Didier Deschamps
Didier Deschamps | AFP - Franck Fife

Deschamps prend ses marques

Publié le , modifié le

Didier Deschamps a pris ses marques à Clairefontaine à huit jours de dévoiler sa première liste pour le match amical du 15 août contre l'Uruguay, prélude à un lourd programme de rencontres pour les qualifications du Mondial-2014, avec notamment l'Espagne dans le groupe des Bleus. Pour le nouveau sélectionneur tricolore, il est important pour la confiance de prendre un bon départ dans ses qualifications.

La mission est difficile, mais c'est un objectif excitant, on est dans un groupe avec l'Espagne, dans un groupe de cinq équipes (avec Finlande, Bélarus, Espagne et Géorgie), le premier est qualifié directement, les huit meilleurs deuxièmes vont en barrages: un très bon départ est capital", a exposé le sélectionneur des Bleus.
La première confrontation avec l'Espagne "c'est au mois d'octobre (le 16 en France), mais avant, nous avons quatre rendez-vous, le premier vient très vite avec l'Uruguay (en amical le 15 août), puis les 7 et 11 septembre (Finlande et Bélarus) on est dans le vif du sujet, dans la compétition (avant un amical en France contre le Japon le 12 octobre)", a rappelé Deschamps.

"Dans un groupe de cinq, il est capital de prendre le plus de points possibles et je sais très bien qu'il ne faudra pas en perdre beaucoup en route avant de penser à la double confrontation avec l'Espagne (la seconde est le 26 mars), qui est, dans une logique sportive, le grand favori et devrait finir premier du groupe. L'objectif est de se qualifier, si on peut directement, il y a aussi la vérité du terrain", a poursuivi Deschamps. 

Interrogé sur ses rapports avec Jean-Pierre Bernès, qui était également l'agent de Laurent Blanc, et à propos duquel la question d'un éventuel conflit d'intérêt avait déjà été soulevée, Deschamps s'est voulu catégorique: "Quand je choisis un joueur en sélection, je ne regarde pas s'il est avec un agent ou pas --ce sont des choses auxquelles on peut être confronté en club, par moments-- mais ce critère là n'entrera jamais en ligne de compte" . Et le sélectionneur français d'enfoncer le clou: "C'est un sujet qui revient, récurrent, a encore constaté Deschamps . C'est paradoxal, car, pour prendre la même profession, un agent portugais fait la Une des médias sportifs, et lui il a 15 joueurs dans l'équipe du Portugal, et il est mis en avant, il est bonifié, on n'est pas loin de lui donner la Légion d'honneur, et ça ne pose pas de problème car il est à l'étranger."   

"De nouvelles têtes" contre l'Uruguay  

Interrogé sur son analyse de l'Euro-2012 des Bleus, Deschamps a répondu: "Le quart de finale était l'objectif, il a été atteint, la France a été éliminée par la meilleure équipe d'Europe et du monde sur les dernières années. Il y a deux parties. Au soir du match contre l'Ukraine (succès français 2-0), tous les feux étaient au vert, il y avait un enthousiasme, tout était parfait. Et après, comme ça arrive souvent au haut niveau, l'équilibre est fragile, il y a eu le match contre la Suède, la défaite (2-0) malgré la qualification, puis la défaite et l'élimination en quarts face à l'Espagne (2-0). Il ne faut pas oublier d'où le projet à commencé, après l'Afrique du Sud, ce qui s'est passé pendant deux ans, a-t-il détaillé. On le dit souvent, le foot n'est pas une science exacte, ça tient à des petits détails, ils font la différence, il suffit d'un grain de sable pour que la machine se dérègle." 

Désormais tourné vers l'avenir, Didier Deschamps a précisé que le groupe de l'équipe de France convoqué pour l'amical contre l'Uruguay le 15 août au Havre, devrait comprendre des "têtes nouvelles", peut-être des jeunes, tout en assurant une certaine "continuité" avec l'Euro-2012.  "Je ne vais pas sélectionner les 50 ou 60 susceptibles de l'être. La porte sera toujours ouverte. Ce ne seront peut-être pas exactement les mêmes pour les matches de septembre. Il peut y avoir des têtes nouvelles, certains qui étaient à l'Euro n'y seront pas. Il y a quand même un travail de continuité. Il faut créer un groupe. Il y a besoin de fraîcheur, qu'on a toujours tendance à associer à de nouveaux joueurs ou des jeunes. Il faut aussi un équilibre avec de l'expérience, des joueurs habitués au haut niveau. C'est un équilibre à trouver. "C'est une période toujours délicate: je vais quand même donner une sélection avec des joueurs qui n'auront pas repris leur championnat, avec certainement des disparités athlétiques. Je vais tenir compte du potentiel physique des joueurs. Il y a des exigences du calendrier. On ne pourra faire que six changements, mais ça fait partie de ma réflexion de faire des associations différentes sur 90 minutes.