pas vus. A chaque fois que je remontais (dans le bus), il n'y avait plus personne... A ce moment-là, je me dis qu'ils sont devenus fous et qu'ils ne se rendent pas compte. Aujourd'hui, je sais que j'avais tort : ils savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils ont même fermé les rideaux du bus pour se cacher des caméras (...) Avec le recul, je les vois surtout comme une bande de sales gosses inconscients."

Domenech : "Je n'accepte pas la critique des politiques"

S'il est sans concession envers ses joueurs, il sait également faire son auto-critique quand vient l'heure du bilan."Soyons clairs, je me suis planté, je n'ai pas dû choisir les bons joueurs ni trouver les mots qu'il fallait. Je n'accepte pas la critique des politiques, ni celle des anciens joueurs reconvertis dans le journalisme, mais cela ne m'empêche pas de tirer mon propre bilan."   

Quant à son avenir, il reconnait "ne pas fermer la porte au foot" même si son objectif premier est de se tenir loin de tout nouveau scandale. "Je n'ai surtout aucune envie de
polémiques. On m'a fait des propositions pour le théâtre, pour le cinéma... Rien à la télévision, non. Sincèrement, comment peut-on m'imaginer dans une émission de téléréalité ?"

Licencié pour faute grave par la Fédération française de football, Domenech avait exigé 2,9 millions d'euros de réparation. Une audience de conciliation, première étape de cette procédure, entre l'ex-sélectionneur de l'équipe de France et la FFF, a été fixée au 14 avril.