Mondial Abidal Eric 062010
Eric Abidal, le défenseur tricolore, en conférence de presse | AFP - Franck Fife

Abidal: "Je n'étais pas là pour marquer des points"

Publié le , modifié le

Avant de retrouver la Liga avec Barcelone samedi, le défenseur international Eric Abidal (31 ans) a évoqué pour l'AFP son retour en équipe de France, auréolé d'une prometteuse victoire mercredi en Angleterre (2-1): "Je n'étais pas là pour marquer des points", assure-t-il.

Q: Comment avez-vous vécu ce match du retour en Bleu ?
R: "Ca s'est très bien passé. Il y avait certes un peu d'appréhension avant de retrouver le groupe, avec un nouveau staff, un nouvel entraîneur et une nouvelle manière de fonctionner. Je suis resté moi-même, il y avait des joueurs que je connaissais, le contact était facile. Comme c'est une nouvelle génération, c'est une tout autre histoire qui commence."

Q: Est-ce que vous pensez avoir marqué des points pour la suite ?
R: "Je n'étais pas là pour marquer des points. Ce qui m'amène en équipe de France ce sont mes prestations en club. Je devais essayer de confirmer en équipe de France mes bonnes prestations en club."

Q: Comment avez-vous trouvé l'ambiance par rapport au Mondial ?
R: "Après tout ce qui s'est passé (en Afrique du Sud), c'était difficile pour tout le monde. L'ambiance est bonne, ce qui permet de travailler dans de meilleures conditions. Ca marche de mieux en mieux, l'équipe de France retrouve le jeu que tout le monde espérait."

Q: Comment vous sentez-vous avec le Barça ?
R: "Il y a une bonne dynamique. Après un Mondial difficile, c'était important de revenir dans de meilleures conditions. Ce n'est pas facile, il y a énormément de concurrence. A moi de travailler pour faire de bons matches, essayer d'être le plus efficace possible parce que dans les grands clubs ça ne pardonne pas. J'ai connu le pire en sélection cet été. Il ne peut pas y avoir pire que ça en club. Il faut essayer de tourner la page, ce n'est pas évident, la cicatrice est toujours là."

Q: "Pep" Guardiola, l'entraîneur du Barça, vous a-t-il aidé à surmonter l'échec du Mondial ?
R: "On en a parlé très rapidement parce qu'il y a beaucoup de joueurs qui ont joué le Mondial. Il m'a dit +écoute, essaie d'oublier, même si ce n'est pas facile. Ce sont des compétitions que tu prépares pendant longtemps pour arriver au top le jour j. Parfois ça ne marche pas bien+."

Q: Comment avez-vous vécu le départ de Thierry Henry du Barça ?
R: "Ca m'a affecté parce que je pense qu'il en avait encore énormément sous la semelle pour continuer à jouer en Europe."

Q: Vous êtes toujours en contact avec lui ?

R: "Il doit venir au +Clasico+. On n'a pas trop de contacts parce que je ne suis pas trop +téléphone+. Je devrais le croiser dans pas longtemps."

Q: Le "Clasico" approche. Le Real Madrid est-il plus fort cette saison ?
R: "Plus fort, je ne sais pas. Ils ont un entraîneur différent, qui voit le football différemment. Je crois que le Real est beaucoup plus discipliné. Ils ont de bons résultats, c'est ce qu'il faut retenir."

Q: Qu'est que vous pensez du côté provocateur de José Mourinho ?

R: "C'est peut-être pour soulager son groupe. C'est une manière de travailler, de voir les choses. Partout où il l'a fait, il a eu des résultats. Comme on dit, on ne change pas une équipe qui gagne et peut-être que lui, il ne changera pas son attitude."

Q: Vous avez parlé avec Karim Benzema de sa situation au Real ?

R: "Je le connais depuis Lyon, je sais comment il pense. Je sais que ce n'est pas facile quand on n'a pas trop de confiance, surtout à Madrid. J'ai connu un Karim Benzema en pleine confiance à Lyon, je sais de quoi il est capable."

Q: Quel titre aimeriez-vous remporter avec le Barça cette saison ?

R: "Ce serait bien de pouvoir gagner la +Champions+ à Wembley, parce que la première Champions du Barça a été gagnée là-bas (en 1992). Pourquoi pas ?"

AFP