Jakub Blaszczykowski Franck Ribéry Dortmund Bayern Munich
Franck Ribéry (Bayern Munich) en duel avec Jakub Blaszczykowski (Dortmund) | CHRISTOF STACHE / AFP

Dortmund, la Juve, City et le Real prospèrent

Publié le , modifié le

Vainqueur du Bayern Munich sur la plus courte des marges (1-0), le Borussia Dortmund reprend ses distances avec le club bavarois. En Angleterre le championnat n'est pas fini puisque City l'a emporté alors que Manchester United s'est incliné à Wigan (1-0). La Juve, qui l'a emporté de justesse contre la Lazio (2-1), reprend les commandes de la Serie A. Enfin, le Real Madrid a remporté le derby face à l'Atletico grâce à un triplé de Ronaldo (1-4).

ALLEMAGNE : Le Borussia remporte le bras de fer

Le Westfalenstadion s'en souviendra longtemps. Ses protégés du Borussia ont réussi à vaincre le grand Bayern Munich au terme d'un match d'une grande intensité où les deux équipes se sont livrées corps et âmes. Au final, ce score de 1-0 ne reflète pas du tout la physionomie d'un match où les occasions de but ont plu de chaque côté mais ce sont bien les joueurs de la Ruhr qui ont mis au pas les Bavarois grâce à un but de Lewandoski qui ouvrait le score d'une judicieuse talonnade à la 77e minute. Dortmund pouvait respirer, mais sa victoire n'était pas usurpée. Dès la 2e minute, le club de la Ruhr avait été proche d'ouvrir le score, mais Manuel Neuer s'était interposé de façon autoritaire. Durant cette première période, le gardien de la sélection allemande empêchait encore le milieu de terrain Kevin Grosskreutz de marquer (6e), avant de se montrer une nouvelle fois déterminant au devant du Japonais Kagawa (25e). Et quand il était battu, c'est son poteau qui le sauvait sur une tête de Lewandowski (37e) !

La seconde période vit le Bayern sortir peu à peu la tête de l'eau, à l'image d'un Ribéry enfin retrouvé après avoir été très discret jusque-là. Mais le Français manquait une opportunité (65e) avant de s'effondrer sur l'adversaire pour réclamer en vain le penalty. Le Bayern aura bien l'opportunité d'égaliser à cinq minutes de la fin mais Arjen Robben voyait son penalty stoppé par Weidenfeller ! Grâce à ce succès, Dortmund, invaincu depuis 23 journées en Bundesliga, possède maintenant six unités d'avance sur les partenaires de Ribéry à quatre journées de la fin. Ça sent bon le titre pour le Borussia.

ITALIE : La Juve ne lâche rien

La victoire du Milan AC la veille au Chievo Verone (0-1) avait remis la pression sur les épaules de la Vieille Dame. Mais celle-ci a les os solides. Face à la Lazio, qui bataille pour la 3e place, la Juventus s'est fait peur mais son mental, son véritable point fort cette saison, a encore fait la différence en fin de match. Après l'ouverture du score par Pepe, les Romains égalisaient juste avant la pause par Mauri (1-1, 45e) avant que le mythe Alessandro Del Pierro, qui disputait son 700e match sous le maillot bianconerro, n'offre la victoire aux Turinois à la 82e minute sur un coup-franc somptueux !

Naples semble lâcher prise avec sa troisième défaite consécutive, à domicile contre l'Atalanta Bergame (1-3). Depuis l'élimination en Ligue des champions contre Chelsea, le Napoli n'a pris que 2 points en cinq matches. L'Atalanta a ouvert le score par Giacomo Buonaventura, et a enfoncé le clou après l'égalisation d'Ezequiel Lavezzi par Giampaolo Bellini et le Chilien Carlos Carmona. Goran Pandev a été exclu: rien ne va plus à Naples. L'AS Rome en profite pour prendre la 4e place, après sa victoire contre l'Udinese (3-1). Francesco Totti, en joueur de légende, comme Del Piero, a marqué le but qui compte, celui du 2-1. La Roma n'est plus qu'à quatre longueurs de la Lazio... A 2 points de la "Louve", l'Inter Milan garde le droit de rêver après sa victoire contre Sienne (2-1), avec un doublé de Diego Milito, dont un penalty, qui revient à la deuxième place du classement des buteurs (20 buts), derrière Zlatan Ibrahimovic (23). L'Argentin sublimera-t-il son équipe jusqu'au podium, au bout d'une saison de cauchemar?

ANGLETERRE : l'incroyable faux-pas de Manchester United

Le suspense dans la course au titre entre Manchester United et Manchester City a été relancé contre toute attente par la défaite des "Red Devils" à Wigan (1-0) et la victoire des "Citizens" sur West Bromwich (4-0) lors de la 33e journée du Championnat d'Angleterre. City a réduit l'écart à cinq points à cinq matches de la fin, dont un duel entre les deux rivaux le 30 avril à l'Etihad Stadium qui reprend du coup toute sa saveur. United, probablement un peu trop confiant, avait déjà encaissé un but à la 30e minute, marqué de la tête par Moses mais refusé pour une faute peu évidente d'un autre "Latic" sur le gardien De Gea. C'est sur un autre corner, qui n'aurait peut-être pas dû être accordé, que Wigan a ouvert le score d'une superbe frappe enroulée de Maloney (50). A un quart d'heure de la fin, un penalty aurait pu être donné à MU pour un bras de Figueroa sur un centre de Jones.

Dans le même temps, City a eu le mérite de ne pas se décourager. Agüero a ouvert la marque dès la 6e minute en concluant une belle percée par un superbe tir de 20 mètres. L'Argentin allait doubler la mise après la pause de près sur une passe de Nasri (54). Sept minutes plus tard, "El Kun", le grand homme du match, a adressé un centre en retrait décisif à son compatriote Carlos Tevez idéalement placé aux dix mètres. C'était le premier but de Tevez, titularisé pour la première fois également, depuis son retour à la compétition le mois dernier. David Silva, absent le week-end dernier à l'Emirates Stadium à cause d'une blessure au genou, a donné encore plus d'ampleur au score d'une jolie balle piquée, après une nouvelle passe décisive d'Agüero. Les "Gunners" ont eux consolidé leur position en vue de la qualification pour la Ligue des champions en s'imposant facilement 3 à 0 chez la lanterne rouge Wolverhampton, de plus en plus proche du "Championship".

ESPAGNE : Merci Ronaldo !

Si le Real Madrid est champion d'Espagne cette saison, il pourra ériger une statue à la gloire de Cristiano Ronaldo. Le Portugais, auteur d'un incroyable triplé, a permis aux Merengue de sortir d'un derby brûlant face à l'Atletico Madrid. Malmenés comme rarement cette saison, les hommes de José Mourinho ont d'abord subi les assauts de leurs voisins madrilènes chauffés à blanc par un Stade Vicente Calderon en fusion. C'est le premier moment choisi par Cristiano Ronaldo pour faire parler la poudre. D'un coup-franc dont il est spécialiste, il ouvre le score d'une frappe flottante qui laisse Courtois, le gardien de l'Atletico, sans aucune réaction (0-1, 25e). Les "matelassiers" ne se laissent pourtant pas décourager et égalisent par leur buteur maison, le Colombien Falcao qui marque de la tête peu après la reprise (1-1, 55e). Le Real, de nouveau chahuté, s'en remet à CR7 pour le remettre sur les bons rails. Une nouvelle frappe chirurgicale redonne l'avantage à la Maison Blanche (1-2, 68e) puis, plus modestement, il y va de son hat-trick en transformant un penalty (1-3, 83e). Bonne soirée pour le Portugais qui repasse devant Messi au classement des buteurs avec 40 réalisations. Le dernier but du Real, signé Callejon, est purement anecdotique (1-4, 88e) car le héros du soir s'appelle bien Cristiano Ronaldo. Son pied droit a redonné quatre points d'avance au Real et un peu d'air face à la menace Barça... Dans les autres matchs de mercredi, Valence s'est fait plaisir en corrigeant le Rayo Vallecano (4-1), qui restait pourtant sur une victoire 6-0 tonitruante contre Osasuna. Enfin Gigon, dernier du classement avant cette 33e journée, continue de s'accrocher : le Sporting s'est imposé à l'arraché contre Levante (3-2).

Les Valencians s'installent ainsi à la 3e place du classement aux dépens de Malaga, battu jeudi par Villareal (2-1). Le FC Séville a clôturé la journée en écrasant 3-0 le Real Saragosse, 19e  et plus que jamais condamné à la descente. Les Sévillans, qui n'ont jamais été inquiétés, ont plié le match en première période grâce à Fazio (11e) et aux 9e et 10e buts en Liga de Negredo  (29e, 44e) cette saison. Ils sont désormais 7e, à un point de la 6e place synonyme d'Europa League, occupée par Osasuna.

Julien Lamotte