Le stade de Wembley
Le stade de Wembley s'est paré des couleurs du drapeau français en hommage aux victimes des attentats à Paris | REUTERS - TOBY MELVILLE

Angleterre-France: plus que l’entente cordiale, l’union sacrée

Publié le , modifié le

Le match amical de mardi à Wembley entre l'Angleterre et l'équipe de France sera chargé d’émotion et hautement symbolique. Cette rencontre de préparation à l'Euro 2016 aura lieu seulement quatre jours après le vendredi noir de Paris et dix ans après les attentats de Londres qui étaient intervenus au lendemain de la décision du CIO d’attribuer les JO 2012 à la capitale du Royaume-Uni. L’Angleterre du sport fait en tous cas corps avec la France et ce match dépassera de beaucoup le simple choc footballistique qu’il est habituellement.

Quoi de plus symbolique que des supporters anglais chantant la Marseillaise mardi soir à Wembley ! Cette énorme vague de solidarité venue d’outre-Manche depuis vendredi montre à quel point les Anglais ont ressenti ces événements dramatiques au plus profond d’eux. Nos meilleurs ennemis sportifs ont prévu de rendre hommage aux nombreuses victimes des attentats à travers quelques mesures symboliques de bon aloi.

La Marseillaise d’une seule voix

Depuis samedi déjà, l’arche de Wembley, parée de bleu, de blanc et de rouge, illumine les nuits londoniennes avec la devise "Liberté, égalité, fraternité". Ensuite, une minute de silence sera observée dans le Temple du football juste après les hymnes nationaux des deux pays*. Enfin, sur une idée de Mark Pougatch, le présentateur d’ITV, la chaîne qui retransmet la rencontre, la Marseillaise sera entonnée par tout le stade dont 2000 supporters tricolores: "90 000 spectateurs joindront leur chœur et leurs cœurs", comme l’écrit joliment Bruno Constant dans l’Equipe. Il est à noter que, selon un responsable du club de supporters des Irrésistibles français, "sur 140 réservations de billets, il n'y a que trois ou quatre désistements ce lundi".

Anglais et Français adorent se chamailler sur tout et n’importe quoi, particulièrement lorsqu’il s’agit de sport, foot et rugby en tête, mais ils savent se retrouver dans les heures les plus sombres de l’Histoire pour communier et (ou) se battre ensemble, cote à cote. La fraternité sera donc omniprésente ce mardi 17 novembre pour le neuvième Angleterre-France disputé sur la plus belle pelouse du monde. D’autant qu’un club anglais a été indirectement touché par les attentats de Paris.

La grande allée menant au stade de Wembley
La grande allée menant au stade de Wembley

En effet, le community manager d’un compte twitter de supporters d’Everton a été tué vendredi au Bataclan. Il a reçu un vibrant hommage de la part de la twittosphère. Parti d’un twitto lambda souhaitant marquer le coup, le hashtag #Tribute4FrenchToffees a très rapidement pris une ampleur grandissante ce week-end.

Le Graët : représenter la France avec fierté​

L’émotion sera à son comble peu avant le début du match, vers 20h50, lorsque les deux équipes entreront sur le terrain pour cette affiche un moment menacée. "Je n’ai jamais eu de doutes concernant la tenue du match, a confié le président de la FFF Noël Le Graët. J’ai simplement vérifié que c’était possible avec le ministère et les Anglais samedi matin. Ca n’aurait pas été bien du tout de ne pas jouer. Si ce match avait eu lieu au Stade de France, la question se serait évidemment posée et on n’aurait pas joué. Mais là il faut montrer que la vie continue, que la France est toujours debout et que ses sportifs la représentent avec fierté".

Pas de menace spécifique sur le match

Des mesures de sécurité draconiennes ont été prises afin que tout se passe bien. Dans Londres, qui accueille également le Masters de tennis à l’O2Arena (dans l’est de la ville), les policiers, militaires et autres services secrets sont aux aguets. La sécurité, déjà très élevée, a été renforcée après qu’un Français a été arrêté en possession d’une arme à feu à l’aéroport de Gatwick, provoquant l’évacuation du terminal nord, samedi.

Selon L’Equipe, la Fédération anglaise (F.A.) a consulté le gouvernement et la police de Londres et a reçu l’assurance qu’il n’y avait pas de menace spécifique sur le match. Néanmoins, les forces de l’ordre et les contrôles seront plus nombreux qu’à l’accoutumée autour de la célèbre enceinte, et les fans sont priés d’arriver tôt car les fouilles corporelles pourraient prendre davantage de temps.

Diarra prêt à jouer malgré tout

Les joueurs n’auront peut-être pas la tête au foot, surtout Antoine Griezmann dont la sœur Maud a survécu à l’attentat du Bataclan, ou Lassana Diarra, auteur d’un vibrant message à l’adresse de sa cousine Asta Diakite, tombée sous les balles des terroristes. Mais le sélectionneur Didier Deschamps les consultera juste avant pour savoir s’ils se sentent aptes.

Le milieu de terrain de l’OM a d’ailleurs annoncé qu’il se tenait prêt à jouer. Noël Le Graët, qui a bien compris que le résultat passait pour une fois au second plan, n’a pas d’inquiétude par rapport à l’attitude des joueurs alignés : "Une fois sur le terrain, les joueurs sont des compétiteurs. Ils feront le maximum pour produire un bon spectacle".

*La sélection anglaise a observé ce lundi à Londres une minute de silence en hommage aux victimes des attentats en France