Entraîneur finaliste du Mondial 2014 avec l'Argentine, Alejandro Sabella est mort

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Alejandro Sabella
L'étreinte entre Sabella et Palacio après la qualification de l'Argentine en finale du Mondial 2014. | AFP - FABRICE COFFRINI

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alejandro Sabella, sélectionneur de l'équipe d'Argentine finaliste du Mondial 2014 au Brésil, est mort mardi des suites d'un cancer à l'âge de 66 ans, a annoncé la Fédération argentine de football mardi.

Hospitalisé à Buenos Aires depuis fin novembre pour des problèmes cardiaques liés à un cancer, Alejandro Sabella est décédé ce mardi après avoir contracté une maladie nosocomiale, précise la Fédération argentine de football. Sélectionneur de l'Albiceleste de 2011 à 2014, il avait mis un terme à sa carrière d'entraîneur après le Mondial 2014 où l'Argentine avait été battue en prolongation par l'Allemagne (1-0).

El Profe tire sa révérence

Sabella est le deuxième ancien sélectionneur de l'Argentine à disparaître en quelques semaines après le décès de la légende Diego Maradona, qui dirigea l'Albiceleste de fin 2008 à l'été 2010. D'une personnalité discrète, sans esbroufe, il avait la réputation d'un homme cérébral et pointilleux. "Je suis une personne équilibrée et j'aime les équipes équilibrées", avait-il déclaré pour se définir et proclamer sa façon de voir et de ressentir le football. "Nous devons toujours avoir les pieds sur terre".

Après une carrière de joueur qui l'avait vu porter les couleurs de River Plate, où il avait débuté, de l'Estudiantes en Argentine, de Sheffield United et Leeds en Angleterre, cet ancien milieu de terrain international (8 sélections) avait connu sa première expérience d'entraîneur en 2009, dans son ancien club de l'Estudiantes. Dès sa première année, il avait mené le club de La Plata jusqu'au titre en Copa Libertadores, le premier du club depuis le triplé en 1968/69/70 et le dernier à ce jour.

"Au revoir Professeur", a d'ailleurs twitté Estudiantes, où Sabella forçait le respect. "Tu es l'étoile que nous porterons fièrement dans nos cœurs. Merci pour tant d'enseignements et pour ton héritage. Repose en paix, la famille Pincha (pour étudiants, ainsi nommés les membres de l'Estudiantes) se souviendra de toi éternellement", a ajouté le club de La Plata à une soixantaine de kilomètres au sud de Buenos Aires, qui l'avait adopté comme joueur puis surtout comme entraîneur.

AFP