Drame Angola
Le football angolais touché par un drame ayant fait 17 morts | SIPA

Drame en Angola : au moins 17 morts dans un stade après une bousculade

Publié le , modifié le

Dix-sept personnes, dont plusieurs enfants, ont trouvé la mort dans une bousculade dans un stade au nord de l'Angola, à Uige, lors d'un match de football de la 1re journée de première division, a annoncé vendredi la police. Les autorités angolaises ont annoncé l'ouverture d'une enquête qui sera chargée de déterminer les causes de cet incident, a annoncé samedi matin l'agence de presse nationale Angop.

Le football angolais est en deuil après que le match entre Santa Rita et Recreativo Libolo a viré au carnage vendredi soir. "Alors que, sur le terrain, les deux équipes s'affrontaient, les fans ont tenté d'entrer dans le stade pour voir le match. La porte a cédé sous la pression et 17 personnes ont trouvé la mort dans la bousculade", rapporte un communiqué du club visiteur. "Plusieurs enfants ont été tués", a précisé le porte-parole de la police, Orlando Bernardo.

De son côté, un médecin de l'hôpital militaire de Uige interrogé par l'AFP a fait état d'un bilan de 22 morts. "17 personnes sont mortes sur place et 5 autres à l'hôpital. Nous avons admis 100 personnes aux urgences", a affirmé samedi ce médecin qui a souhaité garder l'anonymat. Le bilan officiel fourni par les autorités était toujours samedi après-midi de 17 morts.

Le président de Santa Rita accuse la police

Le président de Santa Rita, Pedro Nzolonzi, a immédiatement accusé la police d'être responsable du drame. "Beaucoup ne voulaient pas payer et ceux qui n'avaient pas de billet n'ont pas réussi à entrer. Et là a commencé la confusion. C'est très triste", a-t-il déclaré à l'agence portugaise Lusa. "Tout est la faute de la police. C'était facile à éviter. Il fallait simplement élargir le cordon de sécurité", a-t-il estimé, dénonçant une "faute grave".

AFP