Blanc portrait 042011
Laurent Blanc | AFP - PATRICK BERNARD

Blanc : "Avoir plus de certitudes et de sécurité"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc a déclaré mardi que l'amical contre le Chili, mercredi, devait permettre d'"avoir plus de certitudes et sécurité" au niveau de la charnière centrale, qui devra être totalement modifiée en Albanie, le 2 septembre en qualifications de l'Euro-2012.

Comment jugez-vous le contexte particulier de cette rencontre ? 
"C'est un peu la rentrée des classes et le début de la deuxième saison,  qui est la plus importante. On n'a que ce match pour préparer les rencontres  contre l'Albanie et la Roumanie (en qualifications de l'Euro-2012, ndlr). Ce  n'est pas le meilleur moyen parce que les joueurs ne sont pas au maximum de  leur forme. Mais on est très contents de les retrouver et je pense qu'eux  aussi. En plus il y a du soleil, des jolies filles à Montpellier. Il y a une  bonne ambiance mais le plus important reste le match. Là, vous êtes tout  gentils, tout bronzés et sympas mais si on perd demain on va se faire  fracasser."
      
Allez-vous mettre l'accent sur la manière ?
"On met toujours l'accent sur la manière. Le résultat ne suffit pas même  si il n'y a que la victoire qui m'intéresse et qui nous fait survivre. Mais  c'est vrai que la manière reste une chose importante parce qu'on essaye de  mettre une idée directrice en place dans le jeu et quand les joueurs arrivent à  la mettre en pratique et à obtenir un bon résultat, cela fait de moi un  sélectionneur satisfait."
      

Des clubs vous ont-ils demandé des séances d'entraînement  supplémentaires pour leurs joueurs?
 "C'est assez rare. D'habitude, on demande au sélectionneur s'il est  possible de préserver les joueurs. Là, j'ai eu les deux, c'est assez paradoxal.  Mais si je commence à écouter tout le monde, cela devient difficile. Je ne  pourrai pas changer complètement d'équipe, les règlements nous l'interdisent.  On fera six changements, donc il faudra trouver 5 joueurs qui joueront tout le  match. Si les choses se passent bien, il y aura plus de roulements dans le  domaine offensif et dans l'entre-jeu."
      
La défense de mercredi sera-t-elle celle du match de septembre ?
 "Patrice Evra nous a quittés à 16 heures car il n'a pas récupéré de sa  blessure. Donc Gaël (Clichy, ndlr) nous a rejoints. Ce sera une défense inédite  car Adil (Rami, ndlr) est suspendu contre l'Albanie. J'avais dit qu'Eric Abidal  est un arrière gauche. Là où j'ai évolué, c'est que ponctuellement, il peut  nous rendre de grands services dans l'axe. Car il est très bon défensivement,  il a une bonne relance et a une grande expérience. Ce qui nous a fait défaut en  Biélorussie. J'espère que le match nous servira pour avoir plus de sécurité et  de certitudes dans ce que l'on veut faire."
      
Qui portera le brassard de capitaine ?

"Je n'en sais rien. Je ne sais pas si je ne vais pas le porter moi-même.  La saison va être courte et en octobre, on saura si on a atteint l'objectif. Il  est probable qu'on va continuer jusqu'en octobre avec un roulement de  capitaine. Personne ne sort du lot. Il y a deux ou trois candidats mais le  capitaine doit remplir des critères précis en terme sportif et de vie de  groupe. Mais cela ne m'inquiète pas plus que ça."
      
Dans quel état d'esprit se trouve Samir Nasri, qui souhaite changer de  club ?
"Samir est un joueur d'Arsenal, jusqu'à preuve du contraire. Je n'en  sais pas plus. Il est en discussions avec son club pour éventuellement en  changer. j'attends avec impatience. C'est une position délicate, cela peut le  perturber mais il ne se trouvera pas sans club et vu les candidats, cela ne me  dérangerait pas. Mais si on pouvait en voir l'épilogue, ce serait bien pour lui  et pour nous."
      
Les joueurs ont-ils conscience de l'importance de ce match ?
"C'est toute l'imbécilité de ce match du mois d'août. Il y a des joueurs  qui n'ont pas repris la compétition, il y a des joueurs que je voulais appeler  et qui sont en conflit avec leur club et qui n'ont pratiquement pas fait de  matches de compétition. Ce n'est pas la meilleure manière de préparer un match  international. Mais j'espère qu'un jour on prendra conscience que ce match du  mois d'août n'est pas le mieux placé dans la saison pour préparer les matches  de septembre qui sont très importants puisque qualificatifs pour le Championnat  d'Europe."
      
Comment avez-vous vécu vos 12 premiers mois à la tête des Bleus ?

"Il y a eu une année sportive délicate, il a fallu gérer certains  problèmes extra-sportifs. Personnellement, j'ai aussi vécu une année difficile,  j'inclus le professionnel et le privé."

AFP