Dimitri Payet, lors de Pays-Bas - France, le 25 mars 2016, à Amsterdam.
Dimitri Payet, lors de Pays-Bas - France, le 25 mars 2016, à Amsterdam. | AFP

Après Pays-Bas - France (2-3) : Dimitri Payet redevient candidat à l'Euro

Publié le , modifié le

Pour son retour en Bleu, Dimitri Payet a répondu présent. Aligné d'entrée, le milieu offensif de West Ham a joué l'intégralité de la rencontre amicale aux Pays-Bas (2-3). L'ancien Marseillais s'est même montré particulièrement influent, au point d'être à l'origine des buts d'Olivier Giroud et de Blaise Matuidi. Didier Deschamps critiquait son rendement en sélection ? Payet lui a répondu sur le terrain. "Il a été très bon", a admis le sélectionneur après la rencontre.

Neuf mois qu'il l'attendait. Neuf mois que Dimitri Payet courait après une titularisation en Bleu. Vendredi soir, le milieu offensif de West Ham n'a pas manqué ses retrouvailles avec l'équipe de France. L'ancien Marseillais n'a pas marqué. Mais il a marqué des points dans la course à l'Euro : il a activement participé au succès tricolore aux Pays-Bas (2-3)

"Il a été très bon, a souligné Didier Deschamps après la rencontre. Chaque fois qu'il a eu à toucher le ballon, que ce soit pour éliminer ou dans ses prises de balle, il a montré de la qualité comme sur les coups de pied arrêtés."

Pour sa 16e sélection, Payet s'est montré influent. Du début à la fin. Il a allumé la première mèche dès la 4e minute, d'une frappe vicieuse, qui obligé Jasper Cillessen à se détendre. Au quart d'heure de jeu, son corner, prolongé par Blaise Matuidi, a permis à Olivier Giroud de doubler la mise (0-2, 13e). Dans les ultimes secondes, c'est encore lui qui a arraché le ballon transmis par Anthony Martial à Matuidi, pour le but du 3-2 (88e). Au risque de gâcher l'hommage de l'ArenA à Johan Cruyff.

Sa première période, débutée à gauche, il l'a éclairée en touchant 44 ballons. Plus que n'importe quel autre Tricolore.

Une entente prometteuse avec Griezmann

A la 25e minute, son centre, pour la tête d'Antoine Griezmann, a failli faire mouche. C'était sans compter sur le pied droit de Cillessen. En première période, l'entente entre Payet et Griezmann a affiché de belles promesses. Les deux joueurs se sont cherchés. Ont permuté. Ont combiné.

La sortie du Madrilène, remplacé par Anthony Martial à la pause, a coupé cette complicité naissante. Elle a aussi déplacé Payet sur le flanc droit. Le Hammer a gardé la même justice technique, la même précision sur coups de pied arrêtés. Avec un zeste de réussite, il aurait pu signer sa deuxième réalisation internationale : sa tentative enroulée, à l'entrée de la surface néerlandaise, a échoué sur le poteau.

Dans la dernière demi-heure, Payet s'est montré plus discret, moins influent. Jusqu'à ce ballon arraché à la 88e minute. Pour convaincre Didier Deschamps qu'il peut être aussi performant en Bleu. "Payet confirme ce qu'il fait avec son club et ce qu'il a montré dans sa semaine d'entraînement, a indiqué le patron des Bleus. Il est en pleine forme." Et il est redevenu un prétendant sérieux à l'Euro.

Gil Baudu @gbaudu

Equipe de France