Samir Nasri (France)
Samir Nasri (France) | FRANCK FIFE / AFP

Deschamps osera-t-il le pari Nasri ?

Publié le , modifié le

Convoqué pour la tournée de l'équipe de France en Amérique du Sud mais forfait sur blessure, Samir Nasri pourrait bien s'offrir une séance de rattrapage ce jeudi à 14h00 et effectuer son grand retour en bleu contre la Belgique, le 14 août en amical.

Ce match de rentrée, qui intervient à trois semaines de deux rendez-vous  décisifs sur la route du Mondial-2014 (en Géorgie et au Belarus, les 6 et 10  septembre), devrait en effet être l'occasion d'une dernière revue d'effectif  pour Didier Deschamps , surtout au milieu puisqu'il sera privé à Tbilissi de ses  trois titulaires (Cabaye, Matuidi, Pogba), suspendus. Une aubaine pour Nasri. Le joueur de Manchester City n'est plus réapparu en  équipe de France depuis ses frasques de l'Euro-2012 qui lui avaient valu trois  matches de suspension. Mais Deschamps  lui avait entrouvert la porte de la  sélection en le conviant à la tournée en Amsud. Des douleurs au genou avaient  toutefois obligé l'ancien Gunner à décliner l'invitation.

Les deux piètres résultats enregistrés en Uruguay (0-1) et au Brésil (0-3)  ont montré le chemin qui séparait encore les jeunes du plus haut niveau,  relançant du même coup l'option Nasri. Difficile dans le marasme ambiant de se  passer des services d'un joueur qui compte tout de même 35 capes (4 buts)  malgré son "casier judiciaire" bien rempli et ses fâcheux antécédents  (Euro-2088, Euro-2012). "Avoir dû déclarer forfait il y a deux mois a été terriblement frustrant,  a-t-il confié à L'Equipe, samedi. Une équipe est en train de naître et il vaut  mieux éviter de manquer ce genre d'occasions(...) J'espère bien être appelé en  Belgique." Nasri a même reçu le soutien appuyé de l'homme fort des Bleus, Franck  Ribéry, alors que les relations entre les deux joueurs n'ont pas toujours été  au beau fixe. "J'ai hâte de le voir s'éclater de nouveau avec les Bleus", a  déclaré le milieu du Bayern Munich, qui possède le même agent que le Mancunien  (Jean-Pierre Bernès).

Retour de Rémy ?

"Francky" avait lui aussi été dispensé des deux amicaux en Uruguay et au  Brésil, histoire de pouvoir savourer en paix son fabuleux triplé avec les  Bavarois (C1, Championnat, Coupe). Son retour va permettre au sélectionneur de  tester son secteur offensif. Karim Benzema, muet en bleu depuis le 5 juin 2012,  retrouvera ainsi son vieux complice et, espère-t-il, son inspiration perdue en  sélection. Les absences de poids au milieu à la rentrée vont peut-être pousser  Deschamps  à rappeler Maxime Gonalons et Moussa Sissoko (blessé en juin), voire  Yoann Gourcuff ou Etienne Capoue, pourtant en méforme. Quel sort sera en  revanche réservé à Pogba, qui vient tout juste de reprendre l'entraînement  après son sacre mondial avec les moins de 20 ans?

Les jeunes Josuha Guilovagui et Clément Grenier (22 ans), qui n'avaient pas  démérité en Amérique du Sud, pourraient également de nouveau connaître les  joies des A. En défense, les interrogations portent sur le sort réservé à Raphaël  Varane, remis de sa blessure au genou, et à Patrice Evra, resté sur le flanc en  juin. Ni Jérémy Mathieu ni Benoît Trémoulinas n'ayant marqué des points à  gauche en son absence, le joueur de Manchester United, âgé de 32 ans, n'a  théoriquement pas grand chose à craindre, à moins que Deschamps  ne veuille voir  à l'oeuvre le jeune Lucas Digne (20 ans). Enfin en attaque, Jérémy Ménez, touché au dos, sera forfait, ce qui  pourrait profiter à Loïc Rémy, qui compte bien se relancer sous les couleurs de  Newcastle. Plus globalement, le sélectionneur devra jongler entre les formes  disparates des Bleus, seules la Ligue 1 et la Bundesliga ne reprenant le  week-end prochain.

AFP