coupet domenech france
coupet domenech france | AFP - FRANCK FIFE

Coupet : "Domenech m'a tué"

Publié le , modifié le

Dans l'émission "Luis Attaque" sur RMC Sport, Grégory Coupet est revenu sur les propos le concernant tenus par Raymond Domenech dans son livre "Tout seul", à paraître mercredi. Pour l'ancien portier lyonnais, présenté comme ayant "besoin d'une psychanalyse", il n'y a "jamais eu de relation de confiance" entre eux, mais une "incompréhension terrible".

Raymond Domenech devait s'y attendre. Et les réactions ne vont pas se faire attendre après les premiers échos du livre "Tout seul" de l'ancien sélectionneur de l'équipe de France. Rare sont ceux qui y sont épargnés. Logique que le retour de bâton soit immédiat. Intervenant régulier sur l'antenne de RMC Sport, Grégory Coupet a livré son sentiment, mardi, notamment sur la Coupe du monde 2006. Et il n'a visiblement pas digéré l'épopée allemande. "Il tape sur les joueurs, mais les joueurs vont peut-être maintenant taper sur lui",déclare Coupet.

Domenech avait écrit de l'ancien gardien international qu'il était hanté par la concurrence de Fabien Barthez depuis 2006 et qu'il aurait besoin d'une psychanalyse. "C’est vrai que la Coupe du Monde 2006 est toujours dans mon tronche, mais mon problème, ce n’est pas Barthez, c’est lui, réplique-t-il dans l'émission "Luis Attaque". Quand tu disputes une Coupe du monde, qu’on te dit que tu es le meilleur mais que c’est l’autre qui joue… Tout part de là." Pour l'intéressé, l'ancien homme fort des Bleus n'a pas bien géré la situation. "On n'a jamais réussi à avoir une relation de confiance lui et moi. Je pense être assez intelligent pour comprendre les situations, souligne l'ancienne doublure de Barthez. Il m’a tué quand il m’a dit que j’étais le meilleur mais que je ne n’allais pas jouer. C’était terrible. Je suis sûr qu’on aurait pu s’entendre, mais il y a eu une incompréhension terrible."

Avant le fiasco 2010, il y avait eu le raté de l'Euro 2008. "Il explique que je n’ai pas été suffisamment bon à l’Euro 2008. Je le reconnais, explique le Lyonnais. Mais je crois qu’on a été à l’image de notre coach..." La réponse du berger à la bergère.