Edouard Philippe prolonge l'interdiction de manifestations sportives même à huis clos

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Le Parc des Princes vide
Le Parc des Princes vide | AFP - GETTY IMAGES

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Lors de son discours devant l'Assemblée nationale ce mardi, le Premier ministre, Edouard Philippe, a indiqué que les manifestations sportives, y compris sans public, seraient interdites jusqu'au mois de septembre. Pas de reprise donc pour les clubs de Ligue 1, Ligue 2, Top 14, ProD2...

►Ce qu’a dit précisément Edouard Philippe

Face aux députés, Edouard Philippe a évoqué ce mardi les mesures du plan de déconfinement progressif imaginé par le gouvernement. Le Premier ministre a notamment déclaré que les saisons de sport professionnel, “et notamment celle de football”, “ne pourront pas reprendre” le 11 mai. 

 "Pour donner aux organisateurs d'évènements de la visibilité, je veux préciser que les grandes manifestations sportives (...), tous les événements qui regroupent plus de 5 000 participants et font à ce titre l'objet d'une déclaration en préfecture et doivent être organisés longtemps à l'avance, ne pourront se tenir avant le mois de septembre", a-t-il ajouté. Edouard Philippe a également prononcé la limitation des rassemblements sur la voie publique “à 10 personnes” maximum.

Plus largement, “il ne sera possible, ni de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs ou de contacts”. Cependant, la pratique d’une activité sportive individuelle en plein air ne devrait plus être conditionnée à la présentation d’une attestation, ni à la limite du kilomètre de distance depuis le domicile.

►Est-ce pour autant la fin officielle des championnats ?

Evidemment, les annonces du Premier ministre ne sont pas une bonne nouvelle pour les partisans d'une reprise de la saison. En plus de mettre du plomb dans l’aile de tous les scénarii étudiés, faire une croix sur le mois d'août revient à menacer le début de la prochaine saison de Ligue 1 (prévue le 23 août). Quoi qu’il en soit, la fin des saisons de Ligue 1, Ligue 2, Top 14, Pro D2 ou de Jeep Elite n’est pas encore officielle. Si les instances sportives n’iront pas à l’encontre des décisions gouvernementales, c’est à elle que revient la charge de prononcer une fin officielle à la saison ou non.

Il faut aussi préciser que les déclarations d’Edouard Philippe ont valeur de prévisions. Elles sont encore conditionnées à l’évolution de la situation sanitaire. Le Premier ministre a insisté une nouvelle fois sur l’éventualité de la prolongation du confinement au-delà du 11 mai. Les tendances données vont forcément s’affiner. Le Ministère des Sports a d’ailleurs tenu une position moins ferme dans les heures qui ont suivi l’intervention du chef du gouvernement, ne fermant pas la porte à un mois d’août compétitif.

"Avant fin juillet, il ne peut pas y avoir de compétition, même à huis clos (...) A ce stade, [les ligues] peuvent envisager de terminer leur saison au mois d'août, ou en septembre. C'est à elles de décider", a déclaré le Ministère dans un communiqué transmis à l'AFP.

à voir aussi Les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 ne reprendront pas Les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 ne reprendront pas

► La préparation au Tour de France à nouveau menacée

La plupart des autres sports, comme le volley, le hand et le hockey, avaient déjà entériné la fin de la saison. Les annonces de ce mardi concernent surtout le football, le rugby, le basket et dans une autre mesure le vélo. Les coureurs vont pouvoir retrouver la route, mais les compétitions sur le sol français sont toujours menacées.

Entre la fermeté d’Edouard Philippe et la retouche du Ministère des Sports, le mois d’août reste une zone d’ombre. Il est pourtant le moment charnière de l’année sportive. Après le report de l’Euro 2020 et des Jeux olympiques de Tokyo, le Tour de France a été maintenu en vie grâce à un report de son départ au 29 août prochain. La Grande Boucle est, à l’heure actuelle, le seul grand événement sportif fixé au calendrier. Alors, sa tenue ne sera pas remise en question pour deux petits jours. 

Mais, il ne faut pas oublier que les coureurs ont besoin de courses préparation avant de se jeter dans ces trois semaines infernales. Étape essentielle avant le Tour, le Critérium du Dauphiné se cherche encore une place en août. Mais si la limitation des spectateurs à 10 maximum sur la chaussée évoquée par le Premier ministre doit être respectée jusqu’au mois de septembre, la course alpine ne pourra pas avoir lieu.