Eugénie Le Sommer félicitée par ses coéquipières, le 1er septembre 2018 face au Mexique
Eugénie Le Sommer félicitée par ses coéquipières, le 1er septembre 2018 face au Mexique | AFP

Contre les Etats-Unis, l'équipe de France féminine continue son opération séduction

Publié le , modifié le

A six mois de la Coupe du monde dans l’Hexagone, l’équipe de France féminine s’offre un premier test grandeur nature face aux Etats-Unis, la meilleure équipe du monde. Samedi au Havre, les Bleues vont essayer de poursuivre leur série de succès, tout en tissant un peu plus leurs liens avec le public.

Les Bleues démarrent par le gratin en guise de mise en bouche. Pour leur premier match de préparation de 2019, l’équipe de France féminine s’offre une affiche de prestige avec la réception des Etats-Unis samedi au Havre. L’équipe américaine est la référence absolue du football féminin, championne du monde en titre et numéro un au classement FIFA. De quoi combler le public tricolore, à six mois du début du Mondial en France. Le match aura ainsi lieu à guichets fermés au Stade Océane, alors que le club local peine à combler son enceinte en Ligue 2. 

De plus en plus en vue ces dernières années, les Françaises ont là une occasion en or de nouer un lien plus proche encore avec leurs supporters. 173 000 billets de la Coupe du monde avaient déjà été vendus début décembre, ce avant que les places pour un seul match ne soient encore disponibles. Le match alléchant de samedi soir pourrait servir de publicité idéale pour lancer un peu plus l’engouement autour de l’équipe de Corinne Diacre.

"Il faut que ce public ne vienne pas seulement voir le match mais encourage également l’équipe" espère la sélectionneure nationale Corinne Diacre. La capitaine des Bleues Amandine Henry, qui a évolué 18 mois de l’autre côté de l’Atlantique abonde dans ce sens. "Sur le public, on a encore du travail (en France)", déplorait-elle cette semaine en conférence de presse. "A Portland, qui est un gros club, on jouait devant 18 000 spectateurs à chaque match..." Samedi, ils seront 22 870 attendus en tribune, dans un des stades utilisés l’été prochain.

Le soutien au service de l’ambition

Les chiffres sont prometteurs, au moins tout autant que les résultats récents de l’équipe de France. Les coéquipières d’Eugénie Le Sommer ont remporté leurs sept dernières rencontres, certaines contre des adversaires parmi les plus solides de la planète (1-0 contre le Canada, 3-0 contre l’Allemagne, 2-0 contre l’Australie). Leur dernier match sans victoire ? C’était déjà contre les Etats-Unis, un match nul 1-1 lors de la SheBelieves Cup en mars dernier. De quoi motiver un peu plus des Tricolores ambitieuses, après leur élimination frustrante en quart de finale du Mondial 2015.

"Est-ce qu'il est nécessaire de copier ce que font les Américains ? En termes de résultat, ce serait bien, c'est ce qu'on souhaite", s’est amusée la sélectionneure nationale Corinne Diacre lors de la reprise mardi dernier. "Il y avait en tout cas beaucoup plus d’intensité que sur les lundis précédents, ce sont des signaux positifs." Il ne reste plus maintenant qu’à les confirmer. Et séduire, encore.

Equipe de France de football