Du très lourd pour l'OL et l'OM

Publié le , modifié le

Les deux clubs français engagés en 8e de finale de la Ligue des Champions ne sont pas vernis. Lyon se retrouvera face au Real Madrid pour une revanche des huitièmes de finale de l'an passé, alors que Marseille affrontera le grand Manchester United. Parmi les autres chocs, les spectateurs pourront assister à un remake de la finale de la dernière édition, entre l'Inter Milan et le Bayern Munich. Redouté de tous, le FC Barcelone sera opposé à Arsenal.

Un mal pour un bien pourraient se dire les Lyonnais. Vainqueur surprise du Real l'an passé, Lyon se prépare à une rude épreuve tactique face à l'équipe de José Mourinho. Ce match sera également l'occasion pour Karim Benzema de retrouver son ancien club, contre lequel il aurait sans doute à coeur de briller. "On a beaucoup investi dans cette équipe pour éventuellement aller jusqu'en finale, mais le tirage au sort pondère cette ambition", a réagi le président de l'OL, Jean-Michel Aulas sur Eurosport. Lyon saura-t-il créer de nouveau l'exploit de l'an passé (succès 1-0 à Gerland et 1-1 à Bernabeu) et poursuivre sa série d'invincibilité (six matches d'affilée) face aux Merengue (trois succès et trois matches nuls) ?

La question ne se pose pas de la même manière pour Marseille qui reste sur un échec face à Manchester United. Leur seule confrontation en Ligue des Champions remonte à la saison 1999-2000, et l'OM n'était pas passé loin de la victoire en phase de groupes (défaite 2-1 à Old Trafford, succès 1-0 au Vélodrome). Depuis, les deux équipes n'ont plus vraiment les mêmes profils, mais les ambitions du club mancunien reste bel et bien les mêmes. Aprèsn un début de saison mitigé, les Red Devils ont repris du poil de la bête, et accessoirement les commandes de la Premier League. A contrario, l'OM a cédé son fauteuil de leader, et attend avec impatience la trêve. Seule équipe invaincue en championnat, MU sera très difficile à manoeuvrer. Mais 17 ans après son titre européen, l'équipe de Didier Deschamps aura à coeur de se rappeler au bon souvenir des grands clubs européens.

L'an passé, la finale avait vu la victoire de l'Inter sur le Bayern. Le tirage au sort a voulu que les deux équipes se retrouvent de nouveau, mais cette fois, dès les huitièmes de finale. Autre remake d'une finale, le match opposant Arsenal au FC Barcelone, quatre ans après le sacre des Catalans aux dépens des Londoniens lors de l'édition 2006. Les Gunners ne sont guère gâtés par ce tirage, puisqu'ils héritent de la meilleure équipe européenne du moment. Actuellement deuxièmes de la Premier League, les hommes d'Arsène Wenger ne partiront évidemment pas favoris de ce duel face au leader de la Liga, qui ne compte jusqu'à présent qu'une défaite depuis le début de la saison.

Si depuis quelques saisons maintenant, le Barça se présente comme un éternel candidat à "la Coupe aux grandes oreilles", d'autres équipes se sont données les moyens d'y parvenir. Même si Chelsea semble accuser un peu le coup en championnat, l'effectif des Blues peut prétendre au trophée européen. Champions d'Angleterre, les Londoniens devront toutefois se méfier d'un adversaire présumé plus faible, Copenhague. Il en est de même pour l'AC Milan, qui de l'avis des observateurs, s'en tire très bien face à Tottenham. La surprise pourrait venir du duel opposant la Roma, à la traîne en Serie A, au Chaktior Donetsk, toujours présent en C1, et qui s'est offert le luxe de terminer premier de son groupe, devant Arsenal. A suivre également le duel entre Valence et Schalke, pour le retour en Espagne de Raul...

Le tirage au sort
AS Roma - Chaktior Donetsk
AC Milan - Tottenham
FC Valence - Schalke 04
Inter Milan - Bayern Munich
Olympique Lyonnais - Real Madrid
Arsenal - FC Barcelone
Copenhague - Chelsea
Olympique de Marseille - Manchester United

REACTIONS:
Jean-Claude Dassier
(président de Marseille,  adversaire de Manchester United, à l'AFP): "Cela aurait pu être mieux, cela  aurait pu être pire... Ce n'est pas un mauvais tirage, je ne suis pas mécontent.  Il fallait éviter Barcelone, voire le Real Madrid. C'est une très belle affiche,  car Manchester est vraiment, comme le Real Madrid, une légende européenne.  Toutes les équipes étaient redoutables, nous sommes dans la cour des grands...  Mais même si Manchester revient bien après un début de championnat compliqué, je  considère que c'est du 50-50".

Emilio Butragueno (dirigeant du Real Madrid,  adversaire de Lyon, au micro d'Eurosport): "Si vous leur faites le moindre  cadeau, ils en profitent, comme ils l'ont prouvé la saison dernière. Ce sera une  confrontation très équilibrée. Il faut être prudent. Nous faisons confiance à  nos joueurs mais nous savons que c'est une compétition cruelle. Je suis sûr que  pour (Benzema) ce sera une confrontation spéciale et qu'il aura un plus de  motivation au moment de revenir à ce qui a été sa maison pendant de nombreuses  années".

Massimiliano Allegri (entraîneur de l'AC Milan,  opposé à Tottenham): "Je suis content de ce tirage, nous irons à Londres et  contre les Anglais, c'est toujours un plaisir de jouer. C'est une très bonne  équipe, mais vu celles que nous risquions d'avoir, c'est une des moins  difficiles. Elle est très forte en attaque, mais, d'après les chiffres, cède  aussi un peu en défense."

Louis van Gaal (entraîneur du Bayern  Munich, opposé à l'Inter Milan en 8e de finale): "Ce n'est pas un mauvais tirage  au sort, car nous avons un compte à régler avec l'Inter. Presque tous les  joueurs qui ont disputé la finale de Madrid sont encore au Bayern. A ce niveau,  tous les adversaires sont difficiles et il n'y a plus de matches faciles".

Alex Ferguson (entraîneur de Manchester United): "Marseille est difficile à prendre à domicile à cause de l'ambiance fantastique et du soutien incroyable de son public. Ils sont de retour depuis deux ou trois ans après une traversée du désert. Ce sera difficile. Ils ont un de nos anciens joueurs, Gabriel Heinze, ça fera plaisir de le voir."

Rafael Benitez (entraîneur de l'Inter Milan, opposé au Bayern Munich): "Ce sera très intéressant pour les tifosi et pour les joueurs qui ont disputé la finale (de la Ligue des champions 2010) de Madrid. Le Bayern Munich est une excellente équipe, dirigée par un excellent entraîneur."$

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal, opposé à Barcelone): "Je n'ai pas la revanche en tête. Nous voulons nous qualifier. C'est difficile? Oui. C'est possible ? Oui. Barcelone est incontestablement le favori de la compétition et une fameuse équipe, mais ils ne voulaient pas non plus tomber sur nous parce qu'ils savent que ce sera un gros match. Je crois que nous sommes meilleurs que l'année dernière et c'est l'occasion de le montrer."

Carlo Ancelotti (entraîneur de Chelsea, opposé à Copenhague): "Copenhague a fait de bons résultats en poule. C'est une bonne équipe. Ils n'ont pas beaucoup d'expérience en Ligue des champions, mais il faudra faire attention. Ils vont pouvoir bien se préparer physiquement car ils ont une trêve à partir de maintenant."

Romain Bonte