Pogba Kondogbia U20
Pogba et Kondogbia peuvent rêver de s'établir durablement chez les A. | EPA/MAXPPP

Des Espoirs qui peuvent rêver en grand

Publié le , modifié le

L'équipe de France des moins de 20 ans va disputer samedi la finale du Mondial face à l'Uruguay, après être venue à bout du Ghana en demi-finale (2-1). Elle s'appuie sur de nombreux joueurs au temps de jeu conséquent dans plusieurs grands clubs français et européens. Alors que les A peinent à obtenir de bons résultats et à développer un jeu attrayant depuis plusieurs années, ils sont plusieurs Bleuets à pouvoir rêver d'un avenir radieux chez les Bleus. Pogba, Kondogbia, Digne, Sanogo, Thauvin... Autant de noms qui devraient faire parler d'eux dans le futur.

Les Bleuets version 2013 ont surpassé leurs aînés en atteignant la finale. La "génération 1991" avait progressé jusqu'en demi-finales du Mondial U20 en 2011, avant que l'aventure ne s'arrête brutalement à ce stade de la compétition face à une équipe du Portugal diablement efficace (0-2). Deux ans plus tard, ils sont très peu à être parvenus à percer au plus haut niveau. Seuls Grenier, titulaire à Lyon en plus d'être convoité par Arsenal, et Griezmann, indéboulonnable à la Real Sociedad 4e de Liga la saison passée, parviennent à concrétiser les espoirs placés en eux. Pour le reste, ils jouent très peu comme Loïc Nego à la Roma ou semblent tout au plus promis à une carrière honnête. Tout l'inverse d'un grand nombre de leurs successeurs dans la catégorie U20 qui rêvent déjà de toucher les étoiles.

Paul Pogba (Juventus Turin, 39 matchs en 2012-2013)

C'est le meneur d'hommes des Bleuets. Milieu de terrain au physique imposant, cela ne l'empêche pas pour autant d'organiser le jeu avec justesse, sans être la copie conforme de son coéquipier en club Andrea Pirlo. Il est plutôt un bon complément de l'Italien. Difficile donc pour lui d'échapper à la comparaison avec Patrick Vieira, lui aussi passé par le club piémontais. Capable d'alterner jeu court et jeu long, une seule de ses passes peut se révéler décisive dans l'élaboration d'une action offensive. Formé au centre de formation du Havre, réputé pour sa qualité, il est ensuite passé par Manchester United avant d'atterrir chez le champion d'Italie. Cela fait d'ailleurs déjà un titre majeur dans son escarcelle, auquel il a grandement contribué (27 matchs de Serie A). Avant peut-être un autre dès samedi pour couronner une première saison pleine réussie. Pogba, un futur titulaire en puissance chez les A de Didier Deschamps ? Avec à la clé un billet d'avion pour le Brésil en 2014 !

Florian Thauvin (Lille OSC, 51 matchs en 2012-2013 avec Bastia)

Thauvin, un grand crû ? C'est en tout cas ce que pense Lille, qui l'a recruté dès cet hiver avant de le prêter au club bastiais pour la fin de saison. Même l'OM a tenté de faire capoter l'opération, prêt à tout pour remporter la mise. Finalement, le désormais ex-bastiais sera bien un Dogue.  "Il a une grosse qualité de percussion. Il joue bien vers l’avant et arrive à éliminer les adversaires en mouvement. Surtout, il possède un très bon pied gauche. Là où il a besoin de progresser, c’est déjà l’expérience. Il doit enchaîner les matchs et avoir moins de déchet dans son jeu en l’épurant. Et il doit gagner en physique. Il est tombé sur un bon entraîneur pour sa progression en la personne de Frédéric Hantz. J’espère qu’il sera épargné par les blessures et qu’il aura de la réussite", analyse dans France Football Olivier Saragaglia, celui qui l'a formé à Grenoble. Sur son côté droit de l'attaque, numéro 8 dans le dos, il s'est même découvert des qualités de buteur, comme en atteste ses dix buts en Ligue 1 avec le club corse la saison dernière. C'est d'ailleurs lui qui envoie les Bleuets en finale, auteur d'un doublé face aux Ghanéens. "C’est un garçon qui travaille beaucoup et qui écoute aussi beaucoup les conseils", ajoute Frédéric Née, son ancien entraîneur avec la réserve de Bastia. Décidément, ce gamin a tout pour réussir...

Lucas Digne (Lille OSC, 44 matchs en 2012-2013)

"Si on travaille dur et qu'on continue à avoir cette mentalité, j'espère que notre génération pourra faire quelque chose", déclare dans l'Equipe de mardi un Lucas Digne consciencieux. "Quand on voit Pogba ou Varane chez les A, ça donne envie, mais on sait qu'il nous reste du travail à accomplir pour y accéder". La tête sur les épaules, l'arrière gauche lillois sait ce qui lui reste à faire pour atteindre des sommets. Ses performances dans le Nord ont déjà attiré l'attention de nombreux clubs (Paris, Monaco, Galatasaray), si bien que Lille en demande plus de 10 millions d'euros. Rapide, doué techniquement, endurant, il a toutes les qualités du latéral moderne. Il enchaîne les allers-retours sur son côté, délivrant même d'excellents centres pour les attaquants lillois. Sur le plan défensif, il possède une force de résistance dans les duels, mêlant ténacité et agressivité. L'expression "aller au charbon" n'est pas galvaudée en ce qui le concerne. Sa fougue et sa jeunesse sont d'autres atouts qu'il détient. La place est à prendre à son poste chez les Bleus, Evra étant vieillissant et pas toujours performant dès qu'il s'éloigne d'Old Trafford. Digne a toutes les cartes entre ses mains.

Geoffrey Kondogbia (FC Séville, 37 matchs en 2012-2013)

Transféré en Andalousie pour 4 millions d'euros, Kondogbia a été formé à Lens. Il a dû patienter sur le banc les deux premiers mois de la saison avant de devenir un titulaire indiscutable au sein du milieu de terrain sévillan. Ses performances ont attiré les regards des deux Manchester, d'Arsenal, des grands clubs italiens, de Dortmund, mais surtout du Real Madrid qui songerait ardemment à l'enrôler dès cet été. Les Merengues souhaiteraient d'ailleurs en faire le remplaçant de Xabi Alonso, rien que ça ! "Il possédait une intelligence de jeu supérieure à la moyenne", analyse Georges Tournay, ancien directeur du centre de formation lensois. "J’ai rarement vu, sinon jamais, un joueur aussi jeune et déterminé", ajoute dans France Football Olivier Bijotat, l’un de ses anciens formateurs à Lens. Au niveau du jeu, c’est un aspirateur. Il excelle en matière de récupération du ballon. Il va le chercher dans les pieds de l’adversaire et en revient souvent vainqueur. Ensuite, il est à l’aise techniquement, avec son pied gauche. Il sait jouer court comme long. Il peut donc récupérer et distribuer." Avec les Bleuets, il forme une paire très efficace avec Pogba à la récupération. Leur mission consiste à impulser les mouvements offensifs de l'équipe et à couvrir les montées des latéraux Digne et Foulquier. Les reverra-t-on ensemble chez les A dans le futur ?

Yaya Sanogo (Arsenal, 13 matchs en 2012-2013 avec Auxerre)

Il a tapé dans l'oeil d'Arsène Wenger. De haut de son mètre 91, il a inscrit neuf buts en treize rencontres la saison dernière. Il dispose d'une adresse redoutable devant le but et d'une technique inhabituelle pour un joueur de sa taille. Il n'est malheureusement pas épargné par les blessures. Fracture tibia-péroné en 2010, opération aux adducteurs et à un genou en 2012, il a vécu un enfer pendant deux longues années. A-t-il été frappé par la malédiction Abou Diaby, lui aussi passé par le centre de formation bourguignon ? Il est apparu au grand jour en inscrivant un quadruplé contre Laval lors d'un succès 5-4 en février dernier. Ce Mondial est l'occasion pour lui d'enfin s'épanouir, déjà auteur de quatre réalisations. Il retrouvera peut-être en Olivier Giroud un futur coéquipier chez les Bleus à Arsenal. Il faudra d'abord qu'il fasse son trou au sein du club londonien...

Adrien Debargue