Laurent Blanc
Laurent Blanc, le sélectionneur de l'équipe de France | AFP - BERTRAND GUAY

Blanc: "Mon intention est de continuer"

Publié le , modifié le

Partira, partira pas? Laurent Blanc ne sait toujours pas ce qu'il fera à la rentrée, une fois l'Euro 2012 terminée. Dans une interview accordée au quotidien Le Parisien, le sélectionneur de l'équipe de France se dit prêt à rester à la tête des Bleus, mais attend que la FFF se prononce définitivement et lui propose un vrai challenge.

A moins de deux mois de l'Euro, Laurent Blanc ne sait toujours pas de quoi son avenir sera fait. Refroidie par ses récents déboires avec ses prédécesseurs, la Fédération française de football n'a pas encore décidé du sort qu'elle réserve à son sélectionneur. En tout cas, pas officiellement. Tout en préparant un Euro 2012 qui pourrait être sa dernière compétition à la tête des Bleus, Blanc cogite. "Je ne sais même pas ce que je ferai la saison prochaine", confie-t-il dans une longue interview accordée au Parisien/Aujourd'hui en France. Mais il reste clair sur sa priorité: "Mon intention est de continuer avec l'équipe de France. Je n'ai pas changé d'avis."

Le Président admet qu'il n'a eu aucun contact avec la FFF au sujet d'une éventuelle poursuite de l'aventure au-delà de la compétition européenne. "Je n'ai pas été prolongé en sélection. Et je ne suis pas le style de mec ou d'entraîneur qui tapera à la porte", martèle le champion du monde 1998. "C'est clair, net et précis." Mais il reconnaît aussi qu'une prolongation de quatre ans lui a bel et bien été proposée jusqu'à l'Euro 2016 en France. "Je n'avais pas atteint l'objectif (ndlr: la qualification pour l'Euro 2012)," se justifie-t-il. "Je suis un homme d'objectif". 

Il attend désormais que la Fédération lui propose un "challenge exceptionnel". Mais Blanc ne cache pas qu'il se laisse toute liberté de refuser. "Je dis ceci, non pas pour mettre la pression, mais parce que je le pense : j'entends souvent dire que c'est le patron qui décide de prolonger ou non un joueur ou un entraîneur en fin de contrat. Je suis d'accord, mais on oublie que le salarié peut décider aussi."

Deschamps en successeur

La FFF, elle, n'a depuis longtemps plus montré la même envie de garder son sélectionneur. Attend-on de voir les résultats des Bleus à l'Euro pour trancher avec le risque de voir son chef d'orchestre filer sous d'autres cieux ? Le précédent Jacques Santini, qui avait annoncé son départ à Tottenham à la veille de l'Euro 2004 avec les résultats désastreux que l'on sait, n'a pas servi de leçon. L'ancien joueur de Manchester United et Auxerre serait déjà sur les tablettes de l'Inter Milan et Chelsea. "C'est toujours gratifiant d'être apprécié par des grands clubs, s'amuse le principal intéressé. "Mon objectif c'est l'Euro. Je suis à fond dans cette compétition."

En attendant, le nom de Didier Deschamps circule fréquemment pour sa succession. Pour Laurent Blanc, son ancien comparse en bleu sera forcément à la tête d'une équipe nationale un jour. "Il est dans la même approche que moi. Il a ce métier au plus profond de lui-même et il le fait pour gagner", explique-t-il. Et s'il avait un conseil à donner à un futur sélectionneur: "qu'il détermine son mode de fonctionnement et n'écoute personne".

Melinda Davan-Soulas @Melinda_DS

Equipe de France de football