Deschamps était au courant de la grève de Knysna la veille

Deschamps était au courant de la grève de Knysna la veille

Publié le , modifié le

Didier Deschamps a fait une confidence à Michel Denisot lors de l'émission "Conversations secrètes". L'actuel sélectionneur annonce dans cette émission qui sera diffusée mardi soir sur Canal+ qu'il était au courant qu'une grève allait avoir lieu en Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2010.

C'est un nouveau rebondissement dans une affaire qui a déjà tant fait parler. 2010, sous les caméras du monde entier, l'équipe de France crée le scandale. Elle fait grève pour réagir à l'exclusion de Nicolas Anelka, coupable d'insultes en direction de Raymond Domenech. Près de cinq ans plus tard, personne n'a oublié, mais tout le monde essaye de tourner la page. Pourtant, Didier Deschamps pourrait bien faire repartir l'histoire. Au départ, il y a une émission de Canal+ animée par Michel Denisot, "Conversations secrètes", où l'ancien animateur du "Grand Journal" reçoit une personnalité. Mardi 17 février, c'est Deschamps l'invité. Interrogé sur cet épisode de la grève, l'ancien sélectionneur fait une confidence qui devrait faire du bruit : "sans trahir de secret, la veille, je savais qu'il allait se passer quelque chose".

Comment Deschamps, alors entraîneur de l'OM, loin de Knysna au moment des faits, pouvait-il être au courant? "Je connais du monde..." répond-il rapidement, avant d'enchaîner tout en restant vague : "on arrive toujours à savoir ce qui se tramait. Ils voulaient marquer le coup par rapport à ce qu'il s'était passé". Avec ses informations, il aurait pu intervenir et empêcher ce moment honteux pour le football français. Une éventualité que Deschamps balaye d'un revers de la main. "Non. De quel droit?", s'interroge-t-il. Cette nouvelle lumière sur Knysna soulève d'autres questions. Les acteurs présents sur place ont toujours avancé ne pas savoir ce que les joueurs préparaient. Une théorie que les déclarations de Deschamps infirment. Lui, aurait été au courant, mais pas les autres? Difficile à croire. Est-ce à dire que Jean-Pierre Escalettes, le président de la FFF en 2010, et Raymond Domenech, sélectionneur qui vivait ses dernières heures, savaient? Impossible à vérifier. Si oui, les ont-il sciemment, ou pas, laissés aller au devant d'un "suicide médiatique"? En tout cas, grâce à (à cause de?) Deschamps, qui pourrait se retrouver au centre d'une affaire dont il est étranger, celle-ci pourrait bien rebondir. Encore.

Benoit Jourdain @BenJourd1

Equipe de France