Laurent Blanc lors de Pologne-France LE 9/06/11
Laurent Blanc lors de Pologne-France. | FRANCK FIFE / AFP

Blanc: "Pas là pour faire des essais"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc, qui a communiqué une liste sans surprise pour le match amical France-Chili le 10 août à Montpellier, a rappelé qu'il n'était "pas là pour faire des essais" avant le sprint final des qualifications de l'Euro 2012.

Beaucoup de sélectionneurs se plaignent de ces matches amicaux en août...
"J'en fais partie. Les joueurs, fatigués par leur préparation, ne sont pas dans leur meilleur état de forme. A cette date, seul le championnat de France aura débuté. On va récupérer des joueurs rincés qui arrivent de Chine ou d'Amérique. Ce n'est pas la meilleure façon de préparer une année de matches internationaux. J'ai l'espoir qu'on le prendra un jour en considération et que ce fameux match au mois d'août finira par être reporté".

Dans ces circonstances, comment avez-vous concocté votre groupe ?

"Nous avons d'abord dû composer avec une contrainte qui est celle des joueurs blessés. J'ai ensuite décidé de tenir compte des performances réalisées par les joueurs au cours de la tournée du mois de juin en Europe de l'Est (contre la Biélorussie, la Pologne et l'Ukraine, ndlr). Kaboul, par exemple, avait rendu une copie très correcte contre l'Ukraine. Il a donc marqué des points. Cela ne veut pas dire que d'autres joueurs non convoqués cette fois-ci sont définitivement exclus. Koscielny par exemple est très proche..."

Ce n'est donc plus l'heure des surprises ?
"Nous ne sommes pas là pour faire tout le temps des essais. Nous sommes en pleine constitution d'un groupe. Après, il y aura toujours de la place pour des joueurs en forme. On a surtout décidé de se reposer sur les matches de la tournée. Ensuite, il y a d'autres joueurs qui ne sont pas sur la liste. Ce sont parfois des joueurs qui se sont mis en difficulté en signant dans des clubs où ils ne jouent pas, voire où ils s'entraînent très peu. Dans ces conditions, il est difficile d'aspirer à une sélection".

En revanche, la forme de Benzema doit particulièrement vous réjouir ?
"Karim a compris cette année que le haut niveau, c'est l'exigence permanente. Il n'a pas renouvelé les mêmes erreurs que l'année dernière, où on lui avait reproché un surpoids de 2 ou 3 kilos. Là, ses problèmes de poids sont apparemment réglés. J'en suis très satisfait. Quand il est en super forme, c'est un attaquant de niveau européen, voire mondial".

Concernant le capitaine, où en est votre réflexion ?
"On aimerait que ce choix se fasse tout seul. Mais si on prend autant de temps, c'est que malheureusement ce choix ne s'impose pas de lui-même. Il n'y a pas un joueur qui se détache clairement pour ce rôle, plusieurs sont susceptibles de l'endosser. Je me donne donc encore le temps pour trancher. Après, on peut aussi envisager de changer de capitaine à chaque match".

La présence de cinq Parisiens a-t-elle un sens particulier ?
"Je ne suis pas là pour discuter du mercato de tel ou tel club. Je n'ai pas pris ces joueurs parce qu'ils ont changé de club, mais en raison de leurs performances. Ménez et Matuidi ont retrouvé un peu plus de visibilité. C'est bien pour eux, mais ce n'est pas la raison de leur sélection. Que l'on joue dans un club français ou étranger, la performance sera toujours mon critère de sélection numéro un".

AFP