Eden Hazard à la lutte avec Mathieu Valbuena
Eden Hazard à la lutte avec Mathieu Valbuena | JOHN THYS - AFP

Belgique-France - Tout sauf nul

Publié le , modifié le

L'équipe de France a tenu en échec 0-0 la Belgique ce mercredi soir à Bruxelles. Malmenés sur l'ensemble de la partie par une équipe belge experte en contre, les Bleus ont résisté et auraient même pu prendre l'avantage sur de nombreuses situations chaudes. De bonne augure avant les trois matches décisifs, début septembre, dans l'optique de la qualification au Mondial 2014.

La France et la Belgique ont offert un bon match amical. Chose assez rare au mois d’août pour être soulignée. Si aucune deux équipes n’est parvenue à trouver le chemin des filets, les occasions de but ont été légions dans une partie enlevée où chaque équipe aurait pu, voir du marquer avec un peu plus d’application et de réussite. Tout sauf amicale, la rencontre s’est disputée sur un rythme élevée et les contacts, à l’image de ce tacle de Pocognoli sur Valbuena peu après l’heure de jeu, ont été rudes.

Pour les Bleus, Didier Deschamps avait choisi d’aligner la paire Kondogbia-Guilavogui au milieu de terrain. Force est de constater que le pari n’a pas payé. Trop tendres les deux Français ont souffert face au duo Fellaini-Witsel. Le milieu d’Everton a réalisé une performance de choix, comme à son habitude. Pour autant, malgré la faillite de son entrejeu, l’équipe de France est bien entrée dans la partie. Cette bonne entame de match aurait pu coûter cher aux Bleus puisque sur un corner français, les Belges partent en contre et se retrouve à cinq contre deux, il faut un retour salvateur de Clichy pour sauver la patrie. Cette capacité des Belges à partir à centre à l’heure en contre est impressionnante et la paire Kondogbia-Guilavogui peine à colmater les brèches à la perte de balle.

Le retour de Nasri en Bleu

Petit à petit, la Belgique prend les commandes du jeu et multiplie les situations chaudes sur le but d’Hugo Lloris. Il faut un tacle miraculeux de Koscielny devant Lukaku pour éviter l’ouverture du score (16e) et une frappe trop croisée de De Bruyne pourtant esseulé après un mauvais renvoi du même Koscielny (38e). Les coéquipiers d’Eric Abidal, plutôt bon pour son retour chez les A, ne sont pas en reste mais le quatuor Payet-Valbuena-Ribéry-Benzema manque parfois de spontanéité à l’image de Payet qui tarde à frapper après un bon mouvement collectif français (43e). A la mi-temps, la France a été dominée mais elle a su faire le dos rond pour planter quelques banderilles intéressantes.

La deuxième mi-temps voit de nouveau les deux équipes se rendre coup pour coup. Mais le but manque toujours à l’appel. Le rythme est toujours relativement élevé, même s’il baissera logiquement en toute fin de partie. Les défenses semblent tenir le choc mais à bien y regarder c’est surtout la lucidité qui manque aux attaquants des deux équipes. Pocognoli, excellemment servi par Lukaku se retrouve seul face à Lloris mais enlève trop son ballon (50’) avant que Valbuena, après une percée sur la droite, ne trouve personne à la réception de son centre en retrait (52’). L'autre évènement de cette seconde mi-temps, c'est l'arrivée sur la pelouse de Samir Nasri, un an après son Euro 2012 cahotique. 

Equipe de France cherche buteur

Aux piques belges, les Bleus répondent par des mouvements collectifs intéressants. Nasri entré en jeu est discret mais c’est sur une-deux avec Guilavogui, le joueur de Manchester City aurait pu faire la différence. Surtout s’il avait choisi la frappe mais aussi si Olivier Giroud qui a hérité du ballon n’avait pas raté sa reprise du gauche au point de penalty (85e) Ni Benzema, Ni Giroud n'ont trouvé les filets ce soir. L'équipe de France reste sur plus de six heures sans marquer. Une statistique qu'il faudra faire mentir dès le prochain match face à la Géorgie.. En face, la Belgique regrettera l’occasion énorme manquée par Kevin Mirallas. L'ancien Lillois, servi sur un plateau par Kevin De Bruyne étincelant ce soir, est passé tout près de donner l'avantage aux siens mais a vu sa frappe s'envoler dans le ciel du stade du Roi Baudouin.

Avec ce match nul face à la 10e nation mondiale au classement FIFA, l'équipe de France s'est rassurée après trois sortes ratées et autant de défaites. Si tout n'a pas été parfait, les 22 acteurs ont livré un match de bon niveau et si l'équipe de France évolue à ce niveau face à la Géorgie, la Biélorussie et la Finlande en septembre, elle sera, à minima, barragistes pour le Mondial brésilien.

Vidéo : les réactions d'après-match